Batman par Morrison #05 (Batman R.I.P)

Batman R.I.P marque la fin d’une première période dans le run de Grant Morrison. Même si c’est dans Final Crisis qu’il finit par « tuer » (en apparence) son personnage, on peut considérer que c’est ici que nous assistons à la fin de Bruce Wayne et Batman tels que nous les connaissons. Mort et résurrection.

 batman-rip

Résumer l’histoire de Batman R.I.P n’est pas forcément le meilleur moyen d’en parler. Principalement parce que l’histoire n’a pas une structure linéaire. Même s’il y a bien des évènements narratifs marquants, comme par exemple la découverte du Black Glove, qui devient enfin visible en attaquant directement Batman et Alfred, et en détruisant la Bat-Cave avant de prendre possession d’Arkham.

Mais, je le répète, la structure n’est pas autant linéaire qu’elle est thématique. En fait, c’est presque une réactualisation de l’une des histoires les plus connues de Morrison: Arkham Asylum. Pas une réactualisation dans le sens « plus moderne », mais plutôt parce que la vision qu’a Morrison de Batman a évolué. Il joue donc avec certains ingrédients semblables à son histoire de 1989, mais en ajoute d’autres, et détourne plusieurs de ses anciennes théories. Et pour cela, il utilise son « hyper-continuité » (dont on avait parlé au début de ce billet) où se rejoignent des éléments vieux de plusieurs décennies, que Morrison modèle comme bon lui semble, et tout un tas d’indices présents dès « Batman and Son ». Pour en arriver à ce final introspectif où Batman sombre enfin dans la folie.

 batman_rip

Ainsi les motifs du Black Glove étaient là dès le début. Les couleurs rouge et noir, la roulette, etc… Et autre chose était déjà présent, un graffiti: « Zur-en-arrh ». Ce qui était dans les années 50 le nom d’une planète ou vivait un autre Batman, et où Bruce Wayne avait des pouvoirs égaux à Superman chez nous, Morrison va en faire une arme psychologique à double tranchant. Il fait de ce mot un code, une arme utilisée par le professeur Hurt lors de l’expérience de privation sensorielle pour laquelle Batman s’était porté volontaire plusieurs années auparavant et qui, une fois utilisé, brise complètement l’esprit du Dark Knight.

Le mot magique n’est bien évidemment pas suffisant. Le Black Glove a préparé minutieusement son attaque contre le psyché de Batman. D’abord avec l’expérience du professeur Hurt d’il y a quelques années, qui avait servie à réveiller les peurs du Caped Cruisader. Morrison fait aussi référence à toutes les fois où Batman a été exposé à des hallucinogènes pendant ses aventures, justifiant un peu plus son état psychologique endommagé. Puis Jezebel (qui, comme son nom le souligne, n’était évidemment jamais du côté de Batman) le fait douter sur sa santé mentale, le comparant à un enfant s’imaginant qu’il est un super-héros. Elle insinue même qu’il pourrait être le Black Glove à lui tout seul.

Mais la force de Batman, c’est son intellect. Le fait de se préparer à toute éventualité, même perdre la raison. Pour cela il avait créé une autre personnalité, destinée à prendre le dessus si Bruce Wayne n’en avait plus la capacité. C’est ainsi qu’après l’attaque du Black Glove on le retrouve d’abord errant dans la rue, puis (après un court parcours initiatique  frôlant l’absurde en compagnie d’un dealer qu’on apprendra en fait être un fantôme !) on le voit prendre l’identité du Batman de Zurr-En-Arrh !!!

Ainsi pour survivre, Batman a choisi le chemin de la folie, ce qui fait bien entendu écho au personnage du Joker. Le Joker qui interviendra d’ailleurs plus tard dans l’histoire (plus sous la forme d’un allié qu’un ennemi car le Joker déteste être manipulé, comme le Black Glove va comprendre) et rappellera au lecteur la théorie de « super-personnalité » lui permettant de s’adapter à toute nouvelle situation, mais cette fois-ci c’est pour parler du Dark Knight que cette théorie est évoquée.

Et c’est sur ces éléments que se déroule l’affrontement final entre Batman et le Black Glove. Ce qui avait été introduit comme une lutte du bien contre le mal se fait sous fond de théâtralité et de faux semblants. C’est un bal masqué où personne ne porte sa véritable identité, que ce soit Batman où le Docteur Hurt (qui se fait passer pour Thomas Wayne, le père de Bruce). Ses acolytes font tous penser à des super-vilains connus du Batverse, mais ce ne sont pas les originaux. Et la fin du combat nous laisse avec un Batman présumé mort.

batman-rip-vs-joker

Mais on le retrouve dans les deux épisodes suivants, en fait capturé par des acolytes de Darkseid pour créer des clones de l’homme chauve-souris (et revoilà le concept d’identités multiples). Et pour ce faire, ils volent sa mémoire. C’est encore une fois (la dernière ? probablement pas) l’occasion pour Morrison de revisiter le concept de Batman, non pas en théorisant mais simplement en montrant à nouveau les principaux évènements de sa carrière, comme le moment où il a décidé d’avoir un costume, les débuts du Joker, sa rencontre avec chaque Robin, etc. Comme un baroud d’honneur avant que Batman ne se réveille… pour combien de temps ?

BatmanAndRobinWillNeverDie

Qui est Batman ? C’est la question que semble nous poser Grant Morrison. Et à la fin de ce premier cycle, on a déjà plusieurs éléments de réponse. Nous savons que Batman ne peut pas réellement mourir, car il n’est pas juste UNE personne. Aussi, Bruce Wayne est un homme préparé pour toutes les situations, il est donc normal qu’il ait planifié son héritage. Par extension, on sait que Batman n’est jamais seul, malgré son image de solitaire. Il a des acolytes, il a une famille. Il ne serait pas Batman sans eux.
Morrison a donc établi qu’au delà du personnage, il y a le mythe (ou est-ce le contraire ?). Batman existe à un croisement entre fiction et réalité, entre folie et imagination. Et je pense que le meilleur exemple de ceci est Bat-Mite, que Morrison fait intervenir comme un conseiller du Batman de Zurr-En-Arrh (et qu’il renomme Might pour l’occasion). On se demande s’il n’est qu’une hallucination, et Batman lui-même finit par lui poser la question; est-il un être de la cinquième dimension ou un produit de son imagination ? Et Might, avant de disparaître, lui répond que la cinquième dimension et l’imagination sont la même chose.

À voir également:
Batman par Morrison #01
Batman par Morrison #02
Batman par Morrison #03
Batman par Morrison #04

Publicités

Une réflexion sur “Batman par Morrison #05 (Batman R.I.P)

  1. Ping : Batman par Morrison #06 : Batman and Robin will never die | NOSTROBLOG

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s