Batman par Morrison #01 (Batman and Son)

Premier billet dans une série de je-ne-sais-combien où je vais revenir sur le run que Grant Morrison a effectué avec le Dark Knight. Attention, contient des spoilers, des théories très personnelles, et des élucubrations d’alcoolique.

Batman and Son

Le run débute en 2006 avec le numéro 655 de Batman.

Alors ça commence par une image de Batman en sang, qui sort un flingue et envoie une bastos dans la tête du Joker.
WTF?!
Ouais, mais sauf que c’est pas le vrai Batman en fait, juste un imposteur. On assiste ainsi à la première phase de la déconstruction du personnage. Le Bat’ qui serait assez vénère pour tirer une balle dans la tronche de son ennemi, Morrison n’en veut pas.

La deuxième phase de sa déconstruction va commencer à apparaitre dès les pages suivantes. On apprend que Batman a capturé tous les gros méchants de Gotham, Alfred lui propose donc de prendre un peu de vacances. Ce qui va permettre à Morrison de réhabiliter Bruce Wayne. Le milliardaire n’était plus qu’une couverture depuis facilement deux décennies, sa personnalité semblait même totalement détruite face aux psychose de la chauve-souris, l’arc de Morrison va apparemment le remettre face à l’œil du lecteur pour qu’on sache un peu plus qui est Bruce Wayne.
L’histoire enchaine avec des hommes chauves-souris ninjas (best idea ever !), une scène de combat très métatextuelle et Batman apprenant qu’il a un fils, dont la mère biologique est le fille de Ra’s Al Ghul (un autre de ses ennemis jurés) !
Damian (puisque c’est son nom) a donc été élevé dans une secte du tueurs, mais sa mère l’envoie vivre avec Bruce, ce qui se passe très mal, Damian tabassant Alfred, puis Robin, et décapitant un méchant eu lieu de le livrer à la police. Puis il finit par disparaitre provisoirement (ainsi que sa mère) après une violente explosion. Morrison vient déjà de poser des thématiques qui lui serviront bien plus tard, au niveau de l’héritage, et du passage de flambeau.

tumblr_lby185q6Wg1qzecq2o1_500

Le numéro 663 est écrit en prose. C’est donc une nouvelle avec quelques illustrations autour. Déjà, forcément, ça déphase. En plus de ça l’écriture en prose de Morrison, c’est un peu bordélique pour être franc, avec des tonnes d’images et de comparaisons dans tous les sens. Bref, ce numéro s’intéresse à la déconstruction/reconstruction du Joker. Morrison avait déjà (dans Arkham Asylum) élaboré le concept comme quoi le Joker serait à un stade de conscience plus avancé que les être humains, et qu’il n’aurait pas de personnalité mais plutôt une superpersonnalité pouvant s’adapter à toute situation. Il va encore plus loin ici en décrivant le Joker vivant un phénomène de renaissance où son ancienne personnalité est détruite et une nouvelle voit le jour. Morrison fait ici un nouveau clin d’œil au fait que la personnalité du Joker (et par extension, de Batman et de tous les persos de comic-book) changent en fonction du scénariste.

tumblr_lisbh8k9sO1qcpzzmo1_500.png

L’histoire d’après est titrée Three Ghosts of Batman. On apprend l’existence du Black Casebook, là où Batman garde un historiques de toutes ses affaires le plus étranges. C’est une méta-référence aux histoires de Batman dans les années 50 et 60, qui avaient tendance à prendre un tournant très psychédélique. Ce numéro est aussi la véritable mise en place du grand plan de Morrison, du point de vue de l’intrigue. Les questions commencent ici. Quelle nouvelle menace Batman doit-il affronter ? Et pourquoi ?

Three_Ghosts_of_Batman_001

Le dernier numéro de ce recueil est le 666. Morrison n’y va pas à le dos de la cuillère, et nous balance donc des symboles apocalyptiques et bibliques dans tous les sens, il exagère consciemment. Le pitch de ce numéro est encore une fois assez déstabilisant. On est dans le futur, Bruce est mort, et Damian porte le costume de Batman. Il rencontre le troisième fantôme évoqué dans le numéro précédent, qui est une sorte d’antéchrist (Damian contre un antéchrist ? oui, oui) vêtu façon Batman, et dont on ne saura pas vraiment les origines pour l’instant (comme pour les autres fantômes en fait). Même la mort de Bat’ et Damian reprenant le flambeau est amené sans explication. Le futur de Batman semble donc entouré par le mysticisme (chose très peu utilisée dans l’univers de Gotham depuis les années 70), et encore plus simplement, le mystère.

6a00d83451b3d069e200e5501f34738833-640wi

Pour un départ de run, c’est déjà incroyablement chargé, et cela me fait penser que si question rythme et exposition on est très loin de ce que Morrison avait fait avec Animal Man, les pistes qui sont lancées semblent pourtant mener vers le même genre de déconstruction du personnage. Batman réalisera-t-il lui aussi qu’il n’est qu’un personnage de fiction ?

À voir également:
Batman par Morrison #02
Batman par Morrison #03

Publicités

6 réflexions sur “Batman par Morrison #01 (Batman and Son)

  1. Ping : Batman par Morrison #02 (The Resurrection of Ra’s al Ghul) | Nostroblog

  2. Ping : Batman par Morrison #03 (The Black Casebook) | Nostroblog

  3. Ping : Batman par Morrison #04 (The Black Glove) | Nostroblog

  4. Ping : Batman par Morrison #05 (Batman R.I.P) | Nostroblog

  5. Ping : Batman par Morrison #06 : Batman and Robin will never die | NOSTROBLOG

  6. Ping : Batman par Morrison #04 (The Black Glove) – NOSTROBLOG

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s