Sakamoto, pour vous servir ! – Le gendre idéal a désormais son manga

Sakamoto, pour vous servir ! de son doux nom Sakamoto desu ga? en romaji (la version lisible par nous autres occidentaux du japonais) est un manga conçu par Nami Sano et publié par Komikku en langue française depuis l’été 2014, et dont la spécificité mérite amplement un article. Pourquoi ? Car le manga a non seulement le don d’être drôle, mais surtout d’apporter une touche de surréalisme apprécié dans un univers humoristique qui avait déjà porté ses fruits jusqu’à l’usure du genre. Enquête dans les coulisses d’un succès hors norme !

(ouai)

La couverture du premier tome, paru chez Komikku.
La couverture du premier tome, paru chez Komikku.

Sakamoto c’est quoi ? C’est un garçon qui va au lycée comme des millions d’autres jeunes japonais. Sauf que lui… est plutôt différent de la norme. Nul ado mal dans sa peau et désireux de voir le monde brûler qui fera la rencontre d’une jeune fille avec des pouvoirs ou que sais-je ici, nous ne sommes pas dans un manga d’action fantastique. Nul harem de jouvencelles gravitant autour d’un mâle asexué non réceptif à leurs avances non plus, ce n’est pas un manga érotico-petites-culottes. Non, ici on a droit à de l’humour. Ah, donc pas de bande de jeunes filles mignonnes ? Eh non, malheureux, toujours pas. Bon. Alors quoi ?

Sakamoto, le surhomme

Oui, c’est littéralement le mot qui vient à l’esprit. Sakamoto est un garçon plutôt grand et athlétique, beau gosse et intelligent, doué de ses mains comme du reste de son corps et surtout qui a la tête sur les épaules. Mais surtout, il excelle dans la démesure. Comment expliquer l’essence même du manga sans en extraire sa substantifique moelle ? Tout l’humour de Sakamoto repose sur l’exagération du protagoniste à résoudre des situations. Il fera des choses complètement surexagérées pour régler différends et autres sources d’ennuis de sorte à rendre la chose drôle. Par exemple, il lutte contre un guêpe qui menace ses camarades de classe à l’aide de la pointe de son compas, mimant un duel d’escrime. C’est délirant, c’est too much, et c’est ce qu’on aime. Aucune situation n’est bien extrême à la base, mais chaque résolution l’est de par la présence de Sakamoto. Il apporte au naturel la touche de surréalisme nécessaire pour déclencher l’étonnement et donc la satisfaction chez le lecteur. Car évidemment, il réussit à tout.

Sakamoto, le gendre idéal

Il est poli, serviable (eh, d’où le titre oui) et en fera des tonnes pour aider son prochain. Jusqu’à l’excès, bien entendu, créant des qui pro quo assez drôles. Sakamoto est l’archétype même du jeune homme bien sous tout rapport, qu’on rêve d’inviter à sa table, à qui on donnerait les clefs de sa maison le temps d’une course et qui aurait trouvé le temps de faire du ménage et du repassage plutôt que de rester devant la télé à attendre notre retour. Cela cache-t-il pour autant quelque chose, un passé mystérieux ou des intentions sombres ? Non, et c’est justement là l’intérêt du manga : il n’y a pas d’embrouille entre l’auteur (ou auteure, Nami c’est une fille normalement) et le lecteur. Juste des situations normales, des péripéties dingues, tout ça rythmé par un format tranche de vie, sans suite ni histoire-fleuve. On peut lire un chapitre sans avoir lu les précédents et comprendre le contenu car chaque histoire se lit comme une nouvelle. Une portion du quotidien de Sakamoto et de son entourage, surtout à l’école et aux alentours, et rien de plus. Pas d’aliens zombies ou de ninjas vampires. Pas de prophétie, de super-pouvoirs cachés ni de rival ténébreux. Pas d’amour non plus, malgré le charme et le succès (chez les filles et peut-être même chez certains garçons) de Sakamoto.

Alors c’est un manga tout simple mais indispensable ? Oui. On peut le cataloguer aux côtés de seinen tranches de vie à vocation humoristique comme Yotsuba& ou Barakamon sans soucis, car malgré l’absence d’enfants mignons, on a ce même sentiment de légèreté et de doux sourire aux lèvres en lisant ce genre de manga. Son succès au Japon au même titre que ces œuvres n’est pas un hasard. Vaguement moralisateur, un dessin propre et non surchargé, un protagoniste au centre de l’action et beaucoup plus de positif que de négatif. C’est très décontractant et dépaysant entre deux tomes de bagarre. Une rareté à essayer !

Publicités

4 réflexions sur “Sakamoto, pour vous servir ! – Le gendre idéal a désormais son manga

  1. Ping : La liste du Père Noël de ta petite cousine | Nostroblog

  2. Ping : Les mangas génialement étranges et tristement inconnus qui ne demandent qu’à être traduits | Nostroblog

  3. Ping : Dungeon Meshi – Is it wrong to try to pick up food in a dungeon ? | L’Antre de la Fangirl

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s