« Ô couverture, rabats ta jaquette et dévoile-moi tes dessous ! » – Second volet

Deathco, vol.1

deathco-t1-jaq
Quand y’en a marre, y’a cauchemar… CAU-CHE-MAR !

Punky Brewster sous acides élevée dans les catacombes de M, une espèce d’hommage à Pizza the Hutt, je mâche des idées noires qui volètent funestement dans mon quotidien. En bullant ma bile sans me soucier des lendemains désenchantés, je flotte au-dessus de la masse avec des ballons gonflés de noirs desseins, me laissant porter par des courants contraires et des contrats sans contrainte. Ma capuche m’abrite d’un monde détestable et réchauffe mes pensées nihilistes. Guy Debord et Franquin auraient probablement aimé faire ma connaissance… mais moi pas.

deathco-t1-couv
Du ciel, vous n’êtes que des fourmis. Du sol, vous n’êtes que des cafards

En deux mots : Bad cave

Atsushi KANEKO, Casterman, 8.45 €

Deathco, vol.2

deathco-t2-jaq
Brace yourself to KISS my tonsil !

Je ris de vous du plus profond de ma glotte pour mieux m’abreuver de vos peurs. Je vous fais la nique en même temps que vous la mettre profonde. Mes dents du bonheur n’ont pas d’autre objectif que d’être arborées au moment de votre trépas. Ma joie de vivre est de vous saucissonner puis vous noyer dans ma haine qui s’agglomère au-dessus de vos têtes d’ahuris. Le château que vous voyez est l’endroit où je vis, accrochée aux basques de Madame comme ce tas de pierres l’est à la falaise : en sécurité. Mais pour combien de temps ?

Ne me demandez pas pourquoi je me maquille, cela fait partie du jeu. Et si je déteste tout le monde, croyez-bien que je déteste évidemment KISS. Maintenant, si vous le permettez, j’ai une « thérapie » à terminer avec mon nuage chagrin, un antique pébroc et une chauve-souris qui m’accompagne dans mes pérégrinations. Et l’on est en droit de se demander pourquoi elle me colle au train puisque je déteste le monde entier !

deathco-t2-couv
Dans chaque détraquée gothique se terre une frêle fleur qui ne demande qu’à être arrosée… de votre sang !

Entre deux morts : Deathcore progressif

Atsushi KANEKO, Casterman, 8.45 €

Kasane, vol.1

Le Requiem du Roi des roses 1 V1
La goule du goulot

Constatez l’efficacité de mon charme hypnotisant capable d’endormir les consciences de mes camarades et de leurs parents. On boit mes paroles sur le devant de la scène et ma beauté irréelle rayonne au-delà des projecteurs où j’avais été auparavant remisée. Vous souvenez-vous de Nanairo Inko, ce talentueux acteur aux mille visages conçu par Osamu Tezuka et qui se faisait rétribuer pour chacune de ses performances par quelques bijoux dérobés dans l’auditoire ? Moi, c’est pareil : je suis talentueuse sur scène et possède mille visages. En revanche, je ne dérobe ni objet, ni argent. Seulement la beauté. Et ça ne se fait pas sans mal, croyez-le bien, mais le jeu en vaut la chandelle. Pardon ? Vous trouvez que commencer à se soucier de son apparence dès 9 ans, comme se mettre du rouge à lèvres, est inconvenant ? Mais je ne vous permets pas ! Et laissez cette jaquette à sa place !

Le Requiem du Roi des roses 1 V1
Le premier qui touche à ma proie… !

