La gazette du manga #3

Elle est de retour ! Les nouveaux lecteurs du blog ne la connaissent pas tant il n’y a pas eu de numéro depuis longtemps (la dernière est sortie en août 2015, quand même). Laissez-moi donc vous présenter La gazette du manga. Il s’agit d’un coin où je parle de l’actu du manga en filtrant uniquement les choses qui m’intéressent. Le but est non seulement d’informer sur des sujets trop souvent omis par les gros sites mais aussi et surtout d’y apporter mon point de vue et mes commentaires. Maintenant que vous savez tout, c’est parti pour les news !

akira-moto
en moto s’il vous plaît (et sans le tome 2 d’Akira)

Actu Française

Usamaru Furuya de retour en France

Quoi de mieux pour commencer que parler du come-back de l’un de mes auteurs fétiches dans les librairies françaises ? Les éditions Delcourt lancent Je voudrais être tué par une lycéenne, un manga en deux volumes du maître.

je-voudrais-etre-tue-par-une-lyceenne-usamaru-furuya

L’occasion pour les lecteurs français de redécouvrir cet auteur qui a tant fait parler de lui au Japon en 2016, et qui continue cette année : entre ses œuvres adaptées en films, les nouvelles éditions de ses classiques, les magazines qui lui sont consacrés et une exposition sublime à Vanilla Gallery. Bref, il était plus que temps que des éditeurs francophones s’intéressent de nouveau à Furuya. Il n’y a plus qu’à espérer que d’autres bouquins sortent, à commencer par Notre Hikari Club qu’on attend depuis des années chez IMHO.

Une couverture moche pour Innocent Rouge ?

Dans le magazine présentant les nouveautés BD de Delcourt, on pouvait entrevoir une couverture provisoire pour Innocent Rouge, la suite directe d’Innocent de Shinichi Sakamoto. Et le moins que l’on puisse dire… c’est qu’elle est dégueulasse. Un vrai travail de cochon. Non seulement ça dénote des couvertures de la première partie, mais en plus ça massacre les sublimes jaquettes japonaises. C’est mal fait, quelle horreur… Ce fond, ce logo, au secours… Bref, j’espère qu’ils corrigeront le tir.

Modifier les couvertures japonaises semble être à la mode. Ok, parfois il faut tant elles ne sont pas vendeuses, mais… ce n’est pas une raison pour faire un effet moche !! Autant engager un vrai graphiste qui fera un boulot digne de ce nom. Pourquoi virer les fonds des couvertures de March comes in like a lion ? Pour faire un effet polaroid (sur un manga qui parle de shoji !!) en laissant un fond tellement blanc qu’il paraît vide ! Pourquoi coloriser les couvertures de Les Fleurs du Mal (par un graphiste qui est, je l’espère pour la profession, en stage) ? Ah oui, il fallait retirer le message de la couverture japonaise  lui conférant un effet manga pour mieux faire ressortir le classicisme de l’œuvre.

Calmez vos graphistes !!

L’Enfant et le Maudit x The Ancient Magus Bride

A l’occasion de la publication de L’Enfant et le Maudit, les éditions Komikku lancent une opération le mettant en parallèle avec la sortie du tome 6 de The Ancient Magus Bride. En effet, un badge à l’effigie de la série sera disponible dans le nouveau volume de The Ancient Magus Bride, et inversement. Cette communication bienvenue est collée sur ce qui se fait au Japon, où l’éditeur croise les deux séries. Non seulement elles sont publiées dans la revue Comic Garden, mais en plus elles partagent de nombreux thèmes : la rencontre d’une enfant avec un être surnaturel (dont le design est proche), la thématique de l’abandon, l’ouverture de l’imaginaire, la vie loin du monde civilisé et cetera.

