La fumeuse attaque de Bora-Bora par les titans

Après trois mois d’absence, le temps d’une tournée triomphalement confidentielle dans le charmant pays de l’oubli, je reviens pour parler d’un manga sorti récemment dans l’indifférence générale : L’attaque des Titans !

Titans vol. 2Prends ça, monsieur Propre !

(La ménagère se révolte ; il était temps.)

Non, je déconne. Octroyons plutôt un brin de lumière à ce manga autrement plus nébuleux.

bora mystèreUtsubora

Connaissez-vous Vertical, Inc., l’éditeur nord-américain ? Une maison d’édition digne d’intérêt puisqu’elle propose quelques lectures encore inédites en version francophone. Si l’envie vous prend de découvrir Keiko Takemiya par exemple, auteur dont on avait un peu parlé lors de sa venue à Planète Manga !, c’est du côté de Vertical qu’il faut se pencher. Par la même occasion, toujours si ça vous tente, jetez un œil à Terra e…, un titre certes vintage, pas forcément précurseur, mais représentatif d’une certaine naïveté, d’une forme d’honnêteté intellectuelle qu’on peine à retrouver dans des productions plus contemporaines. Peut-être seriez-vous, comme je l’ai été, surpris de l’aisance narrative de Keiko Takemiya qui, à mon humble avis, n’a de leçons à recevoir de personne en la matière. Ça se lit tout seul. Mais je m’égare… Vertical est donc l’éditeur outre-Atlantique d’Utsubora, un manga d’Asumiko Nakamura paru mi-juin. Reste à savoir si je vais en conseiller la lecture. Le suspense est insoutenable.

Comment définir Utsubora ?

Utsubora, c’est l’histoire d’un auteur à succès, en panne d’inspiration, qui finit par se trouver une égérie pour écrire son roman intitulé Utsubora. Mais c’est aussi l’histoire de l’égérie qui se serait jetée du haut d’un immeuble. Et pour couronner le tout, c’est en plus l’histoire d’une fille qui ressemble à l’égérie et qui vient troubler tout le monde. En gros, c’est donc l’histoire d’un mystère autour de la mort d’une égérie et autour d’un roman du même nom que le manga.

utsuchute

Utsubora, c’est une publication à la croisée des chemins. Son auteure s’est taillé une réputation grâce à des titres orientés boys love et pourtant, ce manga s’en éloigne. Les beaux gosses ténébreux sont bien présents, mais leurs relations atteignent tout au plus le stade de l’admiration. L’érotisme s’affiche aussi, le temps de quelques pages, mais il reste explicitement hétérosexuel, bien qu’empreint d’une volupté toute féminine. Ça change. À n’en pas douter, voilà un polar. Quoique. Sans grande surprise dans son mécanisme, reposant sur un double mystère macabre et masqué, le dénouement de l’intrigue ne semble tenir qu’à ce fil : qui est mort et comment ? Les énigmes tissent la trame, appelant ainsi d’autres énigmes, mais l’enquête policière est reléguée au second plan. En fait, la progression de l’intrigue repose essentiellement sur le développement des relations entre les principaux protagonistes. En quelque sorte, on pourrait dire que les deux vont de paire. Ou que les deux ne font qu’un ?

utsubora_002

Parce qu’Utsubora, c’est un manga fait de dualité, à la fois dual et duel… et originellement publié en deux tomes. Le binôme féminin en est l’allégorie. Chacune de ses apparitions est un moyen et une fin. La bichromie du manga en tant que support est alors utilisée et amplifiée. Elle s’accorde d’ailleurs relativement bien à l’un des thèmes du manga, l’écriture, noir sur blanc. Elle accentue la confusion sur l’identité du personnage mystérieux et sur le duel de chacune pour cette identité. Si tant est qu’elles soient deux… La scène finale est le théâtre d’une dualité multiple et magistrale : une brune et une blonde se croisent, partageant (ou pas) un même texte aux allures de dilemme. L’une d’elle porte un enfant en son ventre, et d’ailleurs… Oups ! motus et boule noire bouche cousue, rassurez-vous, ce qui vient d’être à moitié révélé n’a aucune importance.

Et le conseil de lecture dans tout ça ? Débrouillez-vous. J’ai bien aimé, mais ça n’engage que moi.

  • Utsubora, Asumiko Nakamura, 2008 ; pré-publié dans le périodique Manga Erotics F au Japon, publié par Vertical Inc. en anglais et en un volume de 468 pages.
Publicités

7 réflexions sur “La fumeuse attaque de Bora-Bora par les titans

  1. Je pense que je vais attendre son hypothétique sortie française pour le lire (ma wishlist est déjà trop pleine). Sinon, j’aime beaucoup le Manga Erotics F, il y a plein d’auteurs que j’adore qui y sont publiés: Inio Asano, Usamaru Furuya, Jiro Matsumoto, Mohiro Kitoh, Natsume Ono, etc. C’est un vrai nid à bijou.

  2. J’ai reconnu la patte de Nakamura Asumiko de très très loin… notamment connue chez les fans de yaoi ! Je plaide coupable, j’en suis une… Je regrette qu’aucune de ses histoires ne soit encore sortie sur le sol francophone…
    Je me laisserai tenter par cette œuvre, si l’occasion se présente, j’aime beaucoup son style, que ce soit au niveau du graphisme ou du scénar’, en général =)
    A plus !

  3. J’ai été bluffée par ce manga :) je me tâtais depuis super longtemps mais sur les blogs outre-Atlantique, ce sont beaucoup de fans de yaoi qui en parlaient. Même si ces fans admirent aussi Fumi Yoshinaga, est em, Natsume Ono, je n’osais pas. Même si elles parlaient de Asumiko Nakamura en de termes aussi élogieux. C’est donc ton post qui m’a fait sauter le pas :) . Et franchement, je ne le regrette pas. Je n’aimais pas les planches de Nakamura quand j’en voyais des extraits sur le Net, mais à la lecture, c’est vraiment un trait qui sied au récit. Et du coup, je suis repartie du voyage complètement sous le charme :) . J’aime beaucoup le livre, je le trouve très joli et puis cette tranche avec le bras quoi.

  4. Ping : La nouvelle garde du manga alternatif, numéro 3 – NOSTROBLOG

  5. Ping : Ces 13 mangas que j’attends en français – NOSTROBLOG

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s