Fantasy Life

Bienvenue dans le monde fantastique de Fantasy Life ! Ce jeu conçu par Level 5 à destination des consoles portables de Nintendo a été annoncé comme un ingénieux mélange entre Animal Crossing et Final Fantasy. C’est ce que nous allons vérifier.

Après avoir créé votre avatar et découvert de nombreuses possibilités de coiffures extravagantes, vous voilà sur Rêveria, un monde quasiment idyllique. L’histoire commence à Castel, alors que vous, jeune joueur, voulez commencer une carrière. Et niveau boulot, le jeu en propose une douzaine, dont quatre classes de combat (Mage, Paladin, Mercenaire et Chasseur). Aucune n’est véritablement indépendante des autres, et même, à l’inverse, certaines exercent une synergie entre elles comme Mineur (qui récolte des minerais) et Forgeron (qui va les… forger) vous forçant ainsi à les avancer simultanément. Dans Fantasy Life, pas besoin de CV et de lettres de motivation, on change de boulot comme on veut, du jour au lendemain, et sans perdre les bénéfices des compétences apprises via les autres job.

HNI0091

J’ai donc commencé en tant que Mage, afin de découvrir la miaougie. Oui, le jeu déborde de jeux de mots tout aussi douteux. Tout allait bien à Castel, ville dans laquelle commence notre aventure, quand une Pierre du Chaos est tombé en plein sur ma maison. A partir de ce moment, le jeu alterne entre phase de scénario où vous avez « juste » à suivre les instructions de Flotillon, le papillon magique qui vous accompagne partout, et phase d’exploration libre, où vous pouvez vous promener joyeusement à travers champs et forêt. Enfin, à condition d’avoir débloqué l’accès à ces zones, qui se fait, évidemment, au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire.

Et c’est pour cela que le jeu a été comparé à Animal Crossing. Car, durant ces phases de liberté que vous pouvez faire durer à loisir, c’est votre vie que vous vivez sans aucune contrainte. Mais le concept de simulation de vie n’est pas aussi poussé que dans ACNL puisque, principale raison, le temps dans le jeu ne suit pas le défilement des heures dans la vraie vie réelle. Ce qui vous aide à progresser plus rapidement, certaines créatures n’apparaissant qu’à des moments précis de la journée (comme dans ACNL). Mais ici, pas de bestiaires d’insectes et de poissons à compléter, même si l’on peut être Pêcheur ou attraper des sauterelles et des scarabées. Pas de musée à remplir, ni même de ville à diriger et à embellir, non, juste une maison à décorer avec des meubles que l’on peut construire soi-même (si l’on choisit d’être Menuisier).

HNI0096

L’aspect « simulation de vie » est donc axé essentiellement sur l’évolution des métiers. Pour cela, le maître de la guilde choisie propose des missions, du style « Vaincre 5 Machins à tel endroit » ou « Conçois 3 vêtements en lin ». Les récompenses se font en étoiles, et font progresser et monter dans la hiérarchie, jusqu’au rang ultime. Par ailleurs, rien n’empêche de continuer ces missions et de répondre aux requêtes des habitants pendant les phases de scénario, même si c’est parfois plus difficile à faire.

Au delà des graphismes mignons, des superbes cinématiques (mais trop rares) et des musiques entêtantes, le gros défaut du jeu est la quantité de textes à lire, dont la plupart sort de la bouche de Flotillon, qui, ironiquement, semble bien le savoir, qu’elle est trop bavarde. Cela force à mitrailler le bouton A dans l’espoir que s’arrêtent ces dialogues interminables, pourtant bien écrits, mais qui ont la fâcheuse tendance de tourner au hors-sujet total (ou à parler d’amitié et de bons sentiments, comme dans le plus niais des shônen). Et le problème, c’est que des chapitres entier du scénario se contentent de nous promener d’un groupe de personnages à un autre pour juste les écouter parler. Et c’est tout. Assez décevant, donc, que la résolution de certains passages se fassent par le dialogue plutôt que par un combat phénoménal et dantesque contre un boss quasi invincible. Reste seulement l’impression d’avoir été spectateur plutôt qu’acteur de cette aventure. Dommage.

HNI0095

Après, les différentes villes croisées durant ce périple ont du charme, particulièrement Al Maajik qui reste sans aucun doute mon passage préféré de Fantasy Life. Mais les requêtes de mon maître de guilde m’ont paru plus épiques que le scénario principal. C’est dire. Pour l’instant, je n’ai pas eu le temps de m’essayer à toutes les carrières, mais cela viendra. Car le système de progression est rapidement addictif et j’ai déjà passé près d’une centaine d’heures de jeu à faire décoller différents métiers (de Mage à Tailleur, en passant par l’Alchimiste) et à parcourir l’immense carte du jeu pour trouver tel Spectre du Vent ou tel Spectre des Mers. Tout cela, sans même avoir acheté le DLC, qui rajoute un nouveau rang de carrière et un nouveau monde à explorer (et de nouvelles options de personnalisation de son avatar, aussi) et donc de bonnes heures de jeu devant moi.

Je vous laisse donc, une nouvelle vie fantastique m’attend, comme Cuisinier, ou Bûcheron, j’hésite encore.

Publicités

2 réflexions sur “Fantasy Life

  1. Je suis dessus depuis hier… C’est plus « RPG » que « simu de vie » à mon humble avis, par rapport à on conjoint qui aime AC ou Tomodachi Life, Fantasy Life est très très différent.

    C’est pour ça que j’aime bien :p Impossible de lâcher le truc, pour l’instant j’en suis à faire les quêtes de novice de chaque corps de métier, et c’est vraiment très agréable, et bien écrit comme tu le soulignes. Le monde est très vivant, les PNJ ont de la personnalité (et des noms à base de jeux de mots foireux), on voit qu’il y a eu un vrai souci du détail.

    1. Oui, l’aspect RPG est plus poussé par rapport à la deuxième composante, ce que je trouve un peu dommage. J’ai un peu peur que le catalogue d’objets pour décorer les maisons soit faible. Je verrai bien quand je deviendrai Menuisier. :3

      Perso, j’ai préféré faire un métier par un métier, n’en commençant un autre que si je bloque. Pour éviter de trop me disperser, aussi. Déjà que les requêtes des PNJ s’accumulent… >_<"

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s