Pseudomorph of Love : Pour l’amour des cristaux

Après Femme fatale de Shuzo Oshimi, c’est au tour d’une mangaka que j’admire de sortir son premier artbook : Haruko Ichikawa. En me faisant découvrir L’ère des Cristaux, l’artiste m’avait émerveillé par la beauté de ses dessins et la pureté de son style, si bien que j’avais consacré un long article sur les éléments visuels de la série. Il était donc naturel que je me penche sur son grand recueil d’illustrations afin de les contempler dans de très bonnes conditions.

pseudomorph of love - artbook houseki no kuni.jpg

En vogue avec notamment la diffusion de l’anime (disponible en simulcast sur ADN), le huitième tome de L’ère des Cristaux est sorti le 22 novembre au Japon. Simultanément à sa parution, le premier artbook de l’autrice (en très grande partie consacré à la série) a vu le jour. Coûtant 2800 yens (soit environ 21€), le livre de 128 pages est édité chez Kodansha en sens de lecture français. Maintenant que vous savez tout sur l’ouvrage, vous êtes prêts pour un compte-rendu détaillé de son contenu sans la moindre once d’objectivité mais avec de nombreuses photos !

On commence avec la merveilleuse couverture représentant des cristaux dénudés. Des éclats de gemmes dorées (ainsi que le titre, le logo central et les écritures sur le dos) sont réalisés dans un très agréable effet relief. Si sous la jaquette on pouvait espérer trouver une illustration quasi-identique en noir et blanc comme sur les tomes du manga, c’est tout autre chose qui nous attend. Entièrement en couleur, on découvre le travail préparatoire à la couverture de l’artbook. L’occasion d’observer la précision du dessin de Haruko Ichikawa avant le rendu final.

cover houseki no kuni
La couverture dépliée représentant de magnifiques et fragiles cristaux nus

 

Pas de sommaire (on trouve juste un récapitulatif des illustrations commentées par l’autrice à la fin du livre) malgré que le recueil soit découpé en parties distinctes, on entre dans le vif du sujet après une page titre. Et là, surprise un peu décevante pour les plus gros collectionneurs, de très nombreux dessins concernant L’ère des Cristaux étaient déjà disponibles dans le livret d’illustrations offert dans l’édition collector du tome 7. C’est néanmoins l’occasion de les redécouvrir dans de meilleures conditions.

Toujours comme dans livret du collector, on retrouve les illustrations servant pour les couvertures jusqu’au tome 8 (celles du livret vont jusqu’au 6). Bien évidemment, on trouve aussi le splendide dessin ayant servi à la couverture du recueil de l’édition limitée ainsi que celui de l’artbook.

La première partie de Pseudomorph of Love est donc dédiée aux images en couleur de L’ère de Cristaux. Passées les couvertures du manga, on découvre pêle-mêle les illustrations sans texte issues des unes de la revue de pré-publication Afternoon, des pages couleurs et des dessins variés servant à diverses choses (goodies, promotion etc.). Bien évidemment, c’est un régal pour les yeux tant tout est si épuré et reluisant. En voici quelques extraits, sans tout dévoiler du contenu.

Quatre des couvertures d’Afternoon :

Les pages couleur emblématiques avec Cinabre :

l'ère des cristaux pages couleur

Et plein d’autres illustrations dont celles-ci que j’adore :

Toujours comme pour le livret de l’édition limitée du tome 7, on passe ensuite aux illustrations monochrome avec les dessins présents sous les jaquettes des tomes. J’adore ce moment où je soulève la couverture pour découvrir ce qu’elle cache, alors c’est un réel plaisir que l’artbook les répertorie. Seule ombre au tableau, on retrouve deux dessins par page, là où j’aurais aimé qu’ils soient bien plus grands.

noir et blanc houseki no kuni.jpg

Et puis vient enfin la première vraie surprise de l’artbook pour qui ne possède pas déjà le livret collector : des pages en noir et blanc montrant les grands décors de L’ère des Cristaux. J’aime tant ces espaces qui semblent infinis, la manière dont l’autrice les dessine en monochrome que je suis aux anges de pouvoir les contempler en grand format. Regroupés les uns à la suite des autres, je me suis égaré dans les décors de l’univers cristallin…

Pour conclure avec la partie consacrée à L’ère des Cristaux, on retrouve pas moins de 16 pages nous dévoilant des croquis préparatoires du manga. Pas forcément le meilleur segment du bouquin, ni le plus lisible en fait. C’est intéressant mais c’est assez long finalement. J’aurais clairement préféré des pages marquantes du manga en grand format, ce n’est pas ce qui manque.

