Kevo42

La nostro sélection musicale du 15 octobre

Si la sélection musicale est celle du 15 octobre, la fête des morts, que ce soit Halloween ou la Toussaint, approche. Est-ce pour cette raison qu’autant de vieilles gloires publient de nouveaux albums ?
Si les semaines précédentes étaient surtout portées par des artistes moins connus et surprenant, cette semaine voit le retour de plusieurs valeurs sûres. La sélection de la presse est donc en contrepartie fortement teintée d’expérimentations avec deux albums sur le papier assez pop, mais en réalité très originaux.
Enfin, comme nous sommes sur le Nostroblog, nous parlerons de la réédition avec suppléments de l’album de La Femme, car il faut toujours faire plaisir à Meloku. Cette semaine, Ludo a réparé son PC et nous propose aussi de nombreux albums à écouter.

Comme toujours vous retrouverez ci-dessous la playlist complète, version spotify et version youtube. Je vous invite à jeter une oreille à l’ensemble de la playlist. J’essaie de tout écouter, mais avoir une connaissance parfaite des 9 heures de musique hebdomadaire n’est simplement pas possible. Il est donc tout à fait probable que des pépites s’y cachent.

La presse en parle : Xenia Rubinos et Mendelson

La sélection de la presse est très diverse cette semaine. Le seul disque à être cité quatre fois est Una rosa de Xenia Rubinos. Il s’agit d’un album très ambitieux qui mêle pop, soul, musique électronique, musique latine pour au final créer un style propre à cette chanteuse américaine. Pour en savoir plus sur l’histoire de cet album et les thèmes qui y sont abordés, je vous invite à lire cet article éclairant du webzine Remezcla

Le nouvel album de Mendelson n’est cité que par deux magazines, mais comme il s’agit d’un disque en français, j’imagine que l’on peut le compter dans cette catégorie. Il s’agit là encore d’un album original et ambitieux, mais peut-être moins évident à écouter. Mendelson, ancien duo réduit à une personne plus des musiciens, est un rescapé du label Lithium des années 90. Il s’agit d’une grande époque de chanson indépendante française, dépressive et aride, ce qui a donné de grands succès critiques mais peu de succès commerciaux. Si vous n’avez jamais écouté #3 de Diabologum, allez-y, cela fait partie qui change votre vie aussi sûrement qu’un manga d’Inio Asano.
Mendelson fait partie de ces groupes dont on parle mais que l’on écoute peu, et je ne sais pas si ce Dernier album y changera quelque chose. Il s’agit d’une manière très originale, d’une certaine manière assez intellectuelle d’aborder la chanson française, mais le ton de la voix, certaines formules que je trouve un peu prétentieuses, et le côté saccadé de la musique fait que l’on accrochera ou pas. Un disque que l’on écoutera rarement mais intensément plutôt que souvent en arrière plan.

Les Nostroblogueurs en parlent
La sélection de Kevo42 : Jo Wedin et Jean Felzine, Dean Wareham, les Melvins, Vanishing twin, Go to colour

J’ai beau eu creuser autant que possible, peu de disques ont vraiment accroché mon oreille cette semaine. A côté de tout ce qui peut être présenté dans les autres sections (et qui n’est pas peu), voilà ce que je retiens.
Le duo Jo Wedin et Jean Felzine sont de retour avec leurs chansons disco décalées et élégantes, 100% approuvées par F.I.P. Le joker absolu à jouer si vous tirez la Suède lors d’un Mondovision.

J’ai aussi bloqué sur l’album de Dean Wareham, enfin à vrai dire sur une chanson en particulier, nommée the Last word. Avec sa guitare tout en reverb, et sa voix qui sent le whiskey, cette chanson m’a transporté dans sa mélancolie. Tout à fait le type de morceau que Tarantino pourrait placer au milieu d’une de ses B.O. pour en faire un tube.

Enfin, pour finir, quelques disques que je n’ai écouté qu’en passant mais que j’aimerais explorer. Faute d’être invité par MTV, les Melvins ont mis bien du temps à enregistrer un album acoustique. La pandémie aidant, ce sont 36 morceaux qui se sont vus revisités sur Five legged dog. Même en acoustique, les Melvins restent un groupe pour lequel le mot lourd est une qualité suprême et pas du tout un reproche.

