La nouvelle garde du manga alternatif, numéro 2

Vous vous souvenez de mon article sur la nouvelle garde du manga alternatif ? Mais si, rappelez-vous, j’y parlais de trois artistes qui ne dessinent pas en suivant les principaux courants du manga. Des auteurs qu’on peut qualifier d’alternatifs, voire même d’avant-garde. Dans cette chronique j’avais présenté Inio Asano, Atsushi Kaneko et Shintaro Kago, une sélection très masculine en somme. Alors il est temps de rééquilibrer les débats, de mettre en avant trois femmes qui sont elles aussi des figures importantes de la nouvelle garde du manga alternatif. Attirer la lumière sur des mangakas modernes au féminin c’est bien gentil mais quitte à prendre le précédent article à contresens, allons plus loin : évoquons des mangakas qui ne vivent pas au Japon.


Junko Mizuno

junko mizuno manga avis

Vivant désormais à San Francisco, Junko Mizuno s’est faite remarquer dès la fin des années 90 grâce à son style alliant un design kawaii à un ton trash. Très influencée par Aubrey Beardsley, l’artiste est avant tout une illustratrice dont le style est reconnaissable au premier regard. Dans ses mangas, Junko Mizuno aborde certains thèmes de manière récurrente. Celui de la femme, d’abord, toujours en première ligne. Ses personnages féminins marquent autant par leur force que leur potentielle cruauté, mais aussi par l’érotisme qu’elles dégagent. L’auteure aime représenter des femmes nues à tel point qu’elles s’imbriquent naturellement dans ses compositions. Et derrière ses femmes, on trouve des décors à base de paysages de contes et même de bonbons. On pourrait les qualifier de kawaii, voire même de girly. Sauf que là, on est chez Junko Mizuno : les éléments mignons sont un prétexte pour contraster avec la grossièreté absurde son univers.

En France, on connaît la dessinatrice avant tout grâce aux éditions Imho qui ont publié la plupart de ses mangas depuis 2005, dont ses trois réadaptions de contes populaires : Hansel & Gretel, Cinderalla et La petite sirène. Mais Junko Mizuno a également été publiée chez Kana, dans la revue Comic Cue. Enfin, en 2014, elle a dessiné pour les éditions Soleil un livre illustré nommé Ravina the witch ?.

junko mizuno art manga imho pilou 3

Le manga emblématique de Junko Mizuno est Pilou, l’apprenti gigolo. Dans cette œuvre un extra-terrestre qui ne connaît rien aux femmes va se rendre sur Terre afin de trouver l’amour. Il n’est pas au bout de ses surprises. La mangaka nous propose de découvrir les femmes avec une douceur grotesque et un érotisme acidulé. Tout ce qui fait le charme de l’univers barré de Junko Mizuno donc.


Akino Kondoh

akino kondoh new york

Habitant et travaillant à New York depuis 2008, Akino Kondoh est une artiste accomplie qui a touché à tout : l’animation, la peinture, la sculpture et surtout la bande-dessinée. Son trait mignon, agréable à l’œil est mis à mal par des éléments pouvant repousser les lecteurs, comme des insectes par exemple. Se crée alors une homogénéité maladive servant à parler de l’adolescence, des premiers sentiments et de la prise de conscience d’être une femme.

Du côté de l’hexagone, c’est Le lézard noir qui nous a fait découvrir les mangas d’Akino Kondoh. L’éditeur a d’abord publié Eiko en 2006 avant de sortir Les insectes en moi en 2009. Le deux livres reprennent plusieurs nouvelles de l’auteure qui abordent la jeunesse et la féminité aussi bien avec une légèreté emprunte à Fumiko Takano qu’un ton glauque inspiré de Toshio Saeki.

akino kondoh manga lezard noir

En 2016, Le lézard noir, toujours lui, publiera en français New York de Kangaechu, un manga dans lequel Akino Kondoh raconte ses chroniques new-yorkaises. Ce sera l’occasion de découvrir l’auteure autrement, avec un récit plus personnel que fantasmé.


