Sui Ishida : de Zakki à Twitter

Déjà mentionné dans l’article « découverte » que j’avais écrit jadis (d’ailleurs mea culpa, en relisant les 14 tomes, c’est vraiment un excellent manga qui va crescendo en qualité narrative et visuelle) sur le phénomène Tokyo Ghoul, l’auteur de la saga, Sui Ishida, continue d’officier pour notre plus grand plaisir. Fort de son expérience sur la série Tokyo Ghoul et ses quelques spin-off (TG Joker est disponible dans un tome relié de TG:re et TG Jack sera lisible entièrement en numérique), l’auteur continue de faire vivre ses personnages préférés à travers la suite du manga : Tokyo Ghoul :re, et en parallèle à cette actualité plus ou moins récente, vient la sortie de l’été : Tokyo Ghoul Zakki. C’est bon j’ai fini de présenter tout ce beau monde, on met les pieds dans le plat.

tokyo-ghoul-zakki-glenat
Tokyo Ghoul Zakki, le mini artbook de la saga Tokyo Ghoul, publié par Glénat

Tokyo Ghoul Zakki 

C’est ni plus ni moins qu’un artbook de Sui Ishida qui nous livre des illustrations couleurs utilisées comme couvertures ou premières pages de chapitres, voire illustrations promotionnelles et autres croquis. L’ouvrage présente ces dessins avec des annotations sur le contexte qui englobe leur naissance ou certaines pensées plus intimes concernant la saga Tokyo Ghoul. Petit mais costaud, l’artbook est en effet au format manga et plutôt fin, mais jouit d’un papier glacé pour permettre une impression couleur propre du début à la fin. Les amateurs de la série reconnaîtront alors les sublimes illustrations qui ont par exemple servi de couvertures, sans habillage textuel par-dessus, histoire de bien profiter du talent de l’auteur. C’est avant tout un objet pour les fans de la série ou de beaux dessins, car son prix et son format ne sont pas optimaux pour ce qui est d’un artbook à proprement parler. Bien qu’on reste un poil sur notre faim, il est important de souligner l’initiative et de saluer l’effort de publier un artbook qui vise les masses, à une époque où les artbooks se font rares et très chers.

CPJO8bSUYAAAifb
Lize du manga Tokyo Ghoul : danger et sensualité

En ce qui concerne le fond plus que la forme, Sui Ishida nous gâte. Déjà habitués à voir son immense talent d’illustrateur à travers les premières ou quatrièmes de couverture de ses mangas, voire les rabats de la jaquette, cette fois nous touchons le gros lot. On regrette évidemment le manque d’un format plus grand pour profiter au mieux des détails de chaque illustration, mais on se console avec des nouveautés que l’on aurait autrement pas pu avoir. Le style de l’auteur est toujours le même : éthéré et gothique romantique. Avec une sensibilité à fleur de peau, alternant moments de solitude et de mélancolie, accès de violence et folie pathologique. Sui Ishida travaille sur ordinateur, il le dit lui-même en citant quelques outils de dessin et les déboires de l’ordinateur qui plante après 6h de travail non sauvegardé. Oups. Son trait est organique, il arrache le papier et tâche comme des giclées de sang le feraient. Lorsqu’il exprime la violence à travers la souffrance de ses personnages, c’est de la fureur qui se dégage des illustrations : un trait chaotique, des yeux flamboyants de rage, un amas d’émotions représentées par une surcharge d’encre. Du grand art. Le style d’Ishida tranche avec le détail fin et raffiné d’autres artistes, là on tranche dans le lard. Mais du beau lard qui a du caractère et une identité unique (NDLR : ça reste du papier et de l’encre, ne mettez rien dans votre bouche).

sui ishida tumblr art
Illustration originale de Sui Ishida

Sui Ishida sur les réseaux sociaux

Lorsqu’on se découvre une épiphanie pour un auteur et son talent indubitable, on cherche toujours plus. Et pas besoin d’aller très loin car Sui Ishida ne se cache pas. Actif sur Twitter, il y poste régulièrement des nouveaux dessins exclusifs. Certains sont alors compilés sur Tumblr qui sert du coup de galerie d’art. Encore une fois, c’est la douceur de ses dessins qui frappe. L’utilisation des couleurs est phénoménale, on a là un travail d’illustrateur pur, qui sait comment mettre en valeur tel mouvement ou telle émotion à travers une palette de couleurs bien choisies. Et malgré parfois le peu de coups de pinceaux que l’on lui devine, il arrive à dégager quelque chose d’incroyable dans chaque dessin, notamment à travers le cadrage et la position des personnages. Voire leur pose, leur expression faciale, etc. Bref, je commence à manquer de superlatifs donc je vais laisser vos yeux juger par eux-mêmes et on en reparle dans les commentaires.

Twitter de Sui Ishida : https://twitter.com/sotonami
Tumblr de Sui Ishida : http://sui-zakki.tumblr.com/

Publicités

3 réflexions sur “Sui Ishida : de Zakki à Twitter

  1. lachesis96

    Je n’ai pas pris ce… « artbook » ; car, pour moi, malheureusement, ce n’est pas un « artbook » :/
    Le format est trop petit :/ :/

    Ce serait bien, qu’un vrai « artbook »(ou, mieux : plusieurs) sorte avec les dessins fait sur internet!!!
    Ou, du moins, les meilleurs illustrations…

  2. Lili

    Je me suis régalée (comme avec tout ce qu’il peut poster sur Twitter), mais j’aurais rêvé l’avoir en grand format. Même si le prix a l’avantage d’être démocratique, c’est un peu dommage. L’édition japonaise est la même, ça ne sert à rien de se rabattre dessus.

    Mais on finira bien par avoir un format idéal à son coup de crayon. <3

    Merci pour l'article. :)

  3. Ping : Biblioth’Eck – Janvier ~ Juillet 2016 – eckdesu

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s