Je n’y aurais pas cru, mais Sterolab continue d’influencer toute une génération de musiciens, les hasards de la playlist faisant se cotoyer deux groupes qui semblent très à l’aise dans cet univers psychédélique. D’un côté donc, Vanishing Twin, avec des morceaux longs, riches en sons qui vont et viennent dans le casque, qui donnent envie d’aller dans l’espace ou de nager la brasse dans les plantes vertes. De l’autre Gone to color, duo qui a regroupé un ensemble de voix talentueuses (Martina Topley Bird, Kurt Wagner de Lambchop, Liars, entre autres) pour une bande son originaire aux accents trip-hop. Le premier morceau, The 606, est une merveille psychédélique chantée par Jessie Stein (du groupe The luyas), qui ne cesse de monter en intensité pour aboutir à une fin qui laisse rêveur.

La sélection de Ludo : Pinkpantheress, Finneas, Le Ren


Je vous invite à vous pencher sur la dream pop de PinkPantheress qui s’est fait connaître avec des vidéos sur TikTok, dans un style proche de ce qu’à pu proposer Poppy. Vous pouvez aussi prêter une oreille à Optimist de Finneas, le frère de Billie Eilish. Aller pour finir, Leftovers de Le Ren est une douceur folk très sixties, seventies façon Joan Baez.

Les valeurs sûres : Vitalic, Coldplay, Young Thug, Joy Crookes

Dans le gourmet solitaire, Taniguchi proposait une comparaison qui a toujours été comme un phare dans ma vie. “Le Barbecue coréen, c’est comme le soapland, on sait pourquoi on y va, et on en ressort satisfait”. Une expression qui s’applique parfaitement à la musique de Vitalic. Ce premier épisode du double album Dissidaence propose du boum boum électro parfaitement exécuté. Ce n’est peut-être pas aussi puissant que son projet Kompromat avec Rebeka Warrior (le disque qui justifie à lui tout seul d’avoir pris Allemand en langue vivante 1), mais d’album en album, Vitalic est peut-être la définition même de l’artiste valeure sûre.

Un mot pour dire que le nouvel album de Coldplay, Music of the spheres, est sorti. On a déjà parlé ici brièvement de la collaboration avec BTS. L’album a des titres en émoji. Clairement Chris Martin est à un moment de sa vie où il assume parfaitement de ne pas être Thom Yorke et de faire de la pub pour NRJ, ou comme le dit Ludo, d’être “fédérateur, mielleux à souhait,souvent agaçant, jamais innovant.” Une question reste : pourquoi cette esthétique ? Même en admettant le côté très grand public visé, pourquoi des clips aussi laids ?

Présent en featuring chez toutes les personnes qui comptent (Drake, Doja Cat, Post Malone, Travis Scott, Meek Mill, et même Ed Sheeran ou Elton John), deux albums sortis rien que cette année, Young thug est le type même du rappeur qui est toujours présent quand il faut, un coup de fil et il est là . 20 titres, de nombreux featurings prestigieux, la difficulté de la vie à Atlanta, de la guitare acoustique, du vocoder, de l’émotion tatouée, tout ceci est à retrouver dans Punk.

Joy Crookes n’en est elle à son premier album, mais une chanteuse qui a sa biographie sur France Inter et est dans la bande son de Fifa entre automatiquement dans la catégorie des Valeurs sûres. Avec sa voix qui rappelle Nicolette sur Protection et son mélange beats violons, la production de Skin s’inscrit dans la lignée soul / trip-hop des années 90. L’ensemble est si efficace que l’on a l’impression, dans un sens positif, que l’on a toujours déjà connu cet album.

Singles et EP

La sélection de Ludo : Bon Iver, Band of Horses, My Morning Jacket, The wombats, Emigrate, Stromae, Adele, Damon Albarn

Pendant que l’été vivait tranquillement, Bon Iver publiait Babys dans une version “session studio”, avant d’enchaîner ce 11 octobre avec Beth/Rest toujours dans la même qualité d’enregistrement, épuré d’arrangements. Ces titres qui jusqu’à maintenant, étaient disponible uniquement sur Youtube, vont accompagner la réedition de l’album “Bon Iver” qui fête ses 10 ans cette année. Je profite donc de cette jolie pépite pour vous inviter à découvrir Bon Iver, un groupe à la musique sentimentaliste, humaniste, mélancolique. (Note de Kevo42 : le saviez-vous : Bon Iver, c’est juste Bon hiver avec une faute d’orthographe, merci Slotface de l’avoir chanté sinon je n’aurais jamais percuté)

