Boing boing le Magicarpe

Suite à de nombreuses pressions éditoriales, voici un article sur le dernier jeu Pokémon à la mode : le célèbre Magicarpe JUMP, application officielle développée par The Pokemon Company (eh oui), sorti il y a seulement quelques jours. Comme son nom l’indique, ici, le héros du jeu est Magicarpe. Ils avaient le choix entre plus de 700 pokémons, et l’élu, c’est Magicarpe, le pokémon le plus inutile du jeu puisque son attaque Trempette ne cause aucun dégât à l’ennemi. En fait, la seule chose qu’il réussit, ce sont ses sauts. On tient là le but du jeu : faire sauter Magicarpe le plus haut possible. Dans cette ville, logiquement nommée Bourg Carpe, le maire en a fait une compétition, avec plein d’arènes et six Ligues Pokémon où les dresseurs s’affrontent uniquement avec leur Magicarpe.


Voici comment se déroule le jeu, étape après étape. D’abord, la pèche au Magicarpe. Ils ont des caractéristiques différentes, et plus vous progressez, plus vous aurez accès à des poissons plus puissants grâce à des cannes à pèche de plus en plus évoluées. Au début, on a donc de la poiscaille de bas niveau, avec peu de talent. Et là, où le jeu est malin, c’est que les Magicarpe ont des motifs différents (une vingtaine pour le moment), allant du très commun entièrement rouge au très rare doré.

Le fameux Magicarpe doré !

Ensuite, il faut faire progresser votre pokémon. Soit en le faisant manger des baies (les mêmes que dans les jeux classiques), soit en l’entraînant. Il gagne ainsi des points de saut (abrégé PS) qui lui permettront d’aller plus haut, comme Tina Arena. Les baies et les entraînements se libèrent avec les pièces (l’une des deux monnaies du jeu), que l’on gagne à chaque duel. Une fois son niveau maximal atteint, le Magicarpe ne peut plus progresser et il est obligé de se battre dans la Ligue. Sauf que la première défaite le met d’office à la retraite (s’il n’est pas au niveau max lors d’une défaite, vous devez attendre 1h30 avant de pouvoir retenter votre chance… ou le débloquer avec des diamants !). Et c’est reparti pour un tour, avec un nouveau Magicarpe, qui pourra progresser un peu plus (son niveau maximal dépend de votre rang, qui augmente après chaque victoire, mais très lentement). Oui, cela peut devenir rapidement répétitif (en plus il faut trouver un nouveau nom à chaque fois).

Heureusement, pour briser cette monotonie, des événements plus ou moins aléatoires (certains s’activent sous certaines conditions) viennent interrompre de temps en temps votre routine bien installée. Cela peut être un gamin qui vient vous féliciter de votre victoire, avec un gain de pièces bien appréciable, ou un Roucoups sauvage qui enlève votre Magicarpe ! Ou un Voltorbe qui s’explose avec. Cruel et dramatique.

Il y a d’autres éléments du jeu qui peuvent aider à booster les statistiques de son Magicarpe, comme les objets pour décorer le bassin et les objets d’amitié, qui font venir d’autres Pokémons (Pikachu, Dracaufeu ou encore Flamiaou). Il y a donc un côté stratégique, même si très limité. Problème : ces objets s’achètent avec des diamants, la deuxième monnaie du jeu, bien plus rare. Le but est évidemment de nous faire craquer et perdre notre patience, puisqu’il y a la possibilité d’en acheter avec de l’argent bien réel, cette fois-ci.

Pauvre Meloku…

Magicarpe Jump est donc un jeu bien débile, mais c’est pour ça qu’on l’aime.

Publicités

Une réflexion sur “Boing boing le Magicarpe

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s