Tiens, vous ne dites plus rien ? Il ne fallait pas m’enquiquiner sur mon âge et mes choix, encore moins dévoiler ma nature sombre ! Voici ma véritable apparence. Satisfait ? Oui, je suis laide. Oui, j’endure des brimades à répétition. Jusque là, je ne suis ni la première ni la dernière à supporter ce quotidien éprouvant. Sauf que cela me poursuit depuis ma naissance. Au collège, mon corps change sans le moindre souci tandis que mon visage reste le même. Non, en fait il s’est davantage enlaidi depuis ma bêtise lorsque j’étais en CM1. Et la seule solution pour obtenir le droit (éphémère) d’être aimée est de faire endosser l’habit de victime à une de mes bourreaux. Feu ma mère n’est pas étrangère à ce procédé puisqu’elle m’a confié un cadeau empoisonné qui me permet de réaliser mes rêves. On dit que la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe. Depuis que Jeannot Lapin m’a déballé quelques détails peu reluisants sur maman, je me dis qu’elle a quand même pas mal battu de l’aile avant de voir sa carrière s’envoler. Ça me fait penser à cette pauvre Sakura dans Baptism de Kazuo Umezu, victime de l’égoïsme morbide de sa mère et son projet complètement insensé. On se ressemble quelque part avec notre laideur et le poids matriarcal qui pèse sur nos épaules, nous obligeant à avancer vers une route qui ne nous plaît pas toujours. Ceci étant, j’ai au moins eu la chance de ne pas avoir une mère détraquée et manipulatrice. Quoique…

En deux maux : Fardeau fardé

Daruma MATSUURA, Ki-oon, 7.65 €

Magical Girl Site, vol.3

Magical-Site-3-JAK_page_001
Ce rêve rouge, c’est un nouveau monde en douleurs…

Je suis la pire ennemie d’Aya et de Yatsumura. Mon cou porte le stigmate qui témoigne de mon désir de vengeance. La vie d’une magical girl est sur le fil du rasoir ? Qu’importe, je vais dérouler sans retenue ma soif de sang et jouer avec ces deux gamines comme un chat jouerait avec une pelote avant de débobiner leurs tripes. Côté lifting, je ne vais pas vous mentir : mieux placée comme chez Captain Harlock ou Black Jack, ma cicatrice m’aurait donné une allure un peu plus copurchic. Tiens, chez moi, le sang s’écoule des oreilles. Cela ne change rien à ma détermination qui n’est pas tombée dans l’esgourde d’une gourde sourde. Pour le moment…

Magical-Site-3-C1C4_page_001
Comme quoi transformer son buffet ne suffit pas à devenir plus populaire…

Mise au ban du récit pendant près de deux tomes à jouer Blanche-Neige dans une cage en verre améliorée, j’ai bien cru disparaître des mémoires. Cela m’apprendra à faire ma kéké comme l’autre con. L’auteur est sympa et n’oublie personne sur le bord de la route. Et quand je vois le sort reçu au flicard dans le tome 8 de cette autre série, je me dis que lui et moi serions probablement fait pour bien s’entendre

En deux émo : Haemolacria gratias

Kentarô SATÔ, Akata, 6.95 €

One-Punch Man, vol.1

Je suis un être humain tout ce qu’il y a de plus normal. Je fais mes courses comme vous, je prends soin de ne pas doubler dans la file d’attente menant à la caisse et je dois pouvoir faire l’appoint quand cela est possible. Le reste du temps ? Comme beaucoup d’entre vous, je lis des mangas, je m’occupe de ma plante (à défaut d’avoir un chat) et je regarde les actualités à la télévision. Alors qu’est-ce qui me différencie des autres ? Ma calvitie ? Elle pourrait sous-entendre que je ressors d’une chimiothérapie. Mais non. En revanche, je suis un cancer pour les monstres en tous genres. Tenez, regardez celui derrière moi. Voilà, un coup et c’est terminé. Il n’existe ni challenge ni résistance dans mes « combats ». Tuer le temps en tuant des créatures d’un seul coup devient vite ennuyant. Et si devenir le plus fort du monde était une erreur ?

one-punch-man-1-jaquette
Le poireau est mon ami. Probablement pas lui

Bonjour, Plâtrick, immeuble de bureaux de la ville Z. Comment vais-je ? Bof, j’ai connu des ajours meilleurs. Et celui que l’autre guignol m’a « fabriqué » va me valoir un arrêt de siège de plusieurs jours. Les BTP sauront néanmoins me remettre en état, ce qui n’est pas le cas pour plusieurs de mes voisins, réduits en poussières de briques et de ciment. Ce manga nous déteste. A chaque fois qu’un être dangereux vient semer la pagaille, nous somme fatalement en première ligne de front, impuissants. Béton armé ? Laisse béton…

one-punch-man-1-couverture
Au lieu de jouer à kaiju-kaiju ou reluquer la plastique d’un moustique, je ferai mieux de penser à alimenter mon compte bancaire…

