My Hero Academia – Quand le super-mainstream part à la rencontre de la super-hype

Si vous suivez l’actualité manga francophone, vous avez entendu parler de la traduction française de My Hero Academia annoncée par Ki-oon pour l’année 2016. Et à moins de suivre l’actualité japonaise, vous ignorez normalement tout de ce manga… sinon une annonce assez récente d’un anime pour bientôt également. Mais c’est quoi ce titre dont tout le monde parle ? Boku no Hero Academia, ou My Hero Academia, est un manga de Kôhei Horikoshi prépublié dans le Weekly Shônen Jump (oui le fameux, qui prépublie encore l’interminable One Piece, le pré-retraité Bleach ou l’impopulaire -en France- Gintama). De quoi ça parle et pourquoi autant d’émulsion autour de ce manga ? Eh bien je peux répondre à la première question. Pour le reste……

Jusqu'ici, tout va bien.
Jusqu’ici, tout va bien.

J’ai lu, comme beaucoup et n’essayez pas de vous cacher derrière des excuses, « les numéros du Jump prêtés par mon cousin du Japon, avec la traduction annotée dans les marges » de My Hero Academia, et j’ai vite décroché. Genre très vite. Je me suis forcé à lire une bonne cinquantaine de chapitres avant d’en arriver à la conclusion suivante : je suis trop vieux pour ces conneries. J’explique : ça parle d’un gamin sans histoire, un peu loser, pas sûr de lui mais au coeur gros comme ça qui veut aider le monde et devenir un héros. Tiens on parle de Naruto ou de Luffy ? Ah non, je viens de relire le titre de l’article et tout s’explique : c’est ultra classique. D’un niveau de déjà-vu incroyablement élevé, avec le fameux tournoi scolaire servant d’introduction au casting, l’esprit de compétition typiquement japonais et les « jeux » (je déteste ça au plus haut point, tous ces mini-jeux éphémères que les mangakas inventent pour remplir du vide alors que de la baston justifiée par un vrai scénario serait tellement mieux), les amitiés fortes comme l’acier, les rivalités fortes comme des amitiés et les trahisons qui prouvent que hé, à 12 ans l’amitié ça veut rien dire. Bon sang. En trois tomes on a le temps de voir tous les clichés du shônen nekketsu, avec le héros qui tombe, qui retombe, qui déprime, qui se découvre un super pouvoir unique et trop fort qu’il ne maîtrisera pas avant de passer je-ne-sais-combien-de-temps avec un mentor un peu débile mais secrètement ultra-puissant… et j’en passe et des meilleurs. Bref, vous connaissez déjà le topo si vous avez ouvert un shônen dans votre vie. Tous les mécanismes narratifs codifiés qui font que je perds de plus en plus le goût du shônen sont là.

Et le dessin, bien que correct, n’aide pas à se plonger dans l’histoire, de mon point de vue, par un chara-design parfois trop similaire qui fait que je me mélange les pinceaux avec les différents personnages. Ou alors je dois être trop con pour distinguer des personnages habillés pareils dans des pages dégueulant d’explosions et d’éléments du décor éparpillés un peu partout. Je sais pas, faire une école de super-héros avec la même tenue moulante, c’est pas une mauvaise idée mais si ça ne s’appelle pas X-Men et que ça ne jouit pas d’une colorisation, il faut faire en sorte de dessiner ses personnages différemment pour éviter la confusion générale. Ou je suis alors très con (et probablement même de mauvaise foi). Le seul vrai perso qui se détache du lot, en dehors du mentor grosbill caricatural, c’est la fille-grenouille. Et je ne dis même pas ça pour son rule34 de qualité…

Le responsable de cet article salé. Je leur fait de la pub en plus, quel connard je suis, vraiment...
Le responsable de cet article salé. Je leur fais de la pub en plus, quel connard je suis, vraiment…

Quel est donc le problème avec My Hero Academia ? Je n’aime pas et donc le monde entier doit le savoir ? Non. Bien que j’aime me flatter l’ego, je n’ai pas l’intention de laver le cerveau des gens avec mes opinions. Par contre, en tant que lecteur passionné et avisé sur l’actualité, je tiens à partager mes expériences pour conseiller au mieux ceux et celles qui n’en ont pas le temps ni l’envie. Ne vous laissez pas berner par le matraquage publicitaire, le marketing des réseaux sociaux et les sites/blogs/entités « partenaires » des éditeurs. Ils diront forcément du bien en échange de bons procédés, et vous vous retrouverez avec un Arslan bis dans votre étagère, sans envie d’acheter la suite car ça vous aura déçu.

