American Horror Story

Je ne peux pas faire toute une série d’articles sur Halloween sans mentionner American Horror Story, qui entame sa troisième saison. Intitulée Coven, celle-ci se concentre sur un groupe de sorcières et joue comme d’habitude entre les méfaits du passé et leurs répercussions dans le présent. Mais avant cela, il y a eu Murder House (nommée après coup) et Asylum.

american horror story coven sarah paulson

Sarah Paulson dans Coven.

Si l’histoire change à chaque année, le casting reste soudé autour de quelques têtes connues, notamment Jessica Lange et Evan Peters. C’est là qu’on apprécie le talent de ces derniers pour réussir à nous faire oublier leur rôle passé et à faire vivre ces nouveaux personnages sous nos yeux. Evidemment, de nouveaux acteurs viennent enrichir le casting, le temps d’une saison, et pouvant parfois revenir pour la suivante, tandis que d’autres n’ont pas continué après Murder House (Connie Britton, par exemple). J’ai été bien content de revoir Jamie Brewer dans Coven, alors qu’elle avait été totalement absente durant Asylum. Un véritable jeu de chaises musicales.

Murder House, comme son nom l’indique, se déroule dans une maison (hantée) maudite par les nombreux meurtres qui ont ensanglanté ses murs. Le drame commence quand la famille Harmon y emménage.

Asylum, comme son nom l’indique, se déroule ainsi dans un asile, dirigé d’une main de fer par Sœur Jude. Et évidemment, son quotidien sera sordide, glauque et sombrement dérangeant.

Coven, comme son nom l’indique, se déroule au sein d’un couvent. Ah, non, oups, faux ami. Il s’agit d’un clan de sorcières, en fait, déguisé en institut privé pour jeunes filles que l’on découvre en même temps qu’une nouvelle venue.

Trois types d’histoires pouvant plaire (ou déplaire) à différents types de public, de quoi contenter tout le monde, chacun pouvant y trouver son bonheur.

Jessica Lange dans Murder House.

Dans les trois saisons, on nous présente une foule de personnages, chacun ayant sa place et sa propre storyline dans une intrigue plus globale. Enfin, parfois. Car si Murder House a su rester régulière, en présentant de nouveaux fantômes à chaque épisode tout en assurant le suivi de la famille Harmon, on a l’inverse pour Asylum. En effet, on a dans cette deuxième saison un entrelacs d’idées qui, prise une à une, sont intéressantes à voir, mais mises ensembles, forment une bouillie invraisemblable. Alors que le concept de la première saison pouvait se résumer simplement en « maison hantée », celui d’Asylum est plus complexe : ange de la mort, démons, nazis, zombies, extraterrestres, meurtriers… Tout ça et plus encore, en seulement treize épisodes.

On pourra me dire que Murder House mélangeait pas mal de trucs aussi : les expériences humaines, les fantômes, l’antéchrist… Mais non, quand même, pas à ce point. La preuve, j’ai du mal à en trouver d’autres. La première saison, malgré ses défauts, avait au moins le mérite de n’avoir qu’une seule et même origine à ses phénomènes surnaturels, ce qui permettait une cohérence globale que n’a pas Asylum (même si ses différents arcs, pris séparément, restent très bons).

Du coup, on peut rester dubitatif quant à Coven. Quel chemin suivra-t-elle ? Déjà, les créateurs ont annoncé une saison moins sombre et avec plus d’humour. La première scène montrant la torture d’esclaves par une sorcière démoniaque, on peut déjà en douter. Il y a effectivement plus de légèreté, rien qu’au niveau des décors plus lumineux et ensoleillés, mais le scénario regorge de trouvailles morbides, comme cet homme à qui l’on enfile une tête de taureau telle une cagoule…

American Horror Story Asylum Dylan Mcdermott

Zachary Quinto dans Asylum.

Passé un premier épisode de présentation très alléchant qui nous dévoile l’univers de ces sorcières en herbe (pour certaines d’entre elles, du moins), on voit, dès le deuxième épisode, que nombres d’intrigues vont se nouer et se dénouer : la quête d’immortalité, la vengeance des Vaudou, la grossesse possiblement maléfique, le Frankenboy ressuscité… Avec, donc, un thème commun : celui de la vie et de la mort.

Pour le moment, Coven est en passe de devenir ma saison préférée. En seulement deux épisodes. Parce que son récit paraît déjà plus maîtrisé et plus resserré autour de ses propres bases, même si la prudence m’incite à ne pas trop m’avancer. Sait-on jamais. Avec un début attirant et prometteur, on ne peut que croiser les doigts pour que les onze épisodes restants continuent de nous ensorceler…

Edit au 30/01/14 :

Coven is over. Bilan ? Une saison plus calme et plus sobre, mais qui aura eu son lot d’horreurs et de passages marquants. Cette fois-ci, plutôt que de mêler les arcs narratifs, les scénaristes ont préférés les faire se succéder, avec un seul fil rouge : l’avènement de la prochaine Suprême, chef des sorcières.

Du coup, l’accent est mis sur les personnages. Enfin, surtout sur certains, notamment Fiona Goode (Jessica Lange) dont la place de Suprême est menacée, au détriment d’autres, par exemple Kyle (Evan Peters) ou Zoe (Taissa Farmiga) que l’on voit dès le premier épisode mais dont le screen time est littéralement dévoré par les autres. C’est le piège quand on a un casting aussi vaste.

En résumé : une bonne saison, de bonnes histoires, malgré une ambiance globalement plus légère et le surplus de personnages à gérer.