*Entr’ouvre un bâtiment* Bonjour… Jean-Kaiju, 482 ans, sans emploi depuis la dernière Apocalypse où j’étais chef de chantier dans l’art brut de décoffrage. Quand on m’a parlé de ce titre, je me suis dit qu’on devait probablement recruter pour respecter un quota de destructions. J’ai effectué mon bilan de compétences mais la Direction des Ressources Surhumaines  a constaté une insuffisance de trous dans mon destructionum vitae. Après un essai de 3 cases et demi, ils ont constaté que mes compétences s’étaient émoussées. Dommage (collatéral)…

Salut ! Je suis une cousine assez éloignée de Rosine, une baby-sitter pour « elfes » pervers et cannibales chez Berserk. J’aurais pu l’accompagner et jouer avec eux mais je pompe l’air à trop de monde, paraît-il. J’ai donc préféré venir dans le coin pour « aspirer » à de meilleures ambitions en me constituant une cour de récréation. Raté. J’aurais mieux fait de maintenir mon idée de reconversion en devenant speakerine chez Jules-Édouard Moustic

En deux coups : Non, un

ONE et Yûsuke MURATA, Kurokawa, 6.80 €

Sangsues, vol.4

sangsues-t4-jaq
Ce ne sont pas les clefs de Saint-Pierre mais elle suffiront à accéder à l’un des nombreux paradis terrestres de l’agglomération tokyoïte…

Je suis un porte-clefs collector représentant un personnage d’une série animée (fictive) : Doshin. Que ce soit en hiragana (どしん) ou en katakana (ドシン), mon nom signifie « bruit sourd », comme celui des sangsues : c’est-à-dire bruyantes sans que personne ne les entende. Mon nom me sied à merveille puisque ma profession, policier mi-samouraï mi-ninja, exige que je sois discret afin d’appréhender efficacement, et parfois de façon musclée, le premier malandrin venu. Mon propriétaire est un flic qui doit lui aussi faire preuve de discrétion pour comprendre le fonctionnement d’une sangsue et démythifier son existence. Encore faut-il trouver la bonne clé qui ouvrira la porte de ce monde mystérieux…

sangsues-t4-couv
Cliché d’examen au permis Sangsue (50kg P.T.A.C.)

Dans ce parking souterrain en agglomération, je peux :

Avancer sans feux ………………………………… A

Faire demi-tour ……………………………………. B

M’arrêter pour faire une pause ……………….. C

Respecter mes distances de sécurité ………… D

Ce tunnel, suffisamment éclairé, offre une bonne visibilité à l’avant comme à l’arrière. Étant une sangsue, je peux poursuivre mon chemin tous feux éteints afin de rester invisible. Maintenir mes distances de sécurité avec les autres permet de conserver un meilleur contrôle sur ma conduite à adopter face à quelques « chauffards ». En revanche, une fois engagée dans ce tunnel, dont l’issue n’est indiquée par aucune signalisation, le demi-tour est strictement interdit et l’arrêt, sauf urgence, est vivement déconseillé. Réponses A et D.

En deux mots : Sans fard

Daisuke IMAI, Casterman, 8.45 €

The Ancient Magus Bride, vol.4

jaquette-the-ancient-magus-bride-t04
« La fille sur le pont »

Ma maçonnerie voûtée est atemporelle, tout comme ce qui m’environne. L’eau coule invariablement entre mes jambes de pierre même si quelques remous se font ressentir au niveau de mes fondations, n’en déplaise à Élias qui donne cette impression de peser une charrette de foin. Symboliquement, on dit de moi que je représente le point de passage entre la vie et la mort, la réalité et l’imaginaire, le divin et le terrestre, l’enfant apprenti et l’adulte accompli. Chisé s’est assise sur mon parapet, maintenant son statu quo dans cet univers ensorcelant, à mi-chemin entre sa nature terrestre et son souhait d’apprendre et comprendre la magie. Élias est accoudé à ses côtés, goûtant à une pause et probablement à sa signification. On ne peut pas dire qu’il bloque le passage à sa protégée mais sa carrure imposante consolide le numéro d’équilibrisme qu’exécute Chisé. Elle pourrait l’enjamber et terminer son initiation par-delà mes pierres, mais son regard, vaguement posé sur Ruth, se perd dans les méandres de sa pensée en quête d’un moyen et d’un moment opportuns pour se confier à son hôte et parachever son vœu de joindre les deux bouts.