enfantm3.jpg

Mais ce n’est pas tout. Les éditions Komikku en profiteront pour offrir un shikishi à l’image de The Ancient Magus Bride pour l’achat de n’importe quel tome de la série et du premier volume de L’Enfant et le Maudit. On prend sans hésiter ! C’est juste dommage que toutes les libraires ne l’auront pas…

Kan Takahama de retour en France

Le dernier envol du papillon sortira chez Glénat. Ce one-shot a connu un petit succès critique au Japon, avec une nomination au très fameux Prix Tezuka à la clé. Pour nous français, ce sera l’occasion de retrouver la sad girl qui a fait les belles années des éditions Sakka. Vous savez, l’époque où on publiait encore en France des mangakas femmes qui s’adressent à des lecteurs adultes.

dernier-envol-du-papillon

Le plus sulfureux manga de Kazuo Kamimura bientôt chez nous

Aku no Hana (ou Les fleurs du mal) de Kazuo Kamimura verra le jour en France chez Le Lézard Noir d’ici fin 2017/début 2018. Après un prix du patrimoine pour Le club des divorcés et une exposition au Festival d’Angoulême, c’est toujours un plaisir de voir ce maître du manga publié chez nous.

L’occasion de rappeler qu’il est un dessinateur hors pair, que son style gravite sur orbite tant il est inatteignable. J’avais analysé son art il y a deux ans déjà dans un article que je ne peux que vous inviter à lire. Mais ce que certains tendent à oublier (peut-être qu’ils ont vu l’expo au FIBD sans avoir ouvert un Kamimura), c’est que l’auteur brille aussi par ses thèmes sociaux et sa description de l’être humain. Là aussi, j’ai consacré un article à ce sujet à le confrontant à un autre auteur semblable d’une autre période : Inio Asano.

To Your Eternity chez Pika

Très remarquée avec le joli A silent voice, Yoshitoki Oima est de retour en France aux éditions Pika avec To Your Eternity. Publié en numérique depuis janvier, il faudra attendre mi-avril pour que le premier tome sorte au format physique. En attendant, on se délecte des couvertures originales du nouveau manga de cette auteure à suivre de très près.

Au passage, le film d’animation adapté d’A silent voice est déjà annoncé en Bluray et DVD chez Kaze. Et c’est tant mieux !

A quand Happiness en France ?

Déjà trois tomes aux USA, le cinquième sort sous peu au Japon… et la France alors ? Rien. Le meilleur manga du moment n’est pas encore annoncé chez nous, quand bien même un éditeur l’a acheté. Bon, il faut dire qu’on ne manque pas de Shuzo Oshimi dans nos contrées, entre la fin de Dans l’intimité de Marie chez Akata et le début de Les Fleurs du Mal chez Ki-oon.

happiness oshimi.png

Espérons tout de même une publication prochaine de ce petit bijou sur le vampirisme. Sûrement cette année, et prions pour que ce soit vers Japan Expo.

PS : le graphiste, pas touche aux couvertures japonaises, va colorier ailleurs.

Actu Japonaise

La mort de Jiro Taniguchi

Bon, on arrive aux infos au Japon. Vous ne l’avez sans pas manqué mais je me sens un peu obligé d’en parler : Jiro Taniguchi est décédé le 11 février dernier.

jiro taniguchi à angoulême.jpg

Il était un peu l’incarnation du manga d’auteur pour ceux qui ne lisent pas de mangas. C’était un peu chiant, d’ailleurs, qu’ils restent cantonnés à un artiste… Mais bref, il m’a touché au plus profond de moi à diverses reprises. Avec Quartier Lointain, surtout. Un manga qui m’a mis une vraie baffe et qui m’a fait non seulement prendre conscience de moi mais aussi des autres.