My Hero Academia est un shônen classique du WSJ, c’est-à-dire un titre pour les amateurs du genre. Si vous avez eu du mal à finir Naruto ou que vous décrochez sur The Seven Deadly Sins (qui est classique mais pourtant cool, hé comme quoi), laissez tomber dès maintenant. C’est pas avec la vague de hype initiée par les gourous du manga francophone web que la tâche sera aisée, mais pensez-y : êtes-vous le public d’une histoire de garçon faiblard qui veut devenir fort et compte sur le pouvoir de l’amitié et le courage pour vaincre ses peurs et surmonter les obstacles de la vie ? J’ai vomi dans ma bouche putain, ne me faites pas répéter cette question. Je sais que beaucoup d’adultes me lisent, et entre nous, bon hein. Qu’on me fasse pas dire non plus « Retournons sur des trucs d’adultes et abandonnons nos rêves et espoirs. » car j’en suis très loin, mais à moins d’être archi-fan du genre, ce manga va vite vous gaver. C’est très lissé par la politique éditoriale du Jump et la révolution annoncée, enfin plutôt le côté « on publie un best-seller, c’est FORCÉMENT bien », n’est pas digne de céder à tous ces efforts marketing. Mais après, pour les jeunes et les ados, c’est un bon titre, je crois (?). Allez quand même plutôt lire du bon shônen d’action vintage, comme ce petit garçon-singe qui parle de zizi et fait la bagarre très fort en collectionnant des boules oranges, ahahah que c’était trop bien l’âge d’or du manga.

Non plus.

Publicités

16 réflexions sur “My Hero Academia – Quand le super-mainstream part à la rencontre de la super-hype

  1. Tout ce vomis à en faire rougir un émétophile !

    Ca fait longtemps que je ne me penche plus sur le Jump et encore moins sur ses shônen… Je crois que je vais passer mon chemin une fois encore !

    Après, j’imagine que ce genre de manga passe pour les enfants et les pré-ados, souvent plus bon public. De manière générale, les shônen se ressemblent tous : le seul intérêt, ce sont les personnages et l’univers (les ninjas, les pirates, …) ; et s’il est unique, ça marche souvent un peu mieux. La mode des super-héros commence à s’essouffler, pour un nekketsu je suis pas certaine du succès à long terme de cette licence…

  2. Le plus choquant est pas tant l’opinion sur HeroAca qui est une opinion comme une autre (même si la phrase « un chara-design parfois trop similaire » me fait personnellement croire que je l’ai halluciné) mais le fait que derrière tu cases casuellement un ptit compliment sur Seven Deadly Sins alors qu’il regroupe tout ce que tu critiques sur HeroAca, en pire parce que c’est un manga qui est retourné dans les années 90 en niant tout progressisme, ça me rend triste. Ca fait quoi de savoir que tu fais pleurer des adultes ?

    HeroAca, soyons clairs, est effectivement très classique dans son déroulement. Mais il marche du tonnerre parce que l’univers est à la croisée de plusieurs éléments habituellement attirants – le comics, le lycée -, que ces élèves sont tous admirablement sympathiques et que certes il reprend TOUS les codes du nekketsu… mais il va super vite. En cinquante chapitres tu as le héros qui devient fort grâce à l’entraînement de son maître / un examen d’entrée dans une école / un affrontement entre vingt élèves et cinq méchants / un tournoi en trois phases / l’affrontement contre un ennemi plus balèze et menaçant que les autres. Le fait que le tournoi dure littéralement qu’un tome et demi est presque du jamais vu pour un genre qui a l’habitude de passer des siècles dessus.

    C’est ce qui fait sa force car tout va vite et l’auteur sait être concis. Y’a pas de gras et même si ton personnage préféré est pas dans le spotlight du chapitre en cours, il sera forcément dans les prochains car, autre qualité, l’auteur chouchoute particulièrement ses personnages secondaires. Une qualité que pas mal de shonen qui ont pour ambition d’être populaire semblent parfois oublier.

    Bref, juste pour dire que HeroAca a séduit beaucoup de personnes dès les premiers chapitres, que j’en ai fait partie, et que je suis heureux de voir un éditeur comme Ki-oon sur la licence parce que c’est là que le manga aura clairement le meilleur traitement qu’il soit. Cette pluie de compliments, elle n’est pas que le fait de blogueurs corrompus et de gens sous influence (dont j’apprends l’existence, je devrais lire des blogs manga/anime qui sont pas listés sur Sama Animint, lol.) Boku no Hero Academia est à mon sens avec Soma, Haikyuu et Straighten Up une des meilleures séries en cours de publi dans le Jump et j’espère vraiment que ça va cartonner chez nous car cet auteur le mérite après son semi-échec qu’était le très sous-estimé Crazy Zoo.

  3. Mec, tu devrais arrêter de lire des mangas si tu déteste ça. Sérieusement.

    Ton article c’est « oh la la l’industrie du manga innove plus ouin ouin » ça fait dix ans qu’on lit ça sur internet sérieux change de disque.

