Top 3 des meilleurs films de 2014

En l’an de grâce 2014, le royaume de Nostroblog décida d’envoyer quatre de ses héros braver les batailles et les tempêtes. Rien ne devait les arrêter, pas même la faim, ou les .gif de chatons.
Leur mission ? Voir autant de films que possible et dresser un bilan digne d’être offert au peuple !
On n’entendit plus parler des héros pendant plusieurs mois. Étaient-ils tombés dans un piège ? Se seraient-ils égarés dans le Labyrinthe des Films Français ou seraient-ils tombés dans le Gouffre Sans Fond du Found Footage ? Mais non ! Ils s’étaient tout simplement arrêtés sur le chemin du retour pour une pause chocolatine (ou « pain au chocolat » comme disaient les barbares). Mais leur mission était complétée et, selon la tradition du royaume, ils avaient envoyé le récit de leurs aventures via étoiles de mer voyageuses.

LE TOP DE NOSTROBLOG

1ère place (ex æquo) :

INTERSTELLAR

interstellar-poster

ET

ZERO THEOREM

020182

2ème place :

THE GRAND BUDAPEST HOTEL

239820

3ème place :

LES GARDIENS DE LA GALAXIE

Guardians-of-the-Galaxy-2-1308x1940

LE TOP DE RAISMITH

Beaucoup de films qui m’intéressaient cette année, pour à peine une demi-douzaine de vus au final. Il faut dire qu’entre un partiel de marketing international et une cueillette de mirabelles dans ma Lorraine natale, le temps et l’argent manquent pour obtenir les faveurs du gérant de la salle de cinéma. Sans rancune, mon bonhomme !

1/ Zero Theorem : en 1985, Terry Gilliam n’invente pas la dystopie étatique avec Brazil, mais livre une excellente adaptation non-officielle de 1984. En 2014, par contre, Gilliam est clairement précurseur dans la description d’une dystopie capitaliste. Ce film, de prime abord obscur, peut être interprété comme la mise en avant de la toute-puissance d’un modèle économique libéral (qui prend les traits de Matt Damon avec Management). Ce modèle, qui restreint les libertés individuelles, met à l’écart les personnes un peu plus intelligentes, à l’image de Qohen, le personnage interprété par Christoph Waltz. Il s’agit selon moi du film le plus intelligent et le plus complexe que j’ai vu depuis un long moment. J’en parlais d’ailleurs il y a quelques mois.

2/ Interstellar : Nolan nous offre un voyage humaniste et humanisé grandiose avec Interstellar. C’est tout simplement le haut du panier d’un cinéma qu’on peut qualifier de « grand public » (car les voyages dans l’espace et les complexes temporels sont des thématiques attractives). Alors oui, tout ne se tient pas à 100%, et oui, il y a beaucoup de larmes et de bons sentiments dans Interstellar. Mais ce n’est pas un problème : laissez-vous porter par ces images mystiques de trous noirs et de trous de ver, cette ambiance de fin de l’humanité qui l’oblige à se transcender pour survivre, et par les quelques petits twists qui font leur effet. J’en parlais également il y a peu sur le blog.

3/ Godzilla : le Godzilla de Gareth Edwards, c’est en quelque sorte l’histoire de la survie de l’intégrité intellectuelle. J’exagère peut-être un peu, mais on est en présence d’un réalisateur passionné, qui a un univers presque attribué (celui des monstres de science-fiction) et qui doit faire face aux rouleaux compresseurs de culture que sont les studios de blockbuster hollywoodiens. Là où bien des réalisateurs préfèrent se résigner et juste faire le taf, lui décide d’abandonner une heure 30 du film au cahier des charges des producteurs pour une demi-heure de pur bonheur cinématographique (pour faire court, les passages où on voit les monstres bien sûr). Par exemple, la scène du parachutage, qui m’a fait réaliser qu’on pouvait concilier films à gros budget et haut degré de cinématographie. À voir rien que pour cette demi-heure.