Publicités

7 réflexions sur “American Horror Story

  1. Kimi

    Je me doutais bien que ce serait toi l’auteur de ce billet. :p

    Concernant Coven j’ai vraiment du mal à accrocher, le premier épisode est satisfaisant mais le second m’a vachement déçu. J’ai vraiment du mal à retrouver cette ambiance glauque, limite malsaine présente dans les deux premières saisons et le côté authentique de la série a été remplacé par quelque chose de plus moderne selon moi. J’attends de pied ferme le 3×03 pour trouver enfin un épisode à la hauteur de mes espérances. Sinon c’est un très bon billet de ta part, très bien rédigé et très clair qui donne franchement envie pour celles et ceux qui n’ont pas encore vu American Horror Story. :)

    1. Merci pour le billet, j’avais peur d’être resté trop à la surface des choses pour donner envie de voir ou revoir AHS.

      Pour l’instant, Coven me satisfait amplement, de par l’univers et les thèmes abordés, mais j’ai peur que les intrigues s’éparpillent trop (comme dans Asylum) et vu ce qu’il se passe dans le 3.02, le risque est grand.
      Par contre, effectivement, je ne sais pas si on retrouvera l’ambiance dérangeante et glauque qu’Asylum avait cultivé à son paroxysme. Faut dire qu’on a eu la dose, et je pense que ça va être plus « édulcoré » pour Coven. Cela dit, la scène d’ouverture, c’était pas trop glop. :)

  2. A mes yeux, la meilleure saison est la première (ainsi que le meilleur rôle campé par Jessica Lange)(non mais, Constance quoi !). Cependant, j’avoue avoir un faible tout particulier pour la troisième saison : les sorcières, le vaudou et la NOuvelle-Orléans… Il en faut pas beaucoup plus pour me convaincre. J’ai également beaucoup apprécié le « cheminement » du personnage de Fiona, notamment sa peur viscérale de la mort et de la faiblesse. De même, je ne m’attendais pas forcément à l’identité véritable de la nouvelle Suprême (sauf dans les derniers épisodes, où ça commence à devenir évident), donc niveau scénario, pour ma part, j’ai été ravie par cette saison. Beaucoup moins brouillonne que la deuxième, même si clairement moins maîtrisée que la première (mais bon, à ce compte-là, TOUTES les saisons sont moins bonnes que la première). Freakshow et Hotel sont deux catastrophes plus ou moins grandes, l’une à cause de overdose de glauque au détriment d’une véritable sensation d’angoisse, et la deuxième à cause d’une overdose de gore sanguinolent sans aucune véritable storyline (et puis Lady Gaga, je dis non).
    My Roanoke Nightmare, en revanche, renoue avec l’horreur que j’appréciais tant dans Murder House. Et pour l’instant, je suis enchantée (enfin, autant qu’il est possible de l’être devant AHS sans passer pour une psychopathe) de cette sixième saison. J’espère que la suite sera aussi bonne que ces 6 premiers épisodes :D

    1. Coven est aussi ma saison préférée, j’ai bien aimé comment les intrigues se nouaient entre elles sans trop s’éparpiller (contrairement à Asylum où c’était le nawak total). Beaucoup lui reproche son manque d’horreur, mais entre le Minotaure, les scènes de tortures et de décapitations, ça y va quand même bien dans le gore !
      Hotel commençait très bien, bien parti pour être ma saison favorite, et puis non. J’ai adoré Lady Gaga et son rôle, l’ambiance, la bande-son, mais la fin repose trop sur des ponts avec d’autres saisons au lieu d’avoir un dénouement propre et indépendant un reste de la série (à mon goût). Pour les autres saisons je suis toujours un peu mitigé. Murder House a vraiment pour elle le fait d’être la 1ère saison, où l’on ne savait pas que ce serait une histoire différente par saison, et de bonnes idées bien exploitées (et un bon twist). Quant à Freak Show, ça manquait d’éléments surnaturels (mais le double épisode avec NPH et son pantin maléfique !!! excellent !)…

      Roanoke me plaît bien, l’ambiance est excellente. L’idée d’avoir gardé le mystère et les surprises, c’est super, ça change de d’habitude où Murphy dévoile tout les événements et rebondissements à venir dans des interviews hebdomadaires… Par contre, le twist de l’épisode 6… Super prévisible. Peut-on vraiment appeler ça un « twist » ? A part ça, Roanoke place la barre haute pour la prochaine saison !…

      1. Je n’ai pas eu l’impression qu’on essayait d’en faire un twist. ‘Fin je veux dire qu’il n’y avait aucune subtilité pour dissimuler le fait que tout était tourné sous la forme d’une émission de télé, avec interviews des concernés et scènes de reconstitution (et donc avec des acteurs). J’ai du mal à croire que des gens aient pu être surpris au point de voir ça comme un twist. Je m’attendais à ça depuis le premier épisode, je pense que c’était voulu… Non ?

        1. C’est Ryan Murphy qui promettait un twist pour l’épisode 6, avec une saison construite en 3 arcs (épisodes 1-5, 6-9 et 10). Sauf que l’événement principal de cet épisode était super prévisible. Après, l’épisode 7 est riche en rebondissements et en bouleversements imprévisibles eux. Carrément choquant !

          1. D’accord, merci pour l’information… C’est sûr que niveau prévisible, bon, ça se pose un peu là. J’ai regardé l’épisode 7 à midi et effectivement, c’est un gros massacre. Je me demande comment on peut tenir encore trois épisodes à ce rythme… :D

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s