Mari Yamazaki

mari yamazaki manga france

C’est en Italie, dans la région de Venise que vit actuellement Mari Yamazaki. Enfin aux dernières nouvelles. En effet, la dessinatrice a la bougeotte : elle a fait ses études aux beaux-arts en Italie, a donné des cours au Japon, a vécu au Portugal, aux États-Unis et cetera. De plus, elle s’est mise au manga tardivement, puisque c’est passé la trentaine qu’elle a commencé à écrire des histoires courtes. Passionnée d’histoire d’Italie, de culture japonaise et des différentes civilisations en général, elle met en dessin son savoir et fait passer des idées ingénieuses à travers des personnages marquants.

C’est Casterman a qui amené Mari Yamazaki en France, en publiant Thermae Romae à partir de 2012. Il s’agit de toute évidence de son manga phare, un véritable best-seller au Japon qui lui a valu toute sorte de prix autour du manga mais aussi d’être élue femme de l’année en 2012 par le magazine Vogue Japon. Dans ce manga à mi-chemin entre histoire et humour, Mari Yamazaki lie deux cultures, le Japon contemporain et la Rome antique, à travers une thème qu’elle affectionne : les bains publics.

thermae romae lecture manga

Cette passerelle entre l’Italie et le Japon, Mari Yamazaki la développe dans Giacomo Foscari, publié en France par Rue de sèvre. Dans ce manga, la dessinatrice présente la vie d’un homme qui a connu le fascisme et la montée du nazisme en Italie et, des années plus tard, les révoltes étudiantes qui ont frappé le Japon. Définitivement, confronter les civilisations pour mieux les comprendre, pour faire ressortir leurs similitudes est la base du travail de Mari Yamazaki. Ajoutez cela à ses talents de conteuse, et vous obtiendrez une mangaka hors pair.


Ce tour d’horizon présentant trois femmes qui, hors du Japon, font du manga autrement est terminé. Si les styles présentés dans cet article sortent des normes actuelles, ils ne se ressemblent pas pour autant car ils appartiennent à leur auteure et sont influencés par un vécu et un sens artistique propre. J’espère que cet article vous aura donné envie de découvrir ces dames et de sortir, juste le temps d’une lecture, des productions de masse.

Publicités

11 réflexions sur “La nouvelle garde du manga alternatif, numéro 2

  1. bob

    j’ai adoré Thermae Romae de Mari Yamazaki,qui est très instructif,j’en ai appris beaucoup aussi bien sur la rome antique que le japon contemporain.Par contre les 2 autres mangaka me sont inconnu.

    1. Tu devrais aimer Akino Kondoh je pense.

      Pour Mari Yamazaki, j’ai la sensation que Giacomo Foscari devrait plus te plaire, non seulement au niveau du type de narration mais aussi à cause des sujets abordés (politique, revendication, histoire, Italie, parcours d’un homme etc.)

  2. Foryth

    Restriction intéressante, les femmes mangakas qui habitent hors japon. :)

    Même dans Thermae Romae les références historique pullulent malgré le focus sur les bains, j’adore ce manga.(Et la petite série anime qui en a découlé est en fait que qui m’a introduit à la série.) Va falloir que je reluque Giocomo Foscari. Mari Yamazaki semble aussi travaille sur un manga à propos de Steve Jobs ou je me trompe?

    Je ne connaissais pas Kondoh, son dessin semble très classe! Pour Junko Mizuno, ça fait un moment que j’ai le goût d’essayer un de ses titres, mais je ne saurais trop lequel prendre. (J’ai pas vu Pilou en boutique ici.)

    1. Oui, elle écrit la bio de Steve Jobs en ce moment !

      Pour Junko Mizuno, ses livres de contes peuvent être pas mal pour débuter (et autant commencer par le premier : Hansel et Gretel)

  3. Ping : SOL ~ Seasonal Print Collection by Junko Mizuno | Heaven Manga

  4. Truc

    Oh la la j’adooore Yamazaki! Même si P.I.L. m’à déçue, j’ai dévoré Thermae Romae, et en tant que latiniste c’est agréable car côté Rome antique cette série est historiquement très sérieuse!

    J’aime beaucoup le style graphique de Junko Mizuno mais je n’ai jamais vraiment rien lu d’elle, il faudrait que j’achète Pilou. :/ Et je ne connaissais pas du tout Kondoh!

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s