Bon appétit

On connait tous Hannibal Lecter, le cannibale sanguinaire, au moins grâce à la série de films avec Anthony Hopkins ou grâce aux livres de Thomas Harris (que je n’ai pas lus, enfin, peut-être Dragon Rouge, je ne m’en rappelle plus; mais je me souviens très bien m’être endormi devant Hannibal-Les origines du mal).

Bref.

hanni

Hannibal Lecter est donc un personnage iconique, et dont le portrait par Anthony Hopkins a marqué les mémoires. Ainsi, lorsque l’annonce d’une série portant au petit écran le cannibale préféré des petits enfants est apparue, ce fut une surprise. Prendre la relève de Hopkins était risqué. De même, il fallait trouver une approche différente des films, tout en restant fidèle à l’esprit des bouquins. Pas une mince affaire, quoi.

La série de Brian Fuller (Pushing Daisies, Heroes…) compte à son casting Laurence Fishburne (Matrix, Apocalypse Now…) dans le rôle de l’Agent Jack Crawford, Mads Mikkelsen (Les Trois Mousquetaires 3D,  Le Choc des Titans, que des bons films, quoi) joue l’intriguant Hannibal Lecter et Hugh Dancy (Le roi Arthur, La Chute du Faucon Noir) interprète un Will Graham un peu stone. Voilà pour le trio masculin principal.

(J’ai mis plein de trucs entre parenthèses pour faire croire à la qualité du truc alors qu’en vérité, je vous le dis, ça n’a aucune signification.)

La série se base donc sur les personnages de Dragon Rouge, mais pas du tout sur le récit original. Hannibal peut être vu comme une sorte de prequel au roman.

Ainsi, si Will Graham va effectivement demander l’aide du docteur Lecter dès le premier épisode, ce dernier n’est pas enfermé dans une prison mais toujours paisiblement à l’air libre, à exercer ses activités de psychiatre. C’est ainsi que va débuter l’étrange relation entre les deux hommes, faite de confidences de l’un et de manipulations de l’autre…

L’un des reproches que l’on pourrait faire à la série de NBC, c’est la passivité, bien que relative, de Lecter. Psychiatre de métier, il passe essentiellement son temps à écouter et parler (mais lui, au moins, ne parle pas pour ne rien dire et meubler du vide). Et ce sont Will et Jack qui sont sur le terrain à enquêter sur les crimes les plus glauques et gores possibles. Les différents tueurs de cette série font un concours pour savoir qui aura l’idée de mise en scène la plus originale et dégueulasse.

Entre celui qui créé des Anges en coupant la peau du dos de ses victimes et la travaillant telles des ailes diaphanes et l’autre qui les enterre encore en vie pour en faire du fertilisant à champignons. Ce dernier m’a d’ailleurs évoqué MPD Psycho et son psychopathe qui enterrait des femmes pour faire pousser des fleurs à partir de leur cerveau. Charmant.

Mais toute l’ambiance de la série ne se fait pas que dans ses images dérangeantes. Car l’une de ses qualités est son esthétisme cruel.

A l’heure où l’on ne sait plus exactement l’origine réelle, et pas seulement celle affichée et donc supposée exacte, de la viande qui se trouve dans nos assiettes, le docteur Lecter à la réaction la plus intelligente qui soit. En effet, le bon psychiatre chasse lui-même sa nourriture, auprès du plus vaste troupeau qui soit : l’Humanité. Au moins, question traçabilité, il n’a pas de problème.

Et si je disais quelques paragraphes plus tôt que notre bon monsieur ne fait pas grand chose, il y a quand même un reproche que je n’oserais pas lui faire. Il est un cuisiner hors-pair (NBC a engagé un « conseiller culinaire » pour les besoins de la série). La gastronomie est un thème important de la série, puisque ses termes, en français s’il-vous-plait, servent à donner des titres aux épisodes. PotageBuffet froid, Apéritif, Amuse-Bouche ou encore Trou Normand, par exemple. Ça fait joli, ça fait chic, ça n’a peut-être pas grand rapport avec le contenu de l’épisode lui-même, mais ça contribue à l’atmosphère de Hannibal.

Ainsi, on le voit, souvent, à peu près dans chaque épisode, mettre en valeur ses plats, préparer sa viande, voire, pire, la servir une fois prête à ses invités. Cependant, le plus troublant est certainement cette impression sournoise que tous ses plats sont… appétissants. Ils ont l’air succulent, et on en croquerait bien un bout…

Le tout alors que nous, spectateurs, sommes dans le secret des Dieux et savons pertinemment d’où vient cette viande. Et nous sommes les seuls à savoir. Pour le moment.

Car l’intérêt de la série, outre Will Graham et sa lente chute aux Enfers alors qu’il se fait plus manipuler qu’aider par Hannibal, et de voir comment, petit à petit, l’agent spécial du FBI se rapproche du grand secret. Qui aurait pu être découvert dès la première intrigue si Lecter n’avait pas été si malin. Mais, en même temps, il n’en serait pas là s’il n’était pas aussi intelligent. En effet, le pilote ouvre sur, je vous le donne entre mille, une histoire de cannibalisme.

