Ces cartes que je ne posterai jamais (2)

Qui aurait cru que le premier billet né par flemmingite aiguë aurait droit à une suite. Et de qualité, de surcroît (enfin, je crois). Ainsi, j’ai dernièrement acheté un nouveau livre de cartes postales que je garderai jalousement pour moi-même. Intitulé Hanarokushou – Ima Ichiko Postcard Book (今市子 ポストカードブック 花緑青), il contient une trentaine de cartes, d’après des travaux de l’auteur de 2003 à nos jours. Enfin, à Mars dernier, puisque ce petit bouquin est sorti le 26 mars 2013.

DSCF6824

On retrouve donc :

– 鏡花あやかし秘帖 (Kyouka Ayakashi Hichou);

DSCF6825

Un bon tiers des cartes postales, alors qu’il s’agit « seulement » d’un one-shot, dont l’univers a donné lieu à la couverture du présent Postcard Book. Une chance de voir et revoir cet étrange mais néanmoins mignon petit lapin sur une dizaine d’illustrations ! Que demander de plus ?

– 平安京伝奇シリーズ (Heiankyō denki);

DSCF6826

Les couvertures des romans écrits par Junko Shimada et illustrées par Ichiko Ima, dans une ambiance historico-fantastique.

– 笑わない人魚 (Warawanai Ningyo);

DSCF6827

Quatre cartes même s’il s’agit d’un one-shot, avec les couvertures de l’édition originale et de la réédition.

– 僕のやさしいお兄さん (Boku no Yasashii Onii-san);

Les quatre couvertures.

– B級グルメ倶楽部 (B Kyuu Gourmet Club);

DSCF6828

Trois couvertures sur les quatre tomes sortis, avec du café et des brioches sur chacune des cartes postales, pour un petit-déjeuner équilibré (nan, en fait, il manque une portion de fruit, c’est pas du tout équilibré cette histoire, ça ne va pas du tout, scandale !).

– 幻月樓奇譚 (Gengetsurou Kitan);

Les trois couvertures.

Enfin, il reste deux cartes postales, représentant la couverture et le dos du recueil lui-même. Cette dernière contient d’ailleurs un petit mot de l’auteur qui restera totalement obscur pour moi (même si je suppose qu’il s’agit de remerciements).

Pas de trace du Cortège des cent Démons (百鬼夜行抄 Hyakki Yakoushou), mais c’est aussi (surtout ?) pour ça que je me suis jeté sur ce mini-artbook. Il n’y a en effet que des titres non parus en France. Ce qui n’est pas bien dur, vue la carrière de la mangaka et l’embargo dont elle fait l’objet ici.

Le verso de chaque carte est divisée en deux parties (une pour écrire, une pour l’adresse), avec une petite branche d’arbre stylisée sur laquelle se repose Oguro. Ou Ojiro, je ne sais pas, c’est en noir et blanc (mais les feuilles de l’arbre sont vertes, elles).

Légèrement plus grand que le Real Postcard Book, ces cartes sont aussi plus souples et plus facile à « lire » du même coup. Voilà un bel objet d’ajouté à ma mangathèque !

[Cet article a été rédigé avec l’aide du récapitulatif des œuvres d’Ichiko Ima réalisé par a-yin, sauf pour 平安京伝奇シリーズ (Heiankyō denki) que j’ai eu un mal fou à trouver.]

Publicités

4 réflexions sur “Ces cartes que je ne posterai jamais (2)

  1. a-yin

    Tu m’étonnes pour le roman ;) mais bravo! Je n’ai pas répertorié les romans, mais une seule série était sortie à Taïwan. Les illustrations d’Ima sont superbes, en couleurs comme dans les manga. Alors c’était de ça qu’il s’agissait: un recueil de cartes postales!!! Je le voyais en vente sur les sites taïwanais, mais je suis une monomaniaque de manga et n’achète jamais d’artbook ou tout ce qui est autour :o . Heiyankyou Denki miam les images… Et encore une fois, ça m’évoque le danger de Onmyôji chez Delcourt u_u . C’est vraiment triste, je ne le redirai jamais assez, le destin de Ima chez nous.

    1. J’ai vraiment mis du temps pour les romans, heureusement que le nom de l’auteur était écrit au dos de la carte dans notre alphabet occidental. D’ailleurs, il est vrai que les illustrations m’ont fait penser à un Onmyoji dessiné par Ima Ichiko plutôt que Reiko Okano. Aucune chance de succès chez nous, j’en ai bien peur. Delcourt a annoncé sur twitter poursuivre toutes les séries d’Akata, incluant Onmyoji, mais bon, j’avoue que ça m’inquiète aussi…
      Heureux d’avoir pu t’aider à lever le voile sur ce mystérieux (mais très beau) livre ! Jamais d’artbook ? Dommage, j’en raffole, pour certains mangaka.

      1. a-yin

        Jamais. Ca prend de la place et ça déborde chez moi (de manga, s’entend). Donc, non :) pas de truc qui prend de la place juste pour la beauté, si y’a pas d’histoire, tu n’existes pas! Je ferai sans doute, si je le trouve d’occasion un jour, pour l’art book de Banana Fish…

        Pour Onmyôji, malgré l’annonce, j’ai peur. Je sais que Véret adorait ce titre et se battait pour le continuer. Chaque volume sorti, on le lui doit, parce qu’il y tenait (et on connaît tous sa forte personnalité xD). Mais là, y’a plus de Véret. Apparemment, il adore Reiko Okano :( snif. J’ai acheté The Calling en italien, là je ne comprends pas la langue du tout. Ca fait finalement office d’art book mais j’ai été très faible u_u .

      2. Pour Onmyoji, je préfère ne pas trop y penser pour l’instant. j’attends de voir si on aura un tome en 2014 avant de sonner l’alarme. :)

        Ne pas acheter d’artbook mais des livres dans une langue que tu ne comprends pas, c’est pas mieux ! :P

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s