Nostro sélection musicale

La nostro sélection musicale du 12 novembre

La fin d’année approche. Dans un dernier sprint pour apparaître sur les listes de fin d’année, les artistes tirent leurs meilleures cartouches. Cette semaine est extrêmement diverse et riche en artistes confirmés : Courtney Barnett et sa country folk traînante, le funk de Silk Sonic, la dépression du porteur de mulet Damon Albarn, les revendications de Idles, Jonny Greenwood en mode free-jazz pour le nouveau film de Pablo Larrain sur Lady Diana, Aesop Rock, l’album de reprises de Dave Gahan, ou le début du nouvel album de Beach house. Korn en a ressorti le micro Giger pour l’occasion. Même les sorties modestes parleront aux plus curieux : Nonstop ressort de nulle part, M.I.A. fait des NFT, Kyan Khojandi pose un slam.

Au milieu de tout cela, Taylor Swift a pris le temps de ressortir Red en version longue, histoire de redire tout le mal qu’elle pense de Jake Gyllenhaal, sans même avoir à mentionner son jeu d’acteur dans Okja.

La semaine prochaine ne sera pas moins riche, avec Bloodmoon, l’album réunissant Converge, Chelsea Wolfe et Stephen Brodsky, ou les nouveaux Adele et Orelsan. 

De quoi alimenter vos courses de Noël, si vous avez des amis ou de la famille qui écoutent encore de la musique en physique.

La playlist sur deezer

Une playlist dans laquelle vous trouverez aussi des clips de K-pop et de reggaeton, parce que c’est aussi ça l’actualité musicale.

La presse a adoré : Courtney Barnett, Damon Albarn, Idles, Silk Sonic

Courtney Barnett – Things Take Time, Take Time (mentionnée par 9 articles) Après le succès critique et populaire de son précédent album Tell me how you really feel, on aurait pu craindre que Courtney Barnett s’effondre sous la pression. Ce serait mal connaître l’Australienne qui répond “les choses prennent du temps, prends ton temps” à ceux qui la presseraient. Ce nouvel album est donc particulièrement traînant et relax, au bon sens du terme, avec un peu de boîte à rythme pour apporter un petit vent de nouveauté. On pense finalement assez à son album commun avec Kurt Vile. Alors que cette fin d’année sera marquée par l’agitation des fêtes de Noël, on a bien envie de prendre notre temps à écouter ce disque.

Damon Albarn – The Nearer The Fountain, More Pure The Stream Flows , avis de El Tooms (mentionné par 7 articles). Celui qu’on ne présente plus et qui a pour habitude de se cacher derrière l’avatar emblématique de 2D dessiné par son ami Hewlett fait une mise à nu impressionnante dans son deuxième album solo. L’introspection scandinave lui donne des ailes qu’on ne lui connaissait pas, suivant une voie plus timide et terreuse que son précédent Everyday Robots. Celui qui avait pour habitude de s’isoler de la célébrité dans une maison de Reykjavik réitère l’expérience à l’occasion du confinement. Comme l’indique le titre de l’album, vers éponyme d’un poème de John Clare, il puise les plus limpides compositions dans la solitude et dans l’isolement. En résultent onze pièces magnifiques, où le croisement de partitions inspirées, de la voix de baryton du natif de Whitechapel et de field recordings des plaines du nord fait effet boeuf. Le chanteur énergique et leader de Gorillaz n’oublie pas la part importante du voyage dans son aventure musicale et ses featuring d’envergure avec Tower of Montevideo notamment. S’il fallait extirper un morceau de l’ensemble, je choisirais l’ambitieux mélange de Polaris. 

Idles – Crawler (mentionnés par 6 articles). Les premiers retours sur le nouvel album d’Idles, les premières notes mêmes de l’album, qui sonnent comme un hommage à Massive Attack,  laissaient penser à un album différent, moins noise, plus doux, peut-être même soul à l’image du premier single the beachland ballroom. Après tout, le travail avec Kenny Beats, producteur de morceaux de Vince Staples ou Denzel Curry, pouvait même laisser penser à un aspect hip-hop. 
Mais en fait non. C’est un album de Idles, avec des rythmes qui frappent et des paroles qui claquent. 