Mads Mikkelsen interprète un Hannibal tout en nuance, bien différent de celui d’Anthony Hopkins, mais pas moins menaçant et malsain. Face à lui, Will Graham, campé par Hugh Dancy fait plutôt pâle figure, mais sa fragilité psychologique, du fait de ses capacités d’empathie avec les psychopathes, faille dont profite allègrement Hannibal, en fait en personnage complexe et hautement attachant. Son évolution, au contact du psychiatre cannibale, est d’autant plus inquiétant à suivre, semaine après semaine…

Parmi les personnages secondaires, peu de monde se détache du lot, faute à un focus conséquent. Il faut dire qu’à part le trio principal, les autres restent principalement dans l’ombre. Ce qui n’est pas gênant, mais dommage, quelque part. Bon, j’exagère, la journaliste Freddie Lounds (sublimée par la très rousse Lara Jean Chorostecki) et le docteur Alana Bloom (Caroline Dhavernas) sont assez bien développées dans les différentes intrigues.

bal

Néanmoins, je remarque déjà la présence grandissante de Gillian Anderson (X-Files) dans le rôle du docteur Du Maurier, psychiatre de Lecter. Mon petit cœur de fanboy saute de joie.

Il est aussi intéressant, d’ailleurs, de noter qu’on a pas forcément le droit à l’éternel un épisode = une intrigue. Bien que récurrent malgré tout, ce format est parfois allongé et certains cas prendront plus de temps à se résoudre. Cela permet la surprise quand s’ouvre une enquête, puisqu’on ne peut savoir si elle sera résolue avant la fin des 45 minutes réglementaires ou s’il faudra attendre l’épisode suivant, ou encore celui d’après, pour avoir le fin mot de l’histoire. Et c’est plutôt intelligent, face au formatage très convenu des séries policières.

Hannibal est donc une excellente série, et si NBC ne semble pas décidée pour le moment entre l’annulation pure et simple ou une reconduction pour une deuxième saison, d’autres se montrent déjà intéressés si la première hypothèse l’emporte. Ce qui est plutôt rassurant.

C’est pas tout ça, mais il temps pour moi de vous souhaiter un bon appétit.

Publicités

12 réflexions sur “Bon appétit

  1. Je crains à tout moment de voir arriver une suspension de la série, sans espoir de seconde saison… Ce serait bien triste car moi aussi j’accroche pas mal à cette série. Très bonne ambiance, dérangeante et malsaine et pourtant très agréable à visionner. J’aime beaucoup cette version d’Hannibal. J’aime aussi beaucoup cet acteur, ça aide. (et « La Chasse » est un bon film au contraire des deux suivants ^^)

    Petite coquille dans l’article ce n’est pas Mads « Milekken » mais Mads « Mikkelsen ».
    Et sinon, de mon côté de l’écran je ne vois que 3 images sur les 5… Les autres affichent une icône d’image brisée.

    1. Coquille corrigée. J’ai un mal fou à écrire son nom correctement, à chaque fois, mes doigts tapent Milekken avant que je me rende compte de l’erreur. Et, parfois, je la laisse passer…

      J’ai aussi enlevé La Chasse de ces bons films, alors. :3

      Pour les images, elles s’affichent toutes de mon côté, mais j’ai changé les deux qui, pour moi, pourraient avoir des raisons de coincer. Espérons que ce soient les bonnes. :)

      J’ai eu peur quand j’ai vu que la série avait été annulée en milieu de semaine, mais finalement, c’était une fausse alerte. En attendant une décision prochaine de NBC.

      1. Juste après avoir posté mon commentaire les deux images manquantes sont apparus. Soit tu les a changés à ce moment-là, soit c’est magique !

        J’avais aussi lu une annulation pour Hannibal mais au final ça ne semblait être que des rumeurs. En attendant de réelles informations… Croisons les doigts.

  2. Des coquilles, on en trouve d’autre :

    – « entre parenthèse » (tu n’en mets qu’une ? Déstabilisant…),
    – « un prison »,
    – et « l’étrange relation faites de »,
    – « et l’autre qui les enterrent »,
    – sans parler de « les 3 mousquetaires 3D »
    – et « le choc des Titans » dont la simples présence ici nuisent a la qualité de l’article (même si j’ai adoré le second, tant qu’on ne paye pas on est plus coulant).
    – Et Lawrence Poisson-Cuit a surtout joué dans les Experts.

  3. Lorsqu’on vient dispenser des leçons d’orthographe pour flatter son misérable égo, il convient de veiller à ne pas en laisser dans son exposé — mais on va dire que tu l’as fait exprès, pour le clin d’œil — et à être irréprochable à sa propre adresse. Ne pas faire de fautes, c’est louable, s’extirper de sa propre prose nombriliste, encore plus.

  4. Ping : Longer. Newer. Better. | Nostroblog

  5. Didy

    Quelle ne fut pas ma surprise lorsque j’ai aperçu cet article: excellente initiative Bobo.
    Et depuis la rédaction de ton billet, la nouvelle d’une deuxième saison d’Hannibal en 2014 a déjà retenti sur la toile. Il semblerait d’ailleurs que Bryan Fuller souhaite prendre davantage de libertés dans cette seconde saison. Voila qui promet! \o/

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s