couverture-the-ancient-magus-bride-t04
Ruth, rendu « silky » par sa toiletteuse qui ne fait pas dans la dentelle

Restons dans le domaine aquatique avec la salle de bain de la demeure d’Élias. Si un pont est un lieu de flânerie, cette pièce est un lieu de détente et de purification. Se laver se ses peurs, de ses doutes. Ressortir apaisé et confiant pour mieux braver des lendemains moins souriants et le moment adéquat pour se livrer sans détour à son protecteur…

En doux mots : Arche d’alliances

Koré YAMAZAKI, komikku, 7.90 €

D’s©

Une grand merci à Bruno (Akata), Fabien (Kurokawa), Rémi (komikku), Victoire (Ki-oon) et Wladimir (Casterman) pour l’obtention des visuels.

Publicités

19 réflexions sur “« Ô couverture, rabats ta jaquette et dévoile-moi tes dessous ! » – Second volet

    1. Merci ! Petite précision : j’ai dû assombrir les couvertures intérieures des deux tomes de Deathco pour mieux discerner le lettrage, les ballons et le château. Même chose pour Kasane.

      D’s©

  1. Lili

    L’article a été remonté sur Twitter et je me suis souvenue que je ne l’avais pas lu entièrement, histoire de ne pas spoiler ce que je n’avais pas encore acheté.

    L’idée de fond est vraiment chouette. Je ne lis jamais un manga sans en retirer la jaquette (histoire de ne pas l’abîmer) et on a parfois le plaisir de découvrir de très jolis dessous. Je pense au teasing tout en couleurs de Pluto, aux gemmes dénudées de L’ère des cristaux, ou aux héroïnes aux poses lascives de Claymore.

    Quant à la forme, elle est tout simplement très belle. Je ne me lasse jamais de te lire, même si ça relève parfois de l’exercice intellectuel (peut-être l’écriture l’est-elle aussi, à moins que tu aies la chance d’enfanter sans douleur).

    Bref, hâte de découvrir le prochain effeuillage!

    1. Merci ! Le degré d’inspiration et très variable en fonction des titres. Certains me demandent de m’y reprendre à plusieurs reprises (soit parce que l’histoire ne m’a pas transporté, soit parce que les couvertures offrent peu d’accroches). En revanche, d’autres se voient attribuer une structure et un vocabulaire spécifiques dès le premier jet et ne varient pratiquement plus d’un iota jusqu’à la publication.

      Selon les jours et mes humeurs, ce type d’exercice peut être aussi bien un plaisir qu’un calvaire.

      D’s©

  2. lachesis96

    Très bonne idée de montrer les dessous des couvertures!!!
    Car, j’oublie toujours, d’enlever mes couvertures de livres (un petit blocage)…
    Il faut dire, que souvent, il n’y a rien ou pas grand chose…
    Ce serait bien, de continuer de présenter, des « surprises  » intéressantes, se cachant – aussi – en dessous d’anciens numéros/titres!!!!

      1. lachesis96

        Oui, c’est une bonne idée, de faire voir, aussi, des couvertures d’anciens manga (je voulais, par mon message, dire que je trouvais, cette idée, très bonne!!!).
        J’ai lu, plusieurs, de vos articles.
        Cependant, pourriez-vous parler d' »Artbooks ».
        Car, je trouve, que l’on parle guère des illustrations – ou illustrateurs – et des « artbooks ».
        Certes, ils y a peu d' »artbooks » et ils sont relativement chers (« mon » vendeur, spécialiste du rayon manga, dit ; que ce sont des … livres de luxe (!) –).
        Mais, je trouve les illustrations ET illustrateurs importants, en japanime… Et, pas que ; et, trop souvent oubliés……..:/