Chose amusante (ou pas), j’ai failli le rencontrer deux fois, sans succès. Une fois à Bruxelles, mais je n’ai pas trouvé la librairie dans laquelle il signait… Une autre fois à Angoulême, mais il était tellement populaire que c’était une mission impossible. Jamais deux sans trois, m’étais-je dit un jour…

30 ans de carrière de Junji Ito

Le jeune mangaka publié dans des revues horrifiques dès 1987 a bien grandi. Cette année, Junji Ito fête ses trente années de carrière professionnelle. Pour l’occasion, la revue Nemuki+ l’a mis à l’honneur dans un numéro spécial. Notons aussi que le site internet d’Asahi a ouvert une page en japonais et anglais dédiée à l’auteur.

Nemuki+.jpg

Pour en savoir plus sur le maître du manga horrifique, je ne peux que vous recommander de lire l’interview que j’ai réalisé de lui.

Une saison 4 pour l’émission de Naoki Urasawa

L’émission Urasawa no Maben, dans laquelle l’auteur présente de talentueux mangakas est renouvelée pour une quatrième saison. Encore une fois, des auteurs que j’adore sont au programme avec Junji Ito, Reiko Shimizu, Naoki Yamamoto et Takumi Nagayasu. J’ai hâte de les découvrir.

A partir du mois de mai prochain, les premiers numéros de l’émission sortent au Japon en DVD et Bluray. L’occasion de prendre ceux de mes mangakas favoris, à commencer par Inio Asano, bien évidemment.

Inio Asano et Shuzo Oshimi réunis dans le même magazine

La revue Big Comic Superior a fait une annonce fracassante : ils vont publier les nouveaux mangas d’Inio Asano et Shuzo Oshimi, les deux plus talentueux représentants de la jeunesse japonaise en BD.

inio-asano-shuzo-oshimi

Que dire de plus ? Oui. Oui oui oui, oui. C’est génial.

Le manga de Shuzo Oshimi s’intitule Chi no Wadachi et celui d’Inio Asano Reiraku (et mettra en scène une mangaka, un thème qu’affectionne l’auteur je vous dis). Inutile de préciser que des éditeurs français suivent déjà de très près ces deux mangas et qu’ils sortiront très vite chez nous (mais je le précise quand même).

Le mari de mon frère se termine

Gengoroh Tagame a annoncé que son manga se terminera prochainement et que le quatrième tome devrait être le dernier. L’occasion de vous recommander une nouvelle fois cette série qui ne peut faire que du bien à votre ouverture d’esprit tant elle casse les préjugés sur l’homosexualité. Pour en savoir davantage, je vous convie à lire mon article sur le manga LGBT et celui de Bobo sur Tagame et le manga gay.

tagame-photo

J’ai eu l’occasion de rencontrer le maître au Festival d’Angoulême afin de réaliser une interview qui paraîtra dans le prochain numéro d’Animeland. De ce qui s’est dit, je peux d’ores et déjà vous affirmer que l’auteur envisage de réaliser un nouveau manga grand public, en marge de ses œuvres érotiques. Affaire à suivre, donc.

I am a Hero touche à sa fin

Le manga de zombies à la sauce Kengo Hanawaza se termine également. Une longue fresque horrifique et sociale qui ne m’aura pas laissé indifférent. Il va y avoir un vide, clairement. Et ce ne sont pas les spins off bas de gamme qui vont le combler.

i am a hero inio asano.jpg

En attendant, je me demande vraiment ce que va faire l’auteur à présent, comment il va rebondir. Car si I am a Hero est un manga exceptionnel, j’ai eu la constante sensation que Kengo Hanawaza donnait son maximum à chaque instant. J’espère que sa prochaine série sera aussi puissante !

In These Words, le tome 3 daté

On ne l’attendait plus et… il arrive ! Le troisième volume d’In These Words sortira au Japon le 28 avril prochain, et donc en France quelques mois plus tard (on peut espérer une parution pour Japan Expo). Il regroupe les chapitres publiés en fanzine et au format numérique sur le site de Guilt Pleasure.

in-these-words-3

Une œuvre publiée d’abord au Japon. Atypique et délicieusement sadique, In These Words est la transition parfaite pour parler du manga à travers le monde.