Toujours au rayon des singles, Band Of Horses fait dans le classique, le groupe indé US continue ses balades et ça fonctionne encore. Du côté de Louisville, My Morning Jacket a sorti un album le 22 octobre contenant Complex, un single qui a le droit d’entrée dans notre selec du 15 octobre. Guitares saturées, voix cassée, je prends ! Toujours du rock mais un peu plus calme, The Wombats a livré un EP sympathique qui, je l’espère annonce un album costaud. Enfin pour finir du côté des singles, Emigrate, le projet perso de Richard Z Kruspe, guitariste de Rammstein revient en cette fin d’année avec un album attendu pour novembre. Pour le moment, Emigrate a publié trois singles dont un featuring avec Till Lindemann (dont je vous parlerai la semaine prochaine pour un duo des plus étonnant) et le ressenti est assez tiède. L’impression que Kruspe veut cumuler les ambiances sans jamais arriver à créer la sienne. On jugera donc à la livraison des 9 morceaux. J’aurai pu développer sur le morceau de Stromae qui débarque là où on l’attend et avec toujours la même belle efficacité ou encore le nouveau titre d’Adele dont tout le monde a déjà parlé. Je me réjouis cependant de la voir revenir et émancipée d’une relation toxique. Puis bon nouveau morceau, nouveau clip réalisé par Xavier Dolan, déjà 131 millions d’écoutes sur Spotify, plus gros démarrage pour un single en Angleterre depuis shape of you, tout va mieux, tant mieux. Damon Albarn continue sa route des titres planants avec son 5ème titre depuis le mois de juin: The Tower Of Montevideo.

Quelques rajouts par Kevo42 ; Timal et Heuss l’enfoiré, Hatik

La semaine dernière, je vous parlais du single Avengers par Naps, Jul, SCH, et Kalif Hardcore. Le rap FR est à l’image de twitter, un lieu d’affrontement entre fans de Marvel et de DC. Timal et Heuss l’enfoiré (le grand homme de la grosse moula) répondent donc avec Bruce Wayne, un morceau qui laisse un peu confus. Ok, l’argent, la drogue, insulter les meufs, pourquoi pas, mais quel rapport avec Batman ? Je sais bien qu’il a des méthodes non conventionnelles, mais dans l’idée, il est plus proche de la BAC que des dealers. A réfléchir. Après avoir écouté Young Thug, vous voulez toujours plus d’émotion et d’autotune ? Hatik a pour vous un nouveau single nommé Noyé, où il réfléchit à sa future mort, à ce qu’il laissera, et au fait qu’il ne veut pas que des fils de pute voient sa mère pleurer à son enterrement, ce qui se comprend aisément.


Les vieux de la vieille : Johnny Marr, Robin Guthrie, John Carpenter, Mark Lanegan

L’année dernière, le patron de Spotify a expliqué à ces feignasses d’artistes qu’il fallait au moins sortir un album par an pour gagner leur pitance. Johnny Marr a bien entendu le message. Après avoir joué de la guitare pour la bande son du dernier James Bond, il a décidé de diviser son prochain album, Fever dreams, en 4 E.P. Si dans mon coeur, Johnny sera toujours le guitariste des Smiths, cet album annonce un son plus proche de Primal scream ou de New order. Pas si étonnant, finalement, si on se rappelle qu’il a aussi joué dans le groupe Electronic aux côtés de son chanteur Bernard Summer. En tout cas, notre Johnny n’en a pas Marr du son de Manchester, qu’il continue d’incarner des pieds aux cheveux.

Autre E.P., Mokingbird love de Robin Guthrie nous emmène dans un univers tout à fait différent. L’ancienne moitié des Cocteau Twins nous propose ici 4 morceaux d’ambient, géographiquement beaucoup plus proches de Twin Peaks que de l’Angleterre.

Autre ambiance diabolique avec la bande son de Halloween Kills, écrite, au moins en partie, par John Carpenter lui-même. C’est la semaine d’Halloween, alors j’ai envie de dire que c’est le bon moment pour écouter la musique de Halloween. Je ne suis pas expert en marketing, mais j’imagine que c’était aussi l’idée pour la date de sortie du film.

Enfin, pour terminer, double activité pour Mark Lanegan. Côté livre, il a récemment publié une autobiographie consacrée à toutes les sombres choses qu’il a pu faire à l’époque des screaming trees. Côté musique, il fait équipe avec Joe Cardamone de The Icarus Line, un groupe qui a été un peu à la mode au début des années 2000 pour le projet Dark Mark vs Skeleton Joe. Le résultat est une réussite d’autant plus surprenante que les expérimentations électroniques de Mark Lanegan ne m’avaient pas franchement convaincu par le passé. L’album est émouvant, musicalement dense, et il contient même deux-trois morceaux boom boom parfaits pour votre surprise party d’Halloween.

