Manga au singulier #3 : Underwater, Deathco, L’Ere des Cristaux et One-Punch Man

Et voilà la troisième édition de Manga au singulier, rubrique dans laquelle sont sélectionnés des premiers tomes de mangas (et/ou des one shot) sortis récemment. Cette fois-ci, ce n’est pas Meloku à la présentation. Il reviendra peut-être pour le prochain numéro (s’il y en a un). Ici seront mis en avant quatre titres publiés en France en ce mois de Janvier, dans des genres, des styles et des formats différents. Comme le titre l’indique, il s’agit d’Underwater, de Deathco, One-Punch Man et L’ère des Cristaux (pas forcément dans cet ordre).

Si vous avez lu le premier épisode de Manga au singulier, ou le deuxième, vous constaterez quelques légères différences sur la forme et le fond. Le but de cette rubrique : mettre sur papier le ressenti à la lecture. Peu d’informations et encore moins d’analyse dans cette chronique, le but étant d’aller à l’essentiel. Déso pas déso.

Deathco

death-co-1-castermanPour le coup, je l’avoue, c’est un peu de la triche. Parce que ce n’est pas un mais bien deux tomes de Deathco qui sont déjà sortis. Cette fois-ci, Atsushi Kaneko change de registre, s’éloignant du thriller halluciné qu’était Wet Moon ou du polar fantastique à la Soil. Ici, l’histoire est plus terre à terre, mais tout de même déjantée.

On y suit Deathko, une jeune tueuse à gage (« reaper ») obéissant aux ordres d’une organisation mystérieuse. Complètement barrées et violentes, les missions se suivent sans se ressembler et permettent de s’attacher à cette reaper à l’allure gothique (mais dont la personnalité est pour le moment assez simpliste). Le tout en présentant d’autres faucheurs aux costumes et méthodes plus ou moins aussi originaux.

L’esthétique d’Atsushi Kaneko rend à merveille l’ambiance tendue des affrontements, mais aussi celle, plus calme, où l’on découvre le lieu de vie de Deathko, ce château tout droit sorti d’un film de vampires. Beaucoup de questions se posent à la lecture de ces deux tomes, mais toutes ne nécessitent pas forcément de réponse (genre, « d’où vient Taram la chauve-souris ? et comment Deathko l’a domestiquée ? »). Rendez-vous en mai prochain pour la suite de ce titre hybride aux influences multiples dont Meloku vous en parlais plus longuement ici.

Infos trash : série en cours au Japon avec 3 tomes, éditée par Casterman et traduite par Aurélien Estager.

Underwater

Underwater-1-ki-oonLe nouveau titre de Yuki Urushibara, l’auteure de Mushishi (édité par Kana), était plutôt attendu. Pour l’occasion, Ki-oon nous sort la version Deluxe : grand format et pages couleurs, pour mieux apprécier l’ambiance du titre.

Underwater nous présente Chinami, une jeune fille qui, s’évanouissant suite à une déshydratation consécutive à la canicule qui s’abat sans pitié sur le Japon, va se retrouver emportée dans un lieu paisible et entouré d’eau. Où se retrouve-t-elle ? Petit à petit, Yuki Urushibara répondra à cette question, la mangaka levant le voile du mystère par petites touches, nous plongeant au cœur d’un village de campagne où la nature se retrouve menacée par l’urbanisme.

Voyage onirique ou retour dans le passée, ou peut-être même un mélange des deux ?, la plongée que l’on effectue avec Chinami dans Underwater trouvera sa fin avec son second tome, en mars prochain.

Infos légères : série terminée en 2 tomes, éditée par Ki-oon et traduite par Thibaud Desbief.

L’Ere des Cristaux

ere des cristaux t1

Le 1er tome de ce seinen de Haruko Ichikawa a débarqué la même semaine que One-Punch Man. L’histoire, rapidement : des gemmes de forme humanoïde se battent contre des envahisseurs venues des Lunes. Phosphophyllite, l’un des cristaux les plus fragiles, cherche encore sa place dans ce conflit séculaire. Et un jour, Maître Vajra lui attribue une mission : écrire une encyclopédie sur le monde qui les entoure.

Qu’on se le dise tout de suite : ce sont des gemmes, des cristaux, pas des hommes ou des femmes. Que ces êtres aient une apparence que l’on pourra juger plutôt « féminine », soit, cela n’empêchera pas d’utiliser le masculin pour les désigner, puisque c’est ainsi que ce fait le neutre en grammaire française. Et tant pis pour ceux qui espéraient y voir des boobs. Car Haruko Ichikawa, avec son style fin et délicat, a créé un univers unique et atypique, dont elle résume les grandes lignes dès le premier chapitre (pour ceux qui savent lire).