        1. Malheureusement je ne fais pas les artbooks pour toutes les raisons que vous énumérez, ajouté au fait que j’ai une culture principalement axée sur les mangas et non les animes et qui concerne donc assez peu ce type d’ouvrages. En revanche, je transmets votre demande auprès de toute la rédaction. Qui sait… ;)

          D’s©

        2. Je parle régulièrement d’artbooks sur le blog, mais je promets de faire plus de critiques. En voici cependant quelques unes :
          – Ranpo Panorama de Suehiro Maruo : https://nostroblogs.wordpress.com/2013/05/01/ranpo-panorama-suehiro-maruo-x-ranpo-edogawa/
          – Deux artbooks de L’académie Alice : https://nostroblogs.wordpress.com/2013/11/14/les-artbooks-dalice/
          – Un de Real et un autre de Yotsuba : https://nostroblogs.wordpress.com/2014/10/29/mini-artbook-pour-maxi-qualite/
          – Un peu de Shintaro Kago : https://nostroblogs.wordpress.com/2015/11/22/comment-lire-du-shintaro-kago-en-2015-quand-on-ne-parle-que-francais/
          – Et dans ma critique d’Adekan j’ai dédié deux paragraphes à Nostalgia, le magnifique artbook de l’auteure : https://nostroblogs.wordpress.com/2014/07/27/tsukiji-nao-adekan-x-nostalgia/

          1. lilianne terre

            Merci, avant tout, d’avoir répondu (et, si rapidement). ET, d’avoir mis les liens.

            Cependant, je n’aime pas le guro-grotesque. « L’académie Alice » est trop jeunesse (quoique.. si une fois l’humeur me tente…). Les mini-artbooks sont trop petits, ce n’est pas des « artbooks » pour moi (et, je n’aime guère le sport). Je viens, il y a peu, d’acheter « Nostalgia », après quelques hésitations ; mais, comme il n’y a pas beaucoup d’artbooks…. Ma priorité allait plutôt vers : « Spice & Wolf »… Car, je préfère la fantasy, et le fantastique …..

            Hm, je vais aller voir « Nostalgia », que j’ai sorti de sachet d’achat (manque de place). Au revoir.

              1. lachesis96

                Oui. :)
                J’ai demandé, si la suite de : « Nostalgie » ou d’autres albums sortirai(en)t à « ma » librairie…
                Mais, apparemment ; rien :(
                Le vendeur m’a rappelé, que les « artbooks » sortent (s’ils sortent) seulement, habituellement, vers Noël : il n’y a que le « artbook » à colorier : « One Piece ».
                Je n’ai rien contre « One Piece » (je suis, d’ailleurs, abonnée à la chaîne du « Dok »).
                MAIS, je trouve, que les éditeurs français, ne sont guère courageux (!)
                Je pense, surtout, à ceux, qui ont des « locomotives » ; comme ; « Naruto », « Bleach », « One Piece », etc…… qui pourraient éditer, des œuvres moins commerciaux, et des « artbooks »!

                1. Personnellement, tous les deux mois environ, je trouve mon bonheur en commandant des artbooks en version originale sur CD Japan, Amazon jp ou Yesasia. Le choix est beaucoup plus large et malgré les frais de port, ça revient souvent moins cher que d’attendre une vf.

                  1. lachesis96

                    Merci pour les adresses, mais j’ai déjà – possiblement – un site (et, je veux éviter Amazone…) …

                    Même, si, je continue à rechercher, un site vraiment (très) sérieux ; spécialisé, en « artbooks » et manga, principalement « artbooks ».
                    J’espère, enfin, résoudre mes problèmes financiers cette année, et déménager. Après, je veux m’acheter un certain nombre « d’artbooks » et de manga, en V.O.

                    Cependant, je pensais aussi acheter en France ; car, si on n’achète, que de la V.O. les éditeurs français, vont encore moins, faire des « artbooks »
                    Enfin, si les fans/lecteurs de manga, continuent de ne pas en acheter, rien ne changera :(

    1. C’est un fait traditionnel qui existe depuis le début avec les magazines de prépublication, généralement hebdomadaires. On gagne du temps à tout laisser en noir et blanc, surtout quand il faut réaliser un chapitre de 20 pages en quelques jours. Depuis, c’est devenu une marque de fabrique esthétique qui a pris le pas sur l’économie de moyens.

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s