    T’as aucune originalité en terme de blogging, encore moins que les auteurs de mangas

    tl;dr: faut pas se sentir obligé de faire des articles pour que les gens clic et qu’adwords te paye à la fin du mois, trouve plutôt un vrai travail.

  4. J’ai pas lu le manga et il y a plusieurs chances que je m’en cognes pendant 5 ans avant de rattraper la hype avec 36 trains de retard ou cracher dessus alors que ça n’intéressera plus personne, triste ma vie.
    Parce contre je trouve dommage de pondre plusieurs dizaines de lignes pour au final ne pas sortir une analyse plus poussé que le titre du billet.
    Du coup c’est difficile de considérer tout cela comme un simple coup de gueule de passage parce que tu as penser que la hype te forçait à te positionner, se démarquer de la plèbe, toussa toussa. Et aussi un coté « pute à clic ». Et ça, un simple tweet de 140 caractères suffit.
    Tu prêches parmi les convaincu et tu permettras pas à un fan de se confronter à un argumentaire contradictoire pour mettre en doute ses convictions, les redéfinir, etc.

      1. T’inquiète j’avais compris !

        Bah l’idée oui c’est de pousser la gueulante sur toute cette hype pré-publication FR qui sort de la bouche de ceux qui « ont lu les tomes en japonais achetés en import » (quoi d’autre ?) et des gourous (s’y inclut qui le souhaite) du manga web, qui font une grosse opération de promo à coup de « woaaah trop cool » etc sur un titre dont, logiquement, personne n’a entendu parler sinon comme étant un succès du Jump… et je trouve ça grotesque. C’est de la surenchère pour un titre qui, bien que bon dans son concept (lui, vu et revu), ne révolutionne rien en soi. Que ça plaise à beaucoup car c’est du bon nekketsu, d’accord, mais de là à se secouer la nouille parce que ça transcende la fusion manga/comics de super-héros… je sais pas, certains ont fait ça des années auparavant, je lis ce genre de truc depuis des années sur plein d’oeuvres mais visiblement tout le monde non.

        Bref, c’était un coup de gueule oui. Sur l’insistance marketing qui parfois – et toujours de mon point de vue le mien à moi/je – s’essaye à remplacer la qualité du contenu en lui mettant des paillettes et cie autour pour vendre. Je me suis moi le premier fait avoir avec ça par le passé, donc je considère être légitimement en position de pouvoir en parler. Que ça plaise pas aux fans de l’oeuvre je le conçois, de là à partir dans des batailles entre experts et mécréants, j’ai autre chose à faire et tu le dis si bien « tu prêches des convaincus », on sait ce qu’on vaut ou ce qu’on veut, et c’est pas un article de blog qui nous fera changer d’avis.

        1. Bah le but n’est pas nécessairement de faire changer d’avis mais de faire relativiser les gens, ajouter de l’eau à leur moulin voir leur permettre de réfléchir plus sur leur ressenti et élaborer leur argumentaire. C’est bénéfique dans un sens comme dans l’autre.
          Après du coup vu que tu parles finalement très peu du manga, juste des critiques vagues « c’est cliché, classique, vu et revu » on sait pas vraiment de quoi il est question. Le post d’Amo en fait déjà un peu plus et du coup j’en ressors de cette page web avec l’idée « ah ouais, ptetre que j’y jetterais un œil dans 2 ans ». Faut lancer la contre-attaque, l’ennemi a infiltré ton territoire !

          Ensuite pour ce qui est du marketing, on y gagne rarement à être totalement honnête. Genre moi j’ai dis à une médiathèque que Ping pong c’était best anime of the decade mais que le dessins pouvait ne pas plaire à tout le monde (public constitué de pas mal de jeunes de 10-15 ans). ET BIEN RÉSULTAT ILS LE DIFFUSERONT PAS POUR LES 6 PROCHAINS MOIS ! *se roule en boule en pleurant*

          Enfin bon, tout cela n’est pas très gentleman, mon cher Eck, il faut s’élever un peu plus pour être un vrai bon élitiste. Déjà se faire pousser la moustache et porter un costard avec une rose est le minimum syndical. Ensuite la tasse de thé ou la flute de champagne fait toujours mouche. Surplomber la foule du haut du balcon d’un appartement parisien datant du XIX pour lâcher un bon « Humpf, plébéien » est le nec plus ultra.
          Sa lancer au milieu d’une joute barbare en plein champ de boue n’est l’affaire que de pieux et jeunes imbéciles. N’est-il pas, cher ami ?