Actu internationale

Un Shintaro Kago chez Fakku

Que Fakku sorte du Kago en numérique, c’est bien gentil, mais voilà… Cette fois, l’éditeur spécialisé dans le hentai passe à l’étape supérieure et publie l’auteur en physique. Leur premier bouquin sera Super Dimensional Love Gun, et s’annonce génial. On a hâte, surtout que Fakku a l’habitude de publier de beaux ouvrages.

fakkukago.jpg

En France, deux mangas de l’auteur sont annoncés aux éditions IMHO. On attend, on attend. Et on espère qu’ils sortiront très prochainement aussi.

Hollow Press continue à publier… Shintaro Kago !

L’éditeur italien fait du beau boulot avec le maître de l’eroguro, et il ne compte pas oublier de sortir des ouvrages inédits au monde ! Lors d’un cours teaser, il a annoncé la sortie prochaine d’un titre qui se nommera Day of the Flying Head. Voici la première image de ce bouquin qu’il ne faudra pas manquer sous aucun prétexte !

DayOfTheFlyingHead.jpg

Il s’agit de la troisième collaboration entre Shintaro Kago et Hollow Press, je vous avais déjà dit tout l’amour que je porte pour les deux précédentes, à savoir Tract et Industrial Revolution and World War.

Le nouveau Tsutomu Nihei en simultrad

Aposimz fait l’actu au Japon, mais aussi aux USA. En effet, la branche américaine de Kodansha le diffuse sur Kindle et ComiXology en même temps que la prépublication japonaise, à raison d’un chapitre le 24 de chaque mois. Une initiative louable pour un auteur dont on ne doute plus de son talent.

2017-02-25_01h32_33.png

L’occasion pour moi de débuter ce manga. Et j’ai eu le souffle coupé par la beauté de la blancheur qui se dégage des planches. C’est aveuglant. Je retrouve tout ce qui m’avait fasciné dans la seconde partie Knights of Sidonia. De bon augure, donc.

Un manga LGBT déjà culte aux USA

Il a fait grand bruit au Japon, multipliant les bonnes critiques, cartonnant dans les librairies. Sabishisugite lesbian fuzoku ni ikimashita report (ou The private report on my lesbian experience with loneliness pour son titre anglais) arrive chez Seven Seas cet été.

On a qu’une hâte, c’est de découvrir cette auto-biographie sans concession sur la sexualité dans les librairies françaises. Quel éditeur osera tenter l’aventure ?

Autour du manga

Une figurine DDDD

Le choc ! Une impressionnante figurine représentant Oran, Kadode et Isobeyan de DDDD a été annoncée. Ni prix ni date de fixés pour le moment, même si on se doute que ça ne va pas être donné… Dans tous les cas, si vous voulez m’offrir un beau cadeau, bah vous savez quoi faire ! Elle est magnifique, c’est un Soleil ! Je la veux…

dead-dead-figure

L’occasion pour moi de vous recommander à nouveau le manga d’Inio Asano. Et si vous n’êtes pas convaincus, je vous invite à jeter un coup d’œil à mon article sur DDDD.

Des vêtements Innocent

Une collaboration entre Kyo du groupe Dir en Grey et Shinichi Sakamoto, l’auteur d’Innocent, a vu le jour pour donner naissance à une gamme de vêtements. L’égérie ? Marie-Josèphe Sanson évidement, première punk de France.

innocent-x-dir-en-grey

Une collaboration artistique qui, espérons-le, donnera davantage de visibilité au plus beau des mangas.

Haruhisa Nakata au chara design d’un visual novel

Anonymous;Code est un visual novel des créateurs de Steins;Gate qui sortira cette année au Japon sur PS4 et Vita. L’originalité du jeu tient à ce que ce soit Haruhisa Nakata qui s’occupe de la création des personnages. En France, l’auteur est surtout connu pour Levius, un sublime manga steampunk dans l’univers de la boxe mécanique.

anonymous-code-haruhisa-nakata-levius

Certes surprenant, mais on reconnaît bien le style de l’auteur non ? En tout cas, espérons que ce jeu sorte sur nos consoles et en français, si ce n’est pas trop demander.

