Fleurs de pierre : fureur et mystère

Fleurs de pierre (Ishi no Hana), publié au Japon entre 1983 et 1986 dans Comic Tom, est un des trois principaux mangas d’Hisashi Sakaguchi (1946-1995), auteur que Naoki Urasawa décrit comme son « héros » dans une interview publiée dans la version Deluxe de la Kodansha de Fleurs de pierre, en 2002. Décédé à seulement 49 ans, l’auteur a fait ses armes dans l’animation, auprès d’Osamu Tezuka dont il admirait les travaux, avant de commencer à publier ses propres mangas, dont les plus connus sont Version, Ikkyu, et celui dont nous allons présentement parler.

Fleurs de pierre est une fresque historique en 5 volumes, dont le premier tome est de retour, depuis le 5 octobre 2022, dans les librairies françaises grâce aux éditions Revival. Pourquoi parler de retour ? Une première édition était parue chez Vents d’Ouest en 1997, mais avait été interrompue après 3 tomes. C’est donc avec excitation que les amateurs de mangas historiques ont attendu cette nouvelle mouture. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que pour cette édition, les éditions Revival ont vu les choses en grand, avec un bel écrin pour accueillir cette œuvre importante et si particulière : un grand format 21x28cm, 304 pages, un papier de qualité, une traduction d’Ilan Nguyên, une introduction agréable de Kenzo Suzuki et Vincent Bernière, et une édition de l’œuvre s’appuyant sur la version de Kadokawa, sortie début 2022 au Japon, avec nouvelle numérisation des planches originales et corrigeant « les erreurs de dialogue, de coloris et de découpage »1.

Lire la suite

Halloween en manga

L’approche de Halloween est l’occasion d’illuminer ses citrouilles et de préparer ses plus terrifiants déguisements mais aussi de se mettre dans une ambiance horrifique en regardant ou en lisant des classiques du genre. Entre des films, des romans ou autre, il est également possible de se faire peur en lisant des mangas. Qu’ils soient effrayants, malsains ou atmosphériques, voici une proposition de quelques titres très différents les uns des autres et sortis en France cette année qui devraient satisfaire un insatiable appétit d’occulte. N’ayez crainte et laissez-vous guider dans le navire des angoisses afin de découvrir les richesses ensevelies du neuvième art japonais.

N’hésitez pas à cliquer sur les titres ou les images afin d’en découvrir les articles complets.

Lire la suite

La sorcière aux champignons : un conte à la féérie empoisonnée

Créatrice de L’académie Alice, shôjo manga culte des années 2000, Tachibana Higuchi s’est consacrée corps et âme à sa série fleuve durant 31 tomes. Elle a même dessiné des livres autour de son attachant univers comme le spin-off en 3 volumes L’académie musicale Alice mais aussi un livre d’images sous la forme d’un conte, quant à lui jamais publié en France, prouvant ainsi son goût pour ce style littéraire. Se défaire d’un manga aussi populaire et long que L’académie Alice, qui a marqué le magazine Hana to Yume en assurant la transition entre l’époque de Fruits Basket et celle de Yona – Princesse de l’Aube, n’est évidemment pas une tâche aisée.

Et pourtant c’est ce que parvient à réaliser Tachibana Higuchi en dessinant son nouveau manga, La sorcière aux champignons. Ce dernier n’est plus publié dans le magazine Hana to Yume contrairement à sa série précédente mais sur l’application Manga Park du même éditeur, à savoir Hakusensha. Et si son nouveau manga parle également de magie, celui-ci n’a plus rien à voir avec L’académie Alice sur la forme. En effet, la présente série de l’autrice est racontée comme s’il s’agissait d’un conte. En France, ce sont les éditions Glénat qui nous proposent ce manga sous le titre de La sorcière aux champignons

