Prison School : Sur le chemin de l’école

Article_Nostro_PS_1S’il y a bien une série qui m’a fait longtemps saliver au point de vouloir une publication en France, il s’agit bien de Prison School (Kangoku Gakuen pour les puristes) d’Akira Hiramoto. Prépublié au Japon dans le Young Magazine depuis 2011, elle est toujours en cours de d’édition à hauteur de 13 volumes, et connaît un certain succès dans l’archipel. En France, c’est désormais chose faite grâce à Soleil qu’on remerciera pour son audace et son bon goût en matière de sélection.

Avant de commencer les réjouissances, revenons un peu sur l’auteur.
Akira Hiramoto, le mangaka, n’en est pas à son premier jet, déjà auteur de “Ago nashi Gen to Ore Monogatari” (comédie, Young Magazine) et de “Me and the Devil Blues” un thriller bien rythmé en 4 tomes disponible chez Kana, il peut se vanter d’avoir un certain pied dans le milieu. Quelques années plus tard, on le verra s’essayer à un genre plus mature (Ecchi/Borderline) avec “ Yarisugi Companion to Atashi Monogatari ” (publié dans le Young Magazine) et pour ensuite continuer avec “Prison School”, qui va aujourd’hui nous intéresser.

« Bon, tout ça, c’est bien, mais qu’est-ce que ça nous promet de bon ? »

Des talons hauts, des cravaches, des jolies paires de seins et un humour bien décalé, bref les ingrédients idéaux pour convaincre un être aussi médiocre que moi. Satisfait ?

« Au tour du scénario maintenant ! »

L’histoire se centre autour d’un établissement pour filles, le lycée Hachimitsu, qui, pour cette nouvelle rentrée scolaire, a décidé d’ouvrir ses portes à la gente masculine afin d’assurer une certaine mixité dans ses rangs. Mais voilà que les prétendants se font timides, cinq en tout pour égailler un panel de plus de 1000 étudiantes. Pensant vivre un véritable rêve éveillé, nos jeunes lycéens voient en cette affectation une occasion idéale pour se rapprocher (au plus près) de la gent féminine. C’était sans compter sur la discipline aiguë dont fait preuve l’établissement, qui ne va pas hésiter à les envoyer dans une prison, construite spécialement à l’intérieur de l’école, afin de mater les éléments déviants.

Pour un premier tome, on constate que le contenu n’est pas en reste, beaucoup de choses se déroulent sans pour autant adopter un rythme frénétique. Les bases de la série sont jetées rapidement, comme pour édifier un plan de travail qui va être régulièrement chamboulé. L’intrigue qui s’articule autour du conseil clandestin nous met rapidement l’eau à la bouche et suscite en nous, dès le début, pas mal d’interrogations quant à son existence et ses desseins. La progression de cette dernière, elle, en revanche se veut beaucoup moins sérieuse se fait aux travers des déboires de nos cinq étudiants toujours en quête de satisfaction lubrique. Et c’est une foi notre groupe jeté en prison que le ton va nous être révélé. Dans l’espoir de mater nos chérubins, le lycée ne recule pas devant l’emploi de mesures exagérées comme le port de la tenue du pénitent, travail forcé et surveillance sans faille. Mais voilà que leurs efforts sont tournés rapidement en dérision. L’humiliation au travail vire au fétichisme sadique, les corvées se font autant d’excuses pour fantasmer sur la vice-présidente. Et voilà que notre groupe en redemande sans cesse, sans jamais satisfaire leur curiosité perverse. Le ton est jeté, et il sera bien décalé ! L’alternance du sérieux et du comique vis-à-vis du scénario est clairement un point fort de la série avec lequel l’auteur sait jongler.

Article_Nostro_PS_2

Si on s’intéresse maintenant à l’aspect graphique, alors là, c’est la claque visuelle. Le dessin est propre, soigné, audacieux, en un mot, c’est beau. Hiramoto sait jouer avec les nuances et les ombres pour donner une profondeur aux personnages/scènes et ce afin d’insister sur le côté grave ou décisif d’une situation. A cela s’ajoute une maitrise incontestée des plongées et contre plongée utilisées fréquemment pour renforcer l’atmosphère du manga. Le chara-design est plutôt bien soigné, avec une gente féminine généreuse de par les formes et les expressions. On distinguera aussi une certaine douceur malsaine dans l’expression des personnages féminins qui donne à la série un charme sans précédent. Le background quant à lui reste relativement discret, sobre, si bien qu’on ne le remarque presque pas (sauf scènes clés, prison, école…).

En définitive, on se retrouve avec une patte graphique hyper soignée qui sait jouer des codes et s’adapter aux personnalités des protagonistes et à la diversité des scènes donnant à l’histoire une profondeur qui tiendra le lecteur en haleine.

«…En résumé alors ? »

Il est clair qu’ici, il est hors de question de parler de fan service, l’ambiance érotique/perverse étant l’âme même de la série, elle n’est nullement présente pour palier un manque criant de contenu.

Si on accroche à premier tome de Prison School, c’est surtout pour son côté complètement décalé, pervers et dérangé de son scénario, et assez peu pour les liens qui commencent à se tisser entre le personnage principal et l’idole de la classe. On a là une mise en bouche intéressante qui nous donne grandement envie de mieux connaître l’environnement de cette école pas comme les autres et de voir la tournure des évènements actuels. On est tout aussi désireux de vouloir mieux connaître et définir le rôle de chacun des personnages auxquels on s’attache assez rapidement.

En résumé, c’est un tome qui m’a réellement fait plaisir d’avoir entre les mains et qui m’a grandement encouragé à suivre plus méticuleusement la série.

Pour les puristes :

Car oui, ils vont crier au scandale en voyant la couverture du tome 2 en guise de jaquette du premier tome. On espère juste que Soleil se rattrapera en inversant de la sorte la couverture du second tome pour que tout rentre dans l’ordre.

Pour récompenser les plus courageux d’avoir lu ce pavé jusqu’à la fin, une petite photo de mon autel dédié à Prison School (je vais très bien, merci) :

IMAG0146Article_Nostro_PS_3

Publicités

3 réflexions sur “Prison School : Sur le chemin de l’école

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s