LE TOP D’ECK

Mon top 3 c’est le top 3 de Nostroblog. Non pas que je sois l’incarnation allégorique du blog, mais juste que mes compères ont bon goût. Ou alors on a tous le même goût, pour le bon goût. Trop mainstream. En vrai mon top 3 c’est Hunger Games, Robocop et Godzilla. Trop de kiff, trop d’action et wouah ces retournements de situations !

1/ Donc Interstellar : une grosse mandale de calibre « j’ai bossé 25 ans dans la maçonnerie » sur mon joli visage. J’avais le pouls d’un mec qui fait l’amour à sa femme en cachette derrière un buisson sur le bord de la route. La musique est absolument divine (c’est du Hans Zimmer), la réalisation est soignée et propre (c’est du Nolan), Matthew McConaughey est un acteur en or qui signe en 2014 un grand retour sur nos écrans, l’histoire bon… ok l’histoire vaut ce qu’elle vaut. Elle tire un peu partout et éclabousse plus qu’elle ne fait mouche, mais à la limite avec un esprit ouvert, et notamment aux théories scientifiques sur l’astrophysique, la quantique et j’en passe, ça glisse. Mais beaucoup d’émotions sont mises en jeu, et ça plus que tout ça fonctionne. Surtout avec une bande-son aussi travaillée et grandiose.

2/ En seconde position j’ai mis les Gardiens de la Galaxie. Si j’avais pas vu Interstellar en fin d’année il serait premier. Ce film est une perle. Un bon moment d’action, de rires, d’aventures aussi dépaysantes que farfelues, et de Disney. Euh Marvel. Non attendez. Ah ben c’est les deux et ceci explique cela. On a la recette narrative classique d’un bon Disney appliqué à un univers Marvel subliment mis en scène pour ne pas paraître chiant ni pompeux. Ça se prend pas au sérieux, on est dans l’espace et on fait ce que l’on veut, on s’en fout c’est du space opera et en avant les folies. C’est beau, ça bouge, on se marre, on voit pas le temps passer, et c’est cool car en fond ça mènera à Thanos contre l’univers et à une suite que l’on espère aussi réussie.

3/ Et enfin : The Grand Budapest Hotel. J’ai vu ce film en fin d’année, je m’attendais pas à ça. À dire vrai, je m’attendais à rien vu que je n’en avais vu que quelques images. J’ai compris par la suite que c’était une histoire inspiré de l’œuvre de Stefan Zweig (qu’on connaît tous de nom mais ça s’arrête là car on préfère lire des manga) et un film donc de Wes Anderson (pareil mais en vivant et jeune). Le casting surtout m’avait attiré, beaucoup de bonnes têtes que l’on s’imagine percutantes dans un film en commun. Et ça n’a pas loupé. L’histoire est une histoire dans l’histoire, dans l’histoire. Un mec raconte son passé à un mec qui écrit ça plus tard, et une femme lit le bouquin sur la tombe de l’écrivain, plus tard aussi donc. C’est le bordel dans votre tête ? Ah mais pas de soucis, ça l’a été pour tout le monde pendant les 10 premières minutes du film je présume. Puis l’histoire se lance. Et là c’est du génie. Chaque cadre, chaque ligne de texte, chaque musique et chaque regard est dirigé par un chef d’orchestre talentueux qui sait ce qu’il fait et qui sait surtout où il va. C’est magique, enchanteur même, et cette espèce d’Europe que l’on arrive pas à dater est un cadre à la fois charmeur et nostalgique. Une belle histoire sublimement filmée et interprétée.