Lire la suite

Zone Fantôme : une autre histoire de l’œil

Une jeune femme qui ne peut s’empêche de pleurer, un lycée où se déroule un culte macabre, un homme qui découvre une rivière spectrale alors qu’il voulait se suicider, un tueur en série qui n’est pas maître de ses actes, bienvenue dans Zone Fantôme, la nouvelle série d’histoires horrifiques de Junji Itô. Publiée en ligne sous la forme de saisons ainsi que dans le magazine Nemuki +, cette série de récits indépendants a débuté en 2020, et suit ainsi Sensor dans la chronologie des mangas de l’auteur. En France, le premier tome est sorti au sein des éditions Mangetsu. Celui-ci contient quatre histoires : Le coteau aux pleureuses, Maudite madone, La rivière spectrale d’Aokigahara et Léthargie

Après une panne d’inspiration qui a donné lieu à des récits tout de même excellents comme en témoigne La déchéance d’un homme ou encore Raspoutine le patriote, Junji Itô est revenu aux fondamentaux de sa manière de concevoir du récit d’horreur avec Sensor. Dans la pure continuité, il signe Zone Fantôme où il se débarrasse de la connexion entre les différentes histoires, sorte de prison narrative pour lui qui brille dans la brièveté de ses récits. Il propose donc quatre épisodes succincts, dont la rapidité du basculement vers l’effroi puis en direction d’une conclusion souvent macabre est la principale force. Pour autant Junji Itô prend le temps de poser calmement les bases de ses scénarios en présentant à la fois les personnages et le contexte, une place offerte par l’amoindrissement des contraintes éditoriales dû à la publication en ligne. 

Lire la suite

Dai Dark : un ovni d’humour et d’horreur

Après avoir agité la planète manga pendant 18 ans et 23 volumes avec Dorohedoro, Q Hayashida est de retour en nous proposant une nouvelle série. Un ovni d’humour et d’horreur appelé Dai Dark, qu’elle publie depuis 2019 dans le magazine Gessan. En France, ce sont les éditions Soleil qui publient ce shônen manga qui ne ressemble décidemment à aucun autre. 

Cette fois-ci Q Hayashida nous amène dans l’espace pour nous livrer une comédie horrifique de science-fiction. On suit dans Dai Dark les aventures spatiales des quatre fléaux, et surtout de Sanko Zaha. Le jeune homme n’est pas comme les autres puisque ses os auraient la faculté d’exaucer n’importe quel vœu. C’est pour cette raison que tout le monde souhaite sa mort, sauf Avakian, son énigmatique et bien pratique Sakadoh.

Lire la suite

The night beyond the tricornered window : enquêtes paranormales et manipulations humaines

Manga de Tomoko Yamashita, aussi connue pour sa merveilleuse tranche de vie Entre les lignes, The night beyond the tricornered window est une série débutée en 2013 dans le magazine Be x Boy. Terminée en 11 tomes dont un bonus, l’œuvre de Tomoko Yamashita est publiée dans une revue boy’s love et vendue sous forme de livres dans une collection josei. Fort de son succès, The night beyond the tricornered window a été adapté en film ainsi qu’en série d’animation. En France, le manga paraît chez les éditions Taifu.

Dès sa première page, The night beyond the tricornered window nous fait découvrir le don de son protagoniste : Kôsuke Mikado peut voir les morts. L’autrice nous présente son pouvoir par le biais de ses lunettes, lorsqu’il les enlève, le personnage voit tout flou autour de lui sauf les fantômes dont il distingue les contours clairement. Sa faculté est découverte dès le début du manga par Rihito Hiyakawa, un exorciste asocial qui le recrute afin qu’il l’aide dans ses enquêtes paranormales. Mikado travaille déjà dans une librairie, sans compter que ce qu’il voit l’effraie, il observe les morts en retirant ses lunettes surtout pour s’en tenir éloigné. D’ailleurs, il ne croit pas vraiment au surnaturel, et malgré le fait qu’il puisse observer l’invisible depuis son enfance, il tente de trouver des explications rationnelles à ces phénomènes. Ainsi, son monde change au contact de Hiyakawa, qui l’enrôle sans trop lui laisser le choix dans des chasses aux fantômes. 