Les sorties on sait pas trop de Kevo et Ludo : Coeur de pirate, Tom Morello, et Norah Jones

Ludo et moi nous posons beaucoup de questions sur les derniers albums de Coeur de Pirate et Tom Morello. Pour éviter les redites, j’ai fusionné nos deux avis.

On avait laissé Coeur de pirate aphone sur son album instrumental Les Perséides sorti en avril de cette année. Sa voix recouvrée, la voilà de retour avec un album beaucoup plus classique. Le premier morceau propose exactement ce que l’on attend d’elle : du piano et une voix cassée. La suite est plus instrumentalisée, avec de la guitare et des cordes, mais aussi plus traditionnelle. Ludo n’a retenu de l’album que deux morceaux qui sortent du lot “Dans l’obscurité” et “Tu ne sera jamais là”. Bien que l’album parle plus de l’amour vaincu que de l’amour triomphant, je ne serais pas étonné d’en entendre les singles sur Chérie FM .

Ludo parle d’énigme pour parler du nouvel album de Tom morello. Dans mes notes d’écoute, j’ai écrit : Tom fait n’importe quoi avec ses potes. Pour paraphraser Derrick contre superman, je ne sais pas s’il est le guitariste le plus talentueux ou un parfait crétin, mais il a réussi à nous perdre.


Un concept beaucoup plus compréhensible est l’album I dream of Christmas de Norah Jones. Est-il déjà temps de sortir ce type d’album ? Ne devrait-on pas fêter Halloween avant ? Suis-je déjà en retard pour mes achats ? Mes proches me pardonneront-ils de ne pas pouvoir me diviser en 3 ou 4 pour être avec eux ? Le père Noël existe-t-il ? Tant de questions auxquelles ce disque ne répondra pas.

Le rattrapage : La femme, les Violent femmes, les Beatles, et No one is innocent

Vous avez écouté en boucle Paradigmes, le dernier album de La femme ? Ça vous a plu, vous en voulez encore ? Hé bien, voilà la suite, Paradigmes : suppléments, qui contient un cd de plus avec des inédits. Si vous aviez raté la sortie du disque en avril, c’est l’occasion de s’y plonger enfin. Je suis personnellement loin de tout aimer dans ce disque mais j’en reconnais le côté pop et fou, avec ses paroles un peu bêtes que l’on connaît pourtant par cœur à la troisième écoute. Et puis, clairement, un disque qui contient un aussi bon morceau de cheval au galop ne peut pas être mauvais.

Ressorties toujours, mais plus classiques, Ludo vous invite à vous pencher sur Why do birds sing des Violent Femmes qui vient d’être réédité et qui est une merveille. Il y a aussi le monstrueux coffret consacré à Let It Be, des Beatles dont la réédition coïncide avec la sortie prochaine du documentaire réalisé par Peter Jackson sur Disney+.

Beaucoup plus récent, Ennemis de No One Is Innocent a été publié le 1er octobre 2021, Il s’agit du 8ème album studio du groupe et le 4ème en 10 ans. Écouter du No One c’est accepter d’en prendre plein les oreilles et de recevoir les sermons politiques de Kemar chanteur à la voix de fer et à la plume de velours. Chaque titre de Ennemis est un désaccord avec notre société actuelle, la politique française voire internationale et l’ambition de renvoyer l’extrême droite d’où elle vient. Les punchlines sont là, elles ont toujours existé au sein de ce groupe, inoxydables comme la rage qui transpire au sein des 11 titres.

Les sources

Le tableau récapitulatif des sorties depuis le début des nostro-sélections

Cette sélection musicale ne serait pas possible sans le travail de vrais journalistes qui ne font pas de jeux de mots honteux sur les héros de la musique de Manchester. Si cette sélection vous procure suffisamment de plaisir pour lire jusqu’ici, je vous invite à jeter un coup d’oeil sur ces articles :

Magic : revue de pop moderne : Mendelson, Vanishing Twin, Aquaserge, The Beatles : la playlist des sorties du 15 octobre 2021

Brooklyn Vegan : Notable Releases of the Week (10/15)

Les Inrocks : Les 5 albums du vendredi 15 Octobre à écouter absolument !

Visions : Draußen! Die Alben der Woche

KEXP : New Music Reviews (10/18)

NME : Album reviews

Remezcla : la rubrique musique

NPR : New Music Friday: The top 6 albums out on Oct. 15

1 réflexion au sujet de “La nostro sélection musicale du 15 octobre”

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s