LE TOP DE MAERLYN

Niveau ciné, j’ai eu quelques grosses déceptions cette année (genre The Amazing Spider-Man 2 et Godzilla, et des adaptations ratées comme Nos Étoiles Contraires et Gone Girl…), mais heureusement il y avait quand même de quoi faire un top 3. Si on compte un film sorti en catimini en janvier, et un documentaire sorti en v.o.d dont vous n’avez jamais entendu parler…

1/ Harmontown : J’ai déjà parlé de Harmontown; le podcast de Dan Harmon. Dans mon premier billet sur Nostroblog, d’ailleurs. Début 2013, Dan Harmon décide de transporter son podcast en tournée. Et comme son ego n’a pour égal que son honnêteté, il emmène également une équipe pour tourner un documentaire. Produit par lui, mais avec carte blanche au réalisateur.
Bien sûr, ce documentaire est avant tout destiné à une fanbase, celle du podcast, c’est-à-dire celle de Dan Harmon. Et peut-être aussi celle de Community, surtout que cela prend place alors qu’il avait été renvoyé de son poste de showrunner et de producteur sur la série. Mais le film va plus loin que ça car Harmontown n’est pas un produit de divertissement typique. Tout comme Community, c’est quelque chose de très personnel. Et Dan Harmon ne se permet aucun filtre. Il livre la version la plus crûe de lui-même. Au final, on se retrouve donc avec un documentaire très instructif (sur Hollywood, le métier de scénariste, etc…) mais aussi incroyablement humain.

2/ Much Ado About Nothing (Beaucoup de Bruit Pour Rien) : Qu’est-ce que fait Joss Whedon quand il s’ennuie un peu pendant la post-production de The Avengers ? Il fait jouer ses potes (que vous avez pu voir dans toutes ses séries) dans une adaptation de Shakespeare tournée chez lui, en noir et blanc. Et puis il sort ça un peu sans prévenir. J’avais déjà dit quelques mots sur la sortie de ce film dans ce billet datant de… 2013. Mais oh là ! C’est un top pour 2014 ici ! Oui, car le film n’est sorti en France qu’en 2014, en janvier pour être précis, donc je suis dans les règles, de peu.
Much Ado About Nothing est une pièce « légère » de Shakespeare. Dans le sens où ça ne finit pas dans un bain de sang avec des cadavres partout. Mais c’est une pièce très drôle, car oui, Shakespeare écrivait les meilleures vannes de l’époque. Et Whedon a décidé de garder le texte original tout en plaçant son film dans un contexte moderne. Ce qui devrait très vite se casser la gueule marche parfaitement, grâce à un minimalisme au niveau des décors (c’est tourné chez le réalisateur, je rappelle) et des acteurs magnifiques qui ont visiblement l’air de s’éclater. Rien que la prestation (très courte) de Nathan Fillion vaut toutes les autre comédies sorties dans l’année.
Et c’est aussi une belle histoire d’amour. La vraie bataille du film, c’est celle entre le cynisme et le romantisme. Si ça ne vous dit toujours rien, vous êtes une cause perdue.

3/ Guardians of the Galaxy (Les Gardiens de la Galaxie) : Quand Marvel décide que pour son gros blockbuster de l’été, ils vont adapter un comics que personne ne connaît, il y a de quoi se poser des questions. Genre, où sont les drogues ? (le premier qui répond chez Robert Downey Jr. a perdu) Mais peut-être qu’en fait Marvel est rempli de génies, ou bien ils ont de la chance. En tout cas le film est tout ce que l’on peut vouloir d’un blockbuster, et plus. On ne s’ennuie pas une minute, ça envoie de l’action dans tous les sens, c’est fun, décomplexé, et ça ne nous prend jamais pour des cons. Les personnages deviennent instantanément cultes, le cast est parfait, et ça redonne de l’oxygène à un genre qui a parfois du mal à survivre : le space opera.

LE TOP DE MELOKU

Les derniers seront les premiers disait Céline Dion La Bible, ce qui me console donc d’avoir la lourde charge de conclure cet article. D’autant plus que cette année, j’ai l’impression d’avoir plus de films sortis en 1974 que de films datant de 2014. En effet, le nouveau cinéma de ma ville n’a diffusé que les gros blockbusters américains qui ne m’intéressent pas. Donc ce sera un top sans L’adieu au langage, sans God help the girl, sans Under the skin et sans tous les autres films que je n’ai pas pu voir. Merci.