Chaque jour, ou presque, les Séléniens tentent de s’emparer des cristaux pour en faire des parures. Quelle finalité ? On ne sait pas. Les origines du conflit sont encore nimbées de mystères, tout comme les Séléniens eux-mêmes, dont l’apparence renvoie non pas à une consommation de drogue, mais au bouddhisme.

Heureusement, les 28 cristaux savent se défendre (sauf Phos). Et vu le nombre de personnages, même s’il n’apparaissent pas tous dès ce premier tome, il est certains que l’on risque de les confondre. Et ce, malgré un chara-design permettant de bien les différencier, grâce notamment aux coupes de cheveux, différentes d’une gemme à l’autre. On pourra admirer également la mise en scène élégante, grâce à un découpage maîtrisé et moderne, flirtant plus avec la BD franco-belge qu’avec les mangas. Les combats peuvent paraître confus, malgré une recherche graphique intéressante, qui privilégie l’esthétisme à la fluidité de lecture.

Vous pouvez retrouver une critique un peu plus longue sur mon blog.

Infos précieuses : série en cours au Japon avec 5 tomes, éditée en France par Glénat, et traduite par Anne-Sophie Thévenon.

One-Punch Man

one-punch-man-1-kurokawaLe shônen événement de ce début 2016. Après un anime en douze épisodes diffusés légalement sur ADN et une campagne publicitaire envahissante de Kurokawa, je suppose que vous n’avez pas pu passer à côté. L’histoire est simple : Saitama est devenu un super-héros fort, trop fort, tellement qu’il défonce tout ennemi d’un seul coup. D’où le titre du manga. Alors, que propose ce tome 1 ?

Habituellement, un premier tome se propose de mettre en place l’univers du manga, si celui-ci ne se déroule pas dans le notre. Ici, ce n’est pas le cas. Pratiquement chaque chapitre voit Saitama affronter un nouvel ennemi et si les dessins de Yusuke Murata mettent l’action au premier plan, on n’a pas grand chose d’autre à se mettre sous la dent. On n’apprend rien sur l’origine des monstres, leurs motivations ou sur l’univers entourant Saitama. Pour le moment, c’est très creux. Si l’on se fie à l’anime, il va falloir attendre quelques tomes avant que le scénario prenne un peu plus de consistance.

Alors, ouais, le caractère se Saitama peut paraître original, sa super-force aussi, mais dans les faits, voir un type défoncer un monstre en un seul coup n’a rien de passionnant. Heureusement, il y a Genos. Pour le moment, c’est le seul personnage secondaire. Et le seul intérêt du manga, graphiquement riche, scénaristiquement pauvre.

Infos brutes : série en cours dans son pays d’origine avec déjà 10 tomes, éditée en France par Kurokawa et traduite du japonais par Frédéric Malet.

Publicités

6 réflexions sur “Manga au singulier #3 : Underwater, Deathco, L’Ere des Cristaux et One-Punch Man

    1. Malheureusement, seul Saitama prend à revers les codes du shônen (et pas tous), et n’est pas toujours très drôle : l’humour n’est pas finaud. Tous les autres persos sont des archétypes (pire, des caricatures). Et Genos est le héros lambda de n’importe quel shônen, cherchant à devenir plus fort pour atteindre son but.

  1. J’ai beaucoup aimé Underwater et Deathco. J’ai été déçu par One-Punch Man (putain ce tiret…) alors que j’en attendait rien. Je l’ai trouvé ni drôle ni beau (je trouve ES21 beaucoup plus réussi d’un point de vue graphique). Il n’y a ni univers ni développement (pour le développement ok, mais c’est con de pas poser les bases d’un univers dans le premier tome). Ca se lit bien mais c’est d’un vide absolu. On est plus proche de la blague d’un gamin que d’une déconstruction réfléchie du nekketsu comme propose Hunter x Hunter…

    Et faut que je lise L’ère des cristaux. Un jour.

  2. Lili

    L’ère des cristaux m’a vraiment séduite (il faudra d’ailleurs que j’aille lire la critique sur ton blog). Il y a des auteurs qui arrivent vraiment à bien naviguer sur le noir et blanc… Graphiquement, je l’ai trouvé très élégant, tout en courbes et en finesse. C’est un bel univers et j’ai hâte d’avoir la suite en main. Un de mes coups de coeur du mois.

    Quant à One-Punch Man, j’en suis au même point. Je l’ai trouvé creux, même s’il est agréable à l’oeil. Le battage médiatique m’a un peu soulée, aussi.. « L’événement du moment » a fait un plouf, pour ma part. A voir ce qui suivra.

    Par contre, je n’ai pas lu Underwater, mais vu ton avis (et le fait que j’ai beaucoup aimé l’ambiance de Mushishi), je pense que je vais me le procurer.

  3. Ping : L’ère des Cristaux t.2 : Sous l’Océan | Heaven Manga

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s