Emp’lus (Empowered vol. 3 et 4)

Aujourd’hui, continuons notre merveilleux voyage au milieu des super-héroïnes et du bondage.

60857274

Beaucoup d’informations dans ce volume 3. Des infos qui laissent bien évidemment encore plus de questions dans nos têtes. Tellement d’ailleurs, que la première fois que je l’ai lu, la frustration avait prédominé, et c’est seulement à après une relecture au calme que je me suis rendu compte du nombre imposant de nouveaux éléments apportés à l’univers d’Empowered dans ce volume.

Par exemple la background du boyfriend de Emp. Jusque là nous avions juste eu une petite scène rêve/flash-back donnant des indices. On sait maintenant qu’en plus d’avoir escroqué des super vilains pendant sa carrière de criminel, il a été apparemment mêlé dans l’affaire de la mort d’un héros.

Un petit peu moins de nouvelles infos sur Emp, mais on voit quand même que son costume semble avoir une intelligence propre (je vais y revenir plus tard), et on sait enfin son vrai nom: Elissa Megan Powers.

Mais la dernière histoire du volume fait surtout la part belle à Ninjette (dont on apprend également le vrai nom: Kozue Kaburagi). On sait donc à présent qu’elle était la princesse d’un clan ninja du New Jersey (ce qui est déjà génial comme concept, avouez-le), et qu’elle s’est enfuie de son clan il y a un bail car ils voulaient simplement l’utiliser comme mère pondeuse. Une prime a été récemment mise (à nouveau) sur sa tête par sa famille pour la ramener, une poignée de ninjas super balèzes l’attaque donc. Ce qui donne droit à une nouvelle scène d’action avec Ninjette (comme dans le volume 2) et on sait bien que ce genre de scène poutre absolument tout. Sauf que contrairement au volume précédent, elle ne se bat pas contre des baltringues ici, donc elle en chie bien plus (bien qu’elle rox comme pas possible, hein, elle bute tout de même deux ou trois ninjas avant que les deux derniers, bien amochés, ne la chopent). Le tout évidemment aussi bien dessiné et rythmé que le combat de ouf du volume 2. Voir même en mieux, vu la violence du truc.
Et une fois en mauvaise posture, c’est Emp qui vient la sauver Elle entre dans une sorte de transe sans s’en rendre compte, puis son costume développe des ailes chelous, et enfin elle balance un putain de rayon d’énergie qui dégomme tout. Et juste après ce moment héroïque, elle oublie tout. Cette scène, plus un dialogue entre le costume (vide) et le Caged Demonwolf prouve bien que le costume n’est pas qu’un simple habit. Et hop, un mystère mystérieux de plus.

60859814
Mystérieux ET badass

Sinon, toujours du bondage, Emp qui se sous-estime, des références au yaoi, et du méta-texte.

C’était bien.

 60859846

Au rendez-vous de ce volume 4, des histoires plus longues et moins d’ellipses. Ce qui permet un développement de l’histoire et des personnages plus serré et approfondi. Cela éloigne aussi de plus en plus Empowered du format strip, pour en faire du pur serial.

Comme intro, une petite histoire spéciale, en couleurs. Plutôt sympa, mais qui confirme pour l’instant que Empowered est fait pour le noir et blanc. J’ai trouvé que les couleurs lui faisaient perdre de son charme, donnant un côté un peu artificiel aux cases. Mais bon, c’était juste un bonus, on s’en fout.

Puis on reprend en enchaînant directement avec la fin du volume précédent, où Ninjette s’est bien faite rétamer. Ce qui permet d’introduire un nouvel endroit dans le Empverse (© myself, enfin peut-être, n’allons pas vérifier); l’hôpital pour suprahumains. Avec ses infirmières à gros seins, ses infirmiers bien membrés. et ses patients bizarroïdes.

Ninjette, très marquée à la fois physiquement et psychologiquement par sa dernière raclée, va emménager chez Emp et son mec pendant ce volume. Ce qui donnera quelques gags style « ménage à trois » plutôt sympa. Pendant ce temps, Emp apprend qu’elle est nominée pour les Caped Justice Awards (les super-héros aussi ont le droit à leur cérémonie que tout le monde aime détester), ce qui la rend super jouasse, avant de se rendre compte que c’est probablement une nouvelle manière pour les super-héros (ces gros connards) de l’humilier encore et encore.

Une histoire, que j’ai trouvé bizarrement placée dans le volume, ramène aussi Willy Pete dans le présent. Willy Pete c’est le super vilain que Thugboy (le mec de Emp) avait arnaqué avant de voir tous ses potes se faire descendre (sans parler d’un peu de skull-fucking…) par ce cher Ol’ Willy.

L’autre perso sur lequel on revient ici, après l’avoir un peu oublié le volume précédent, c’est Sistah Spooky. La grande rivale de Emp dans son équipe de bouseux super-héros. Jusque là j’avais beaucoup de mal à apprécier le personnage (en même temps, c’est voulu). Mais du coup, je dois avouer que son développement est pas mal du tout, car si Adam Warren (l’auteur/dessinateur pour ceux qui n’ont rieeeeeeeeeen suivi) nous la montre sous un côté plus chaleureux dès qu’elle est seule, il n’a pas l’air pour autant d’excuser son côté conasse. C’est pas mal fait, en donnant un réel relief au personnage, et même enfin un peu d’empathie sur la fin du volume.

EMPOWERED_4_back_cover_colors_by_AdamWarren

Et sinon, dans la belle tradition de Empowered, le volume se termine sur de la bonne grosse action, où certains conflits personnels sont réglés (genre Ninjette reprend confiance en soi, et botte des culs). Avec aussi un traître, de la nudité gratuite, Thugboy pas loin de faire une grosse bêtise, et Emp qui poutre tout le monde.

Publicités

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s