1/ The Grand Budaspest Hotel, forcément. De base, j’aime beaucoup le cinéma de Wes Anderson, et je dois avouer que son dernier long métrage est arrivé à me bluffer. J’ai été conquis par son univers burlesque à base de sauts dans le temps, de moustaches et plein d’autres trucs que j’ai trouvé cool. A cela s’ajoute une maîtrise parfaite du scénario, un casting démentiel et une réalisation de toute beauté. Il faut en parler d’ailleurs de cette réalisation. D’ordinaire je n’aime pas ce qui est trop lisse, le cinéma bien filmé, bien cadré. Mais ici le parti pris graphique est tel qu’il est impossible de ne pas succomber à son charme. Avec The Grand Budapest Hotel, Wes Anderson a réalisé un film avant tout esthétique, pour le plus grand bonheur de nos yeux. Pour moi, il ne fait aucun qu’on tient là l’un des tous meilleurs films depuis le début des années 2000.

2/ Le film que j’attendais le plus cette l’année était sans l’ombre d’un doute Zero Theorem. Pourquoi ? Parce que Terry Gilliam. Et s’il ne se classe pas sur la première marche de mon top, cela ne veut pas dire qu’il m’a déçu (bien au contraire), il avait tout simplement un sérieux concurrent en face. Avec Zero Theorem, par le prisme d’une dystopie à la fois sombre et absurde, le célèbre Monthy Python nous prouve une nouvelle fois qu’il est obsédé par l’œuvre de George Orwell. Le propos du film donc, est loin d’être novateur, bouleversant ou quoi que ce soit. Ce qui m’a plu à moi, modeste spectateur, c’est que Gilliam a fait du Gilliam, c’est à dire de la science-fiction kitsch, déjantée, révoltée, tellement belle à regarder, tout en nous poussant à nous questionner sur nous-même et sur notre société. Ce n’est certes pas ce que le monsieur a fait de mieux, mais moi, le plus subjectivement du monde, j’aime.

3/ Mon troisième choix est composé de deux films, puisqu’il s’agit de Nymphomaniac. Lars von Trier raconte en huit tableaux et deux longs métrages la vie d’une nymphomane, tout ceci étant entrecoupé de discussions sur l’existence, le sexe, la pêche et ce genre de conneries. Servi par une réalisation brute, violente, à des années-lumière d’un Melancholia, le dernier Lars von Trier se démarque des autres productions cinématographiques de l’année par son ton volontairement provocateur (on a l’habitude chez le monsieur) et par un discours dépressif (chose à laquelle le réalisateur nous a également accoutumé). Ainsi il est difficile d’être mesuré avec ce film, soit on aime, soit on déteste. Moi, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup apprécié le propos de Nymphomaniac, même si je trouve le film desservi par certains acteurs à la limite du médiocre. Coucou Shia LaBeouf.

Publicités

11 réflexions sur “Top 3 des meilleurs films de 2014

  1. Kimi

    À titre perso, j’ai aimé Interstellar mais je ne le range pas dans mon top 3 de cette année. Je me suis littéralement emmerdé pendant les 15 dernières minutes, le film utilise des ressorts narratifs hyper classiques (la relation père/fille vue et revue, absolument risible entre autres). Néanmoins, le film vaut le coup d’oeil, ne serait-ce que pour les séquences dans l’espace (ce trou noir…!) et quelques scènes remplies d’émotions (à titre d’exemple la scène ou le père de famille visionne les vidéos de ses enfants). Pas le meilleur Nolan mais un bon film tout de même.

    Me concernant, j’ai adoré Guardians of the Galaxy que je considère comme le meilleur film de super héros que j’ai pu voir jusqu’à présent. Il enterre complètement les autres films de Marvel et ce, peu importe la Phase !

    Sinon il m’est impossible de faire un top 3 vu que j’ai apprécié beaucoup de films cette année. Je citerai pêle-mêle Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch. Acteurs merveilleux (Tom Hiddelston sort enfin de son rôle de Loki lui collant à la peau), cadres magnifiques, images somptueuses… L’un des meilleurs films de vampires que j’ai pu voir avec Morse et Entretien avec un vampire.