ère des cristaux nemu.jpg

Le dernier quart de l’ouvrage est donc consacré aux autres travaux de Haruko Ichikawa. On commence avant tout par ses histoires courtes regroupées dans les deux recueils que sont 25-Ji no Vacances et Mushi to Uta. Des œuvres qui l’ont véritablement révélée puisqu’elle a remporté le Prix Tezuka dans la catégorie nouveauté avec ce dernier dès 2010, soit deux ans avant de débuter L’ère des Cristaux.

Par la suite on retrouve bien évidemment des illustrations issues des histoires qui composent les recueils. Ce n’est pas très ordonné tant on trouve de tout : en couleur ou en noir et blanc, de plusieurs dessins par page aux superbes doubles-pages… Un régal de se perdre dans ces histoires malheureusement inédites en France. Si on peut qualifier ces récits d’œuvres de jeunesse, on retrouve tout de même le style si particulier de la dessinatrice et des éléments visuels qui se retrouveront dans L’ère des Cristaux (de la profondeur des décors aux corps qui se fragmentent).

Et pour finir on retrouve diverses illustrations de l’artiste (pochette d’album, affiche de représentation etc.). Tout l’univers esthétique de Haruko Ichikawa rejaillit. Encore une fois les corps se brisent, on se réfère au bouddhisme, des éléments de l’imaginaire de l’autrice apparaissent ; si bien qu’on retrouve même des cristaux en fond… Quel bonheur.

En guise de seul véritable texte, on trouve une courte postface et quelques commentaires de l’autrice à la fin de l’artbook. Il ne nécessite donc pas une traduction en français pour être apprécié à sa juste valeur. Car oui, tout l’intérêt se trouve dans la beauté des dessins de Haruko Ichikawa. On est sensible à son art ou non tant son style est marqué par sa personnalité ; moi, je succombe. J’adore L’ère des Cristaux, j’adore l’histoire qui est racontée, j’adore les thématiques abordées, j’adore cette galerie de personnages attachants mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est l’esthétisme si singulier de ce manga. Et de ce fait, Pseudomorph of Love me comble. L’artbook s’impose comme une pièce indispensable pour tous les amateurs de L’ère des Cristaux.

Publicités

8 réflexions sur “Pseudomorph of Love : Pour l’amour des cristaux

  1. On laisse l’objectivité au placard le temps de la rédaction et c’est tant mieux hihi. C’est vraiment sublime effectivement. Je crois que j’ai une préférence pour les illustrations plus anciennes par contre, je les trouve encore plus jolies; surtout la dernière. Dommage qu’il n’y ait aucun croquis préparatoire sur la création des persos, je trouve que ça aurait été bien plus intéressant que des brouillons de planches.

    1. De manière générale je m’en embarrasse pas non plus tu sais… Il y a des compositions très jolies dans les anciennes aussi. J’espère qu’elle fera une série avec des humains après L’ère des Cristaux, car elle les dessine à merveille. Oui ça aurait été intéressant ça ! On croise les doigts pour un futur fanbook alors.

  2. « les contempler dans de très bonnes conditions » c’est à dire les contempler avec plein de chats qui nous grimpent dessus ? :3
    Tu sais comme j’aime l’art de l’Ere des Cristaux alors cet artbook me fait évidemment envie… Quand je vois la vitesse à laquelle « sold out » a été affiché sur CDJapan, je commence à avoir des regrets. Je n’ai jamais importé d’objets alors je n’ai pas su saisir l’occasion…
    L’artbook a l’air vraiment génial. Les croquis préparatoires du manga m’intéressent tout autant que le reste pour ma part ! Mais je comprends ton envie de grands formats de pages du manga. Je veux tout en fait :3

    1. Oh, je n’ai jamais reçu de notification pour ce commentaire, désolé si je ne réponds que maintenant !

      Haha oui, j’essaie de pas trop les laisser s’en approcher.
      L’artbook va être réimprimer, il faudra se jeter dessus !

  3. Jotaro

    Je voudrais me le procurer mais que ce soit sur amazone jp ou cd japon c est compliquer… L’ un a des frais ahurissant et l autre ne peut tout simplement pas livrer en france .. je voudrais savoir comment vous l avez eu ?

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s