Lire la suite

Fast and Furious : des mécaniques bien huilées

Née au début des années 2000 (ça ne nous rajeunit pas), la saga Fast and Furious s’est vue grandir au fur et à mesure sous plusieurs angles. Certes en terme numéraire avec toujours plus de films et projets annexes. Mais aussi en taille, à la fois budgétaire, de ce fait par l’importance de l’équipe qui travaille sur chacun de ces projets, mais aussi et surtout par la taille de son envergure en tant qu’œuvre populaire, de par sa portée médiatique et commerciale. Analyse.

Family
Lire la suite

Réflexions sur le Cyberpunk

Pendant que je mangeais, l’autre jour, pendant la pause déjeuner… eh bien je réfléchissais aux limitations du genre cyberpunk, en me demandant surtout si on avait pas atteint une certaine limite. Si, avec le temps qui passe inexorablement, on était pas en train de ressasser le même archétype de cyberpunk des années 80, plutôt que d’actualiser le discours avec l’avancée sociale et technologique qu’il y a eu depuis ? Si, malgré la présence quotidienne de thématiques chères au cyberpunk dans nos vies, on était encore réceptif au sujet dans la fiction ? Ou alors si tout ça était désuet, vu et revu, obsolète même, et qu’il ne serait pas plutôt temps d’essayer quelque chose de nouveau plutôt que de recycler ad nauseam les mêmes ingrédients en espérant un résultat différent ? 

Il est avant tout primordial de faire le distinguo entre deux écoles à mon avis différentes du cyberpunk. D’une part les précurseurs, qui ont défini le genre dans les années 1980/1990 en lui donnant ses codes et en lui apportant ses lettres de noblesse. Puis, par la suite, disons vers la fin les années 2000 jusqu’à présent : la nouvelle vague qui, tantôt nostalgique tantôt poussée par une envie de creuser plus loin, va tenter parfois maladroitement d’imiter sans égaler ou bien d’innover à sa manière. Je vais tenter de tout développer comme je le peux (ayez de la patience) avec mes modestes connaissances, n’étant pas un absolu expert en la matière, bien qu’elle me passionne et que je me nourris beaucoup du genre cyberpunk, je n’ai pas encore tout vu et tout lu. Allons-y. 

Lire la suite

INU-OH : Un film, deux Yuasa 

La filmographie de Masaaki Yuasa ne cesse d’être plus fascinante et variée au fil des années. Après son passage en tant qu’animateur sur des séries comme Crayon Shin-Chan ou Chibi Maruko-Chan, Masaaki Yuasa débute sa carrière de réalisateur en 2004 avec Mind Game, un pur OVNI psychédélique adapté du manga éponyme de Robin Nishi. Ce grand film où différents moyens d’expression et techniques d’animation cohabitent pour illustrer les destins croisés de plusieurs personnes dans ce grand océan qu’est la vie a pourtant divisé le public à sa sortie. Même si le film a désormais un statut culte au point où la scène de course du film reste un modèle pour de nombreux étudiants en animation, Masaaki Yuasa décide à partir de Mind Game de faire des œuvres qui pourront toucher et plaire au grand public, sans jamais totalement y arriver. Même en faisant des compromis, en essayant de rentrer dans une moule et d’atteindre une forme de normalité, Yuasa reste Yuasa.

Lire la suite

À la recherche du personnage modèle

Comme chaque année, l’excellent site Club Shôjo organise la semaine du shôjo, un événement interblog où chaque personne répond à une question, pendant que le site publie divers articles toujours très intéressants sur le shôjo manga. J’ai toujours rêvé d’y participer mais faute de temps ou de sollicitation, je n’ai jamais pu. Cette année sera donc ma première participation à la semaine du shôjo en tant que rédacteur et non uniquement lecteur. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai réfléchi à la question de cette année et que je vais tenter d’y répondre. Sans plus de suspense, voici le thème de cet article : 

« Quel personnage de shôjo t’inspire le plus ? Quel personnage de shôjo serait ton modèle ? » 

Lire la suite