Fallout : Retombées dans le passé

Dans le dédale de réactions fortement propagées par une communauté en lie devant l’annonce du prochain opus de Fallout, nous en sommes bel et bien à l’heure des interrogations.

Fallout_titre
L’objet de tous les débats, plus que le FN.

 

Si Bethesda a bien relancé la franchise Fallout depuis 2008 alors délaissée par les studios Interplay, il serait, avouons-le, de bonne augure de se pencher sur les premiers pas de la série, parce qu’entre nous, qui a déjà touché à ces vieux jeux poussiéreux du siècle dernier qui ne tournent même plus sur nos machines actuelles ?

C’est avec l’esprit un peu embrumé par la fiévreuse ambiance d’un été s’annonçant long et pesant que j’ai décidé de rouvrir les vieux cartons jaunis et odorant, histoire de ne pas mourir trop idiot. Et c’est non sans un sourire en coin que je déballe (ou re-déballe) Fallout, premier du nom, encore dans sa boîte toute pleine de charme. Parce que oui, en 97 on savait faire des couvertures qui déboitent.

Si c'est pas une jaquette sexy ça ma bonne dame !
Si ça c’est pas de la jaquette sexy ma bonne dame !

« A l’aventure compagnons… »

Pressé de commencer ? Amis du bon goût, vous allez devoir arpenter un chemin on ne peut plus ardu. A peine le CD religieusement inséré que la machine m’en veut déjà. Compatibilité tu dis ? C’est que la bestiole refuse de se lancer sur les versions récentes de Windows. Décidément, les dinosaures du jeu vidéo n’ont vraiment pas su d’adapter. Qu’à cela ne tienne, tu ne me fais pas peur antiquité du monde jadis, tâte un peu de ma machine virtuelle.

« Allons-y ! »

Et nous voilà rapidement plongé dans un 22ème siècle ravagé par une guerre nucléaire ou l’humanité, plutôt ce qu’il en reste, vit dans un ensemble de complexes sous terrain disséminés un peu partout dans le monde.
On a le choix dès le début du jeu d’incarner un des trois personnages disponibles, le bon la brute ou le truand (le charismatique, le costaud ou l’athlète). Chacun ayant ses qualités, ils seront le reflet de votre style de jeu, alors pas de bêtises au moment de la sélection.
Le jeu se présente comme un Diablo à première vue, mais encore plus orienté RPG. La 3d isométrique pique un peu les yeux mais reste très potable, il en faudra plus pour décourager les amateurs de bon gout.

Le scénario nous envoie très vite hors de notre fort sous terrain en quête d’une pièce pour un purificateur d’eau, sans laquelle, notre « Vault » est condamné. Nous voilà donc jeté dans un extérieur désertique, hostile, parsemé de villes de fortunes, citées fantômes et d’innombrables bestioles toutes aussi horribles les unes que les autres.

Character_selection
Albert, Max et Natalia, les trois héros du Vault 13. Choisissez avec soin.

Le système de combat se fait au tour par tour via une distribution de points d’aptitudes. Telle ou telle action consommant un certain nombre de points, il vous sera demandé une bonne gestion de vos compétences et un sens aigu de l’anticipation pour vous sortir des situations les plus critiques, parce que oui, dans Fallout, toute situation est périlleuse et les game over vont s’enchainer à un rythme effréné.

Et nous en venons au premier point, Fallout est un jeu exigeant.

Au fil de vos quêtes (qui s’articuleront autour de la principale), on vous demandera de côtoyer pas mal d’ennemis. Je dis bien côtoyer et non affronter car si la possibilité de résoudre les maux par le langage vous est donnée, croyez-moi, mieux vaut user du verbe que de la poudre. Le monde étant vaste, le système de travelling se fait via une carte et le tout en temps réel. Eh oui, car en plus de sa difficulté bien présente, Fallout premier du nom vous demandera d’accomplir vos quêtes en temps limité.
Le temps a une réelle importance dans le jeu, car certains évènements se produiront ou cesseront leurs activités à une date bien précise. Autant vous dire que durant les premières heures de jeu, il vous sera difficile de bien apprécier cette dimension et au final vous serez amené à recommencer le jeu plusieurs fois avant de vous familiariser avec cette notion.

La sortie du Vault, les premiers pas dans le jeu.
La sortie du Vault, les premiers pas dans le jeu.

Avec une ambiance et un graphic design bien ancré années 50/60, Fallout est un titre véritablement accrocheur de par son aspect mais aussi de par son humour quasi omniprésent au travers des discussions avec les PNJ. Les relations avec le monde extérieur étant un pilier du jeu, il vous sera possible d’orienter le scénario selon les relations que vous allez entretenir avec les habitants de ces terres arides. Alors, n’envoyez pas bouder tout le monde à tout bout de champ avec répartie et classe (même si c’est horriblement tentant).

On en vient donc au second point, la rejouabilité. Comme cité précédemment, le temps conditionnera votre jeu et donc par conséquent, une seule partie ne sera pas suffisante pour découvrir tous les secrets du jeu. Et c’est avec grand plaisir que vous relancerez une nouvelle aventure en ces lieux irradiés sans trop avoir la sensation de devoir faire et refaire les choses de la même manière. A différentes approches, différents résultats.

Petite anecdote, il est dit sur les internets qu’il est possible de croiser le TARDIS dans les étendues désertiques du jeu, et ça, c’est une raison à elle seule de se jeter sur ce petit bijou du 20ème siècle.

Interplay et Black Isle, les studios à l’origine du jeu éditerons par la suite un deuxième volet, s’immisçant encore plus profondément dans l’univers ambiancé par le premier opus, créant ainsi une série à part entière. De nos jours, Interplay, bien qu’à l’origine d’excellents titres est un studio surendetté qui ne produit quasiment plus de jeux. Au bord du gouffre, il a dû céder la licence Fallout au géant Bethesda en pleine expansion il y a quelques années, mais se réservant quand même le droit d’utiliser le nom du jeu. Bien triste histoire que celle de ce studio de développement.

Malgré une prise en main (pas trop) délicate et un âge qui commence à accuser, Fallout est un jeu auquel tout amateur de vieillerie vidéo ludique ou curieux tout simplement, se doit d’avoir joué. Accrocheur avec une ambiance très agréable, il n’est nul doute que sa sortie a véritablement ajouté sa pierre à l’édifice du RPG et au genre survival post-apocalyptique. Bref, en un mot comme en cent, saisissez-vous de votre Nuka-Cola et de la tenue la plus underground de votre garde-robe et lancez-vous corps et âme à la découverte de Fallout, il n’y aura pas de déçu, c’est promis.

Pour terminer, un artwork qui convaincra les plus sceptiques.
Pour terminer, un artwork qui convaincra les plus sceptiques d’entre-vous.

 

Publicités

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s