Li Kunwu, un regard sur la Chine

La BD chinoise, ou autrement dit « manhua ». On n’en parle pas beaucoup, hein ? Elle reste dans l’ombre du géant manga et à moindre mesure dans celle de la BD coréenne. Et pourtant ! Elle en a également à revendre, de l’intérêt. J’ai donc décidé d’en parler afin de faire découvrir ou redécouvrir une facette de la BD mondiale, et dans ce cas-là, plus précisément un aspect de la BD chinoise.

couv_vie_chinoise__1_0


Et afin de ce faire, je vais évoquer Une vie chinoise. C’est une bande-dessinée autobiographique de Li Kunwu, co-scénarisée avec P.Otié, éditée chez Kana dans la collection Made in. C’est une série en trois tomes, dont chaque tome représente une partie de l’Histoire chinoise du XXe. Li Kunwu n’est pas un auteur de bande-dessinée de formation, loin de là. En effet, il était illustrateur de dessins de propagande dont il hérite son trait. Une vie chinoise aborde la vie de Li Kunwu, de son enfance au cœur des balbutiements du temps de Mao jusqu’à la Chine d’aujourd’hui. Une vie chinoise fait l’autobiographie d’un homme « qui a eu ni l’étoffe ni l’existence d’un héros » a dit P.Otié. Et pourtant, là est le tour de force des auteurs et la raison pour laquelle cet ouvrage est intéressant. Il ne tente pas de raconter la vie d’un chinois extraordinaire mais de conter la singularité d’un chinois dit « banal » qui fait en réalité écho aux 1 Milliards autres durant le XXe siècle. Car en effet, sous l’impulsion d’un régime totalitaire les chinois se sont retrouvés liés entres eux par le même destin dont aujourd’hui Li Kunwu souhaite évoquer, sans pudeur et en toute honnêteté.

41160598
Néanmoins, cette BD est avant tout historique. Effectivement elle est parsemée de faits historiques à l’instar d’Une vie dans les marges de Y.Tatsumi nous permettant de nous repérer dans le temps. Mais pas seulement, il y a également un aspect didactique à cette démarche. En effet, cet ouvrage a été avant tout fait pour le public occidental et notamment français, l’auteur souhaite nous apprendre l’histoire d’un pays dont nous ne connaissons finalement pas grand chose si ce n’est les très grandes lignes. Dans ce sens c’est également un devoir de mémoire que les auteurs essayent de mettre en lumière et essayent de questionner. Le personnage principal de la BD se pose la question de comment raconter la « Chine » et de quelle manière cela va être perçu et compris. Par exemple, dans le tome 3, un chapitre met en scène les deux auteurs durant leur processus d’écriture où ils se questionnent sur la manière dont ils doivent aborder un certain événement. Dans le processus d’écriture, P.Otié, qui est français vivant en Chine, est très important car il permet d’avoir un regard de lecteur européen dont la mentalité est foncièrement différente de celle chinoise.

Donc, Une vie chinoise est une bande-dessinée historique, quasi-clinique dont l’un des plus gros points forts est l’authenticité. On sent que l’auteur s’est battu à écrire avec justesse l’histoire de son pays et décrire une vie somme toute banale mais atypique. Cette autobiographie nous permet de regarder les événements de l’histoire chinoise par le prisme chinois que représente Li Kunwu et par conséquent, de mieux comprendre la Chine d’aujourd’hui.

Pour aller plus loin …

9782372590006_cg

Si vous êtes intéressés par l’auteur et son travail, je vous conseille de lire également Cicatrices, édité chez Urban China.

A l’instar d’Une vie Chinoise, Li Kunwu se remet lui-même en scène dans Cicatrices où il garde les mêmes thèmes. Petit point histoire : le personnage principal trouve en errant dans un marché aux puces des photos d’archives de la guerre sino-japonaise. Il décide alors de les traduire puis de les travailler. A travers Cicatrices, nous voyons cette fois-ci le point de vue de Li Kunwu sur la guerre et les relations ultérieurs qu’entretiennent les deux pays belligérants, directement ou indirectement. Le point intéressant de cette bande-dessinée est la manière dont elle est faite. En effet, afin de commenter la guerre sino-japonaise Li Kunwu ne va pas seulement dessiner et construire son commentaire au tour de ses dessins mais va atypiquement mettre les vraies photos d’archives dans les planches, dans les cases. Cette approche permet aux lecteurs de plonger au cœur de ces photos où elles sont commentées par le personnage principal. Alors la limite entre le fictionnel et l’historique devient ainsi plus ténue.

Par conséquent, Cicatrices est selon moi une bonne complétion de la façon dont Li Kunwu voit la Chine et le devoir de mémoire.

Enfin, pour faire une synthèse d’ensemble, le travail de Li Kunwu est une aubaine pour celui qui est intéressé par le neuvième art et qui souhaite découvrir la Chine comme on la voit rarement, car trop souvent déformée par le prisme occidental.

Publicités

2 réflexions sur “Li Kunwu, un regard sur la Chine

  1. bidib

    J’avais été très impressionné par le premier tome d’Une vie chinoise. A la fois par le graphisme, très saisissant, et par les regard qu’il offre sur l’histoire de la Chine. Sauf que Li Kunwu est un membre du parti et ça se sent. Si au début je me disais qu’il n’était pas tendre avec le régime qu’il n’hésitait pas à critiquer, je me suis vite rendue compte qu’il ne critique que ce qui est officiellement critiqué par le parti. Certains propose sont même assez choquant dans le dernier tome, comme si en Chine tout allait bien. Enfin, je suppose que la vision de Li Kunwu est partagé par un certain nombre de ses compatriote. Si l’aspect historique de cette bd reste très intéressant je ne la trouve pas complètement détaché de la propagande du parti pour laquelle Li Kunwu a travaillé

    1. Enwyn

      Effectivement, je pense également que le propos, notamment dans le dernier tome, peut être choquant. Et pourtant même si cela peut l’être ce qui nous touche dans Une vie chinoise est l’authenticité. Et ce même si celle-ci est teintée d’un héritage communiste. Le reproche que l’on pourrait attribué à Une vie chinoise est seulement présente dans le dernier tome. Comme tu l’as dit, celui de ne pas montrer l’envers du décor de la Chine d’aujourd’hui. Néanmoins, sans être complètement détaché de la propagande du parti c’est également un souhait de sa part d’être le plus optimiste, quitte à montrer seulement le positif. Je pense qu’il a ce souhait car il voudrait laisser de l’optimisme à la prochaine génération, et qu’il pense avoir suffisamment montrer les conséquences du régime dans le tome 1 et 2.

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s