Inio Asano signe la pochette d’un album

Un CD de groupes reprenant des chansons d’Asian Kung-fu Generation est prévu pour fin mars au Japon. Et quoi de mieux qu’une illustration d’Inio Asano pour rendre hommage au groupe ? Rien.

asano akg tribute.jpg

Sublime. Pour aller plus loin, faisons le lien entre le mangaka et le groupe, car ce n’est pas la première fois que leur chemin se rencontre. En effet, Asian Kung-fu Generation avait déjà signé la bande-son du film adapté de Solanin, le manga qui a révélé Inio Asano. Cette magnifique illustration est donc une bien belle manière de boucler la boucle. Mais on ne dit pas non à de futures collaborations !

Publicités

15 réflexions sur “La gazette du manga #3

  1. anon

    Très bonne idée cette gazette ! J’espère qu’il y en aura d’autres. Vous êtes très actifs sur twitter mais là on a vraiment quelque chose de synthétique.
    Complètement d’accord pour la couv de March comes in like a lion ! Etant une fan absolue de l’auteur et de son oeuvre, ça m’a brisé le coeur un tel massacre. Contente que quelqu’un l’ai remarqué (quand je lis les autres articles sur ce manga, c’est juste « oui bon, ça fait effet tranche de vie », mais non, c’est troooop laid). On a l’impression que kana a une dent contre l’auteur (Honey and Clover s’est mal vendu mais quand même…)
    Je vais peut-être me laisser tenter par le nouveau Furuya, si ce n’est que deux tomes (et pas trop chers).
    Ta passion pour Asano est vraiment contagieuse. J’ai été complètement refroidie par Punpun (pas de tomate please, mais ce serait trop long à expliquer) alors qu’avant j’aimais vraiment beaucoup beaucoup (Solanin, Un monde formidable, le quartier de la lumière, la fin du monde avant le lever du jour, ce n’est pas toujours joyeux mais il y a quand même une lumière à la fin qui finit par teinter les histoires d’une certaine couleur). Je vais me laisser tenter par DDDD, j’avoue regretter un peu de ne pas l’avoir pris pour sa sortie (rien que pour le mug), mais en fait j’étais même pas au courant, alors bon. En tout cas, sa nouvelle oeuvre a l’air pas mal, la couv est magnifique.
    C’est la mode de Kamimura en ce moment, et je dois dire tant mieux, mais je me demande quand même où en sont les ventes (c’est un investissement, la plupart de ses mangas se vendent 15€ l’unité, ce n’est pas donné à tout le monde).
    Je ne savais pas que Urasawa avait une emission, je vais aller voir ça <3

    1. C’est vrai qu’ils n’ont pas l’habitude de changer les couvertures autant, chez Kana. C’est vraiment dommage quoi, les japonaises sont tellement belles.

      Oh bah tant mieux si c’est communicatif ! Je ne peux que t’encourager à lire DDDD, tu t’en doutes bien. Je peux comprendre qu’on soit hermétique à Punpun… mais je t’envoie une tomate quand même !

      Pour Kamimura, ça s’adresse à un public plus adulte je pense, qui a les moyens. J’ai trimé pour les acheter quand j’étais étudiant !

      Elle est chouette l’émission d’Urasawa. Tout est dispo en anglais et l’épisode sur Asano a même été traduit en français par Monthly Manga Podcast.