    2. La Grand Aventure Lego du duo Phil Lord / Christopher Miller. Le film d’animation le plus cool que j’ai pu voir jusqu’à présent. A réserver davantage à un public adulte, le film étant très rythmé et rempli de références pop culture. Un très bon moment !

    2. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson pour les raisons qu’a évoqué Meloku.

    3. The Rover de David Michôd. Un film partant sur une idée de base relativement simple mais qui se révèle être, au fur et à mesure, bien plus qu’un simple film. Ambiance de dingue, acteurs au poil, dialogues savoureux, pression hallucinante… Un excellent moment.

    4. The Raid 2 de Gareth Evans. Me concernant LA grosse claque de 2014. Un putain de mandale dans la face ni plus ni moins. Les scènes d’actions m’ont fait directement oublier celles du premier opus, la mise en scène est aux petits oignons, les acteurs crèvent l’écran, la violence est poussée jusqu’à son paroxysme (l’utilisation d’armes blanches (couteaux incurvés, batte de baseball, marteaux) et la diminution de gunfights y est pour beaucoup), le film regorge de scènes cultes, de moments de bravoure et la dernière demi-heure écrase li-tté-ra-le-ment tous les films d’action hollywoodiens, sans exception.

    5. Mommy de Xavier Dolan. Mon chouchou en cette fin d’année. Extrêmement puissant, Antoine-Olivier Pilon ravage tout son son passage à chaque apparition. La mise en scène est ingénieuse, la cadre employé très astucieux et les acteurs tout bonnement exceptionnels.

    Mes attentes pour 2015 : Star Wars VII (une évidence), les derniers films de la Phase 2 Marvel (Avengers 2 / Ant-Man), Chappie de Neill Blomkamp , Jupiter Ascending (!!!) et le prochain Tarantino (The Hateful Eight). :)

    1. Les Gardiens de la galaxie, j’ai pas franchement accroché. Pour moi, c’est la même soupe que les autres blockbuster qu’on nous sert depuis des années (les seuls films de super-héros que j’ai aimés, ça reste les Spidey de Raimi).

      Tiens, sinon, j’ai le DVD de Only lovers left alive, il faut juste que je trouve le temps de le voir :)

      1. Je te rejoins parfaitement sur Les gardiens de la galaxie. Mais je ne suis pas la cible des films Marvel, mon préféré étant aussi Spider-man, mais le 3. C’est dire le niveau des autres.

        1. Ouaip, dans le genre, j’ai été bien plus surpris par Godzilla, et tous ceux-là ne tiennent pas la comparaison avec des Interstellar (je sais même pas si on peut appeler ça un blockbuster, tellement Nolan propose « autre chose »).

  2. Nadj

    \o/ yeaa, surprise de fin d’année! ZERO THEOREM qui n’aurait évidément pas dû partager sa position de film incontesté de l’année xDD Je suis évidemment plus *sceptique* pour le reste (old school : pas de comédies récompensées!). Pour le coup j’ai trouvé THE GRAND BUDAPEST HOTEL très fadasse sur le fond de l’histoire (plutôt creuse), et dans le même style (vintage) American Bluff a tellement plus la classe. LES GARDIENS DE LA GALAXIE pareil, pas trouvé ça transcendant mais ce sont mes gouts, et INTERSTELLAR pas vu :D
    Bises et à l’année prochaine Etienne ! xoxo

    1. Alors, pour les comédies, j’avais noté cette année Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf (même si, bon, je suis pas sûr que ça donne quelque chose de super) et New York Melody (mais je suis pas sûr que ça soit une comédie au sens pur, ça plutôt l’air d’être une comédie romantique nostalgique). J’ai vu par contre Albert à l’ouest et c’est la daube de l’année \o/
      À très bientôt Roberto o/

  3. DorianV

    J’adhère complètement au Top Nostroblog. Perso j’aurais aussi mis Dallas Buyers Club qui est sorti en France début 2014, Jared Leto et Matthew McConaughey jouaient divinement bien, et j’ai littéralement adoré Mr. Turner avec Timothy Spall (Queudver dans Harry Potter), film qui retrace la vie du peintre Turner.

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s