          1. J’habite dans la campagne espagnole, c’est raté ! :D
            Après le truc c’est que je vois pas Amo ou qui que ce soit comme des ennemis, faut pas déconner on est quand même tous poussés à l’écriture par la même passion à la base. Même si les goûts et les couleurs font que truc aime ci et machin aime ça. Mais ça c’est partout pareil et passé un certain âge on arrête de se mettre sur la gueule pour si peu.
            J’ai peut-être manqué de tact dans cet article mais c’est du billet d’humeur de blog, pas un article de presse vendu chez le marchand de journaux, donc je me permets l’écart. Que ça plaise pas à tout le monde, je le savais très bien au moment d’écrire et de publier. Pour le reste, écoute, chacun sa merde… :D

  5. Poyjo

    Je trouve ça dommage d’avoir ciblé ton propos sur My Hero Academia et de manière aussi virulente alors qu’il ne le mérite pas. Je ne dis pas que tout ce que tu dis est faux bien que je n’en soutienne pas la moitié (ou les 3/4 quarts ?) mais tu ne penses pas qu’il aurait mieux fallu s’en prendre directement au Jump ? Certes tu l’as nommé vite fait mais My Hero Academia n’est qu’une conséquence de la ligne éditoriale du magazine qui est sans doute à revoir.

    De tout temps les mangas du Jump ont fait l’objet d’une promotion sans précédent grâce au succès qu’ont eu leur adaptation animée au Japon et extra-muros. Ce manga n’en est qu’un parmi tant d’autres du magazine, à la différence qu’il cartonne. Ce n’est pas un gage de qualité, c’est juste la conséquence naturelle du succès du magazine.

    My Hero Academia s’est caractérisé depuis le premier chapitre comme un manga de superhéros à la sauce Jump, rien de plus, rien de moins. En attendre davantage ou se fermer complètement sous prétexte que c’est du déjà vu c’est déjà faire fausse route. Tu cites toi-même Nanatsu no Taizai qui lui n’apporte aucune nouveauté. Les deux sont pourtant intéressant. Réussir à attirer un public en reprenant des codes qui ont déjà été usé de mille manières différentes c’est déjà une preuve de talent pour ces auteurs.

    Le Jump n’a jamais été connu pour son talent à innover, à produire du contenu inédit, c’est un magazine à mangas populaires qui marche en proposant des licences qui plairont au plus grand monde. Ce n’est pas un magazine à bêta tests, va donc chercher du côté des mags indépendants et de ceux dont c’est la ligne éditoriale de se risquer sur l’inconnu.

    Si tu en attendais autre chose il ne fallait pas s’attarder plus longtemps, c’est tout à fait normal de ne pas apprécier la suite et de rester braquer sur les choses qui ne te plaisent de toute manière pas. Garde ton poison pour toi et va donc chercher une œuvre à ta mesure.

    1. Tu as raison, le soucis c’est partiellement que le Jump ne sait pas (ou ne peut pas, offre/demande tout ça) se renouveler entièrement, et qu’on en pâtit par la suite, nous les consommateurs. Après, comme tu le dis si bien, bien que ça soit un poil violent, je garde mon poison pour mon suicide quand je serai en salle d’interrogatoire du Kremlin, et je me consacre habituellement davantage à des trucs que j’aime. Comme tout un chacun.

      Par contre, informer et détruire les mythes sont aussi des activités qui me plaisent. J’ai probablement laisser ma plume s’emporter par l’effet « coup de gueule », ça se ressent dans le papier, mais j’ai fait en sorte aussi de rester sur une note négativo-dubitative, en témoigne la question « est-ce vraiment le genre de manga que vous voulez lire ? » car je suis persuadé que beaucoup de gens se laissent parfois avoir par les machines de guerre marketing et qu’il est sain de mettre en garde. Sinon ça frustre et pour ça on est déjà là, nous autres de Nostroblog. Pas besoin d’en rajouter davantage. :p

  6. Il y en a qui ont de la chance de le lire Japonais, tandis que je suis obligé d’attendre les parutions françaises.

    Je n’avais aucune envie de commencer ce manga, car si je reconnais la capacité des responsables de Ki-oon à choisir des titres en fonction de leurs goûts personnels, cela fait des années que j’ai saisi que les miens différaient énormément des leurs (sans aucun doute l’éditeur dont j’ai abandonné et revendu le plus de séries). Donc s’ils ont jugé bon de publier ce manga en particulier, je le sens assez mal. Néanmoins, ce que tu racontes à son propos a aiguisé ma curiosité, cela fait longtemps que je n’ai pas lu un bon vieux tournoi scolaire des familles. Tu m’as donné envie. A tester, donc.

    Et Arslan, c’est cool.

  7. Et maintenant ça vaut quoi ? Tu as laissé tomber la lecture définitivement ? On sait jamais peut être y aura il un twist de la mort qui rend tout épique ?! J’essaierai un tome histoire de pas mourir con.

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s