      1. anon

        Oui, pour les deux premiers tomes, ça passe à peu près, mais pour les prochaines sorties, ce sera….
        Ahah je dois dire que je suis assez curieuse du mélange Asano x moe.
        D’ailleurs, pour cette histoire de couv’ et avec Kamimura cette fois-ci : qu’est-ce qui s’est passé avec Une Femme de Showa ?! Quand je l’ai vu en librairie, c’était un truc en plastique bizarre…(jamais vu ça)

        1. J’avais déjà lu Une Femme de Showa en vo, et du coup je t’avoue que je l’ai rangé dans ma bibliothèque sans y prêter plus attention que ça… Je m’y attarderai quand j’aurais envie de le relire.

  2. Je n’avais jamais vu l’illustration des héroïnes de DDDD en mode zombie. J’aime bien ces références constantes qu’Asano et Hanazawa se font, même si pour le coup, on dirait presque du Shintaro Kago.

  3. Tama

    Et bien je crois qu’il y a un consensus sur les couvertures…Je ne m’attendais pas à voir débarquer chez nous un nouveau Umino Chika, même si je l’appelais de mes voeux, après les ventes de Honey&Clover. Donc du coup je suis joie et déception. Effectivement, ça fait vide, du coup on grossie à mort le titre…alors j’ai vu des commentaires sur l’effet photo/mémoire sauf que non, c’est juste pas jolie.
    Les fleurs du mal, je n’étais pas fan des couvertures japonaises des 1er tomes. Le trait de l’auteur est maladroit mais s’améliore grandement par la suite, ce qui se voit sur les couvertures où on peut y voir son évolution, il finit par trouver son style sur la fin. Ce qui fait qu’il n’y a pas de suivi/unité « graphique » pour l’ensemble mais la colorisation française n’aide pas non plus. Mais si happiness est publié chez nous, il y a vraiment pas intérêt à modifier les couvertures !
    Je vais me faire lyncher mais je n’aime pas les oeuvres de Taniguchi, pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayer mais j’accroche pas. Certaines ça ne passent vraiment pas, c’est viscéral.

      1. Tama

        Pour ma part, ça ne m’endort pas mais…je sais pas…je déteste ses personnages, j’aime pas leurs mentalités ou je les trouve fade et plats, voir carrément misogynes pour certains. Il y a quelques choses qui se dégagent de ses oeuvres que je n’aime pas.
        Les seules oeuvres que j’ai apprécié sont celles anciennes parues dans « contrées sauvages » sauf les plus récentes. Plus on se rapproche dans le temps, moins j’aime. J’essaierai un jour de lire celles qui me manquent pour voir…

        1. Je pense que c’était un auteur qui aimait dessiner des hommes. Les femmes, il ne savait pas faire, il n’arrivait sans doute pas à les comprendre (d’où un sentiment de misogynie, oui). Reste que malgré tout, quand j’ai lu Quartier lointain, j’ai compris ma mère. Je devais avoir 17 ans je pense, et j’ai pris conscience d’à quel point mes actes pouvaient l’affecter.

          J’ai somnolé sur Tomoji et son truc de samurais chez Panini (Kaze no je sais plus quoi)

  4. Close

    Comme ce que je pensais, un super article. Ça fait vraiment plaisir de retrouver cette série d’articles ! Merci pour la découverte de In These Words ;)

  5. Bah, je cherchais d’autres personnes sur la communauté wordpress qui parlaient manga… bah je pense qu’en tombant sur cette gazette… j’suis gâté ! J’ai hâte d’en lire d’autre maintenant que je suis abonné ! Merci beaucoup !

  6. Haha, c’étais sûr que tu mettrais la Statuette de DDDD.

    Sinon Hâte d’avoir Happiness aussi.

    Et très curieux de lire Les Fleurs du Mal de Kamimura.

    Sinon, que nous réserve Urasawa pour l’après Billy Bat…

    1. Les planches exposé du Aku no Hana de Kamimura à Angoulême était vraiment sublimes. J’ai hâte que Le Lézard Noir bosse dessus.

      Je pense qu’Urasawa bosse déjà sur sa nouvelle série, lui qui n’aime pas prendre des vacances. On saura bientôt ce qu’il nous réserve à mon avis.

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s