Les brigades immunitaires : cellules au rapport !

Il y a quelques mois, la maison d’édition Pika annonçait la sortie de Brigades Immunitaires d’Akane Shimizu : un manga personnifiant les petites choses de la vie. Ni une, ni deux, je me suis activé à rechercher sur cette oeuvre ! Qui dessine ? Qui écrit ? À quoi ça ressemble ? Un premier chapitre au moins ?! J’étais vraiment excité à l’idée que les deux se rejoignent, s’enlacent et fusionnent : l’immunologie et la bande dessinée japonaise. Bref, j’ai trouvé mon bonheur sur Amazon et j’ai pu feuilleter les premières pages. D’ailleurs, je trouve que le titre anglophone, Cells at Work! , est un tout petit peu plus juste mais bon, je pinaille. La tentation de commander les cinq premiers tomes publiés fut aussi grande que mon coup de coeur ! Au final, j’ai préféré attendre la sortie chez nous… Il ne restait plus que de longues semaines avant de pouvoir dévorer le premier tome. Le jour J est arrivé avec l’obligation d’écrire quelques lignes pour la passion.

La truelle, la boîte et la lame.

On commence tout doux dès les premières pages : une jolie hématie, nouvelle dans les conduits sanguins, livre un colis d’oxygène à une cellule. Très professionnelle, elle fait même signer le destinataire ! Quand tout d’un coup… Big bada boom ! Une horde de pneumocoques (Streptococcus pneumoniae) suintent de l’endothélium avec pour objectif de tout infecter ! Toutes les vestes rouges sont en panique en voyant ces monstres tentaculaires avec pour seul loisir de les détruire. La panique est courte : un chevalier blanc apparait et rétame les méchantes bactéries sanguinaires. Même les plus allergiques à la biologie auront reconnu un globule blanc, première force de défense de l’organisme. La rencontre ordinaire entre une globule rouge et un leucocyte neutrophile, un duo qui va nous faire vivre plein de péripéties dans cette grande machine qu’est le corps humain.

Tout béat devant le charadesign…

De chapitre en chapitre, on passe d’un bouleversement à l’autre : une bactérie qui se faufile dans l’organisme et cherche un foyer, un allergène saisonnier qui fait irruption avec fracas, une attaque horrifique de virus digne de Romero ou un accident extérieur offrant une guérilla locale, pas de quoi s’ennuyer durant la lecture. L’auteure en profite ainsi pour introduire des nouveaux personnages qui apporteront une réponse adaptée au problème. C’est simple mais si bon ! Le style choisi pour imager une cellule, une bactérie, un virus, une action immunitaire ou même un médicament, tout est parfait. Les plaquettes sanguines ? Un groupe de petites filles mignonnes comme tout réparant les dégâts. Une cellule mémoire ? Un gars en jaquette sous anxiolytiques notant tout dans un petit carnet. Une cellule dendritique ? Un petit bonhomme bien gentil qui vit dans un arbre, dressé de vert et une ramille sur sa casquette. Un lymphocyte B ? Un jeune garçon avec énorme canon ayant la forme d’un anticorps. Je pourrai écrire mille mots tellement c’est riche ! Mais mieux, Akane Shimizu pousse l’idée jusqu’à  la veste réversible de notre belle rouge en fonction de ce qu’elle transporte (O2 ou CO2). Et l’auteure appose sa griffe sur le monde du vivant. Elle caresse le génie.

Autre point fort de la série : sa vulgarisation. Elle est parfaite en tant que telle. Bon, il y a toujours des approximations et des généralisations propres au genre, on peut pas y couper, mais sinon non, c’est excellent. Et encore une fois, la mangaka excelle dans la mise en image : une préparation d’onigiris pour représenter la digestion ! Tout bête mais ça marche. L’auteure ne lésine pas sur les encadrés informatifs et pour tout surtout ! De l’organe le plus commun à une molécule sécrétée peu connue. On en apprend toujours un peu plus à chaque page sans jamais être noyé sous un tas d’informations ennuyeuses et superflues. L’oeuvre de la mangaka est un tremplin pour plonger dans le monde merveilleux et cruel de la microbiologie.

Finalement, je n’ai pas eu grand chose à dire sur le manga à part de l’amour… Il se suffit à lui-même : on le lit pour passer un bon moment et apprendre plusieurs notions d’immuno-hématologie pour épater son médecin durant la consultation. Impatient de voir ce que va proposer Akane Shimizu pour la suite de son oeuvre ! Je ne peux donc que vous le conseiller : un titre intelligent et plein d’humour vraiment agréable à lire !

Publicités

3 réflexions sur “Les brigades immunitaires : cellules au rapport !

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s