Silk sonic – an evening with Silk Sonic (mentionnés par 5 articles). La semaine dernière, Curtis Harding nous a ramené dans les années 70. Chez lui,la soul était engagée. On reste dans cette décennie aux côtés de Silk Sonic, pour une version plus smooth du funk. Tout glisse dans la musique de Bruno Mars et Anderson Paak, de la ligne de basse à la danse des choristes. Ce qui en fait un véritable chocolat chaud funk concocté par les rois du cool. C’est aussi le seul disque de l’année où vous trouverez les paroles “I love your sweet perfume, you smell better than a barbecue”, que vous allez de suite copier dans votre cahier de poésie. 

Les valeurs sûres : Beach house, Aesop Rock et Blockhead, Dave Gahan

Beach house, Once twice melody ep. Beach house a décidé de publier son nouvel album quatre morceaux à la fois. Il s’agit d’une idée qui fait sens car, traditionnellement, l’écoute de leurs albums se divise en plusieurs phases : 
1 – Wow, qu’est-ce que c’est beau, j’adore
2 – Bon, mais c’est tout le temps pareil
3 – Je m’ennuie.
En publiant l’album petit à petit, l’auditeur a plus de chances de rester sur l’étape 1. Génie marketing, donc.

Aesop rock & Blockhead – Garbology. Aesop rock est un des grands noms du rap indépendant américain du début des années 2000. Garbology est un bon album de sa désormais longue carrière sans être radicalement différent du reste. Il s’agit donc d’un bon point d’entrée à défaut de révolutionner l’oeuvre du rappeur de Portland.

Dave Gahan & Soulsavers – Imposter. En réponse au counterfeit de Martin Gore, l’autre moitié de Depeche Mode publie lui aussi son album de reprises. Si le choix est parfois audacieux (une reprise de tragic kingdom of love de P.J. Harvey, quelle belle idée), le résultat est suffisamment malaxé et approprié par Dave Gahan pour que cela sonne comme un de ses albums solos, ce qui veut dire “dans la lignée de songs of faith and devotion mais en moins bien”. Quelques belles reprises néanmoins comme ce metal heart sorti du répertoire de Cat Power.

LES CURIOSITES – Emigrate, Non-Stop, Jonny Greenwood, Van Holzen, Alva Noto

Emigrate – The Persistence Of Memory, Avis de Ludo: Emigrate est un side project vieux de 16 ans monté par Richard Zven Kruspe guitariste de Rammstein et voulant prendre un peu le large de ses potes pyromanes. Au sortir de 3 albums auxquels on ajoute désormais Persistence Of Memory, on peut définir les ambitions de Kruspe comme beaucoup trop hautes. Le constat est presque le même que pour Lindemann en solo et c’est saisissant. Kruspe ne sera jamais meilleur qu’avec Rammstein. Ou alors il doit vraiment prendre un virage serré et partir vers d’autres sonorités. Tout ce que contient Persistence Of Memory pourrait être du Rammstein en plus travaillé, mieux arrangé. Il recycle d’anciens titres comme Hypothetical sorti en 2014 qui était un featuring avec Marilyn Manson…Il jette au feu le révérend et livre toutefois un titre très plaisant. Mais des 9 titres (34 minutes!!!) c’est le seul vraiment efficace. Le reste n’est pas désagréable mais a déjà été entendu mille fois. Freeze My Mind est un petit tube et Always On My Mind une sorte d’hymne en duo avec … Till Lindemann. Kruspe et Emigrate ne se renouvelle pas, stagne et le seul invité sur l’album est le leader charismatique du groupe dont il souhaite un peu s’émanciper. Beaucoup trop paresseux dans ses compositions, Persistence Of Memory souffle le chaud et le froid et n’a à aucun moment cette folie que peut laisser penser un projet issu du cerveau d’un membre de Rammstein.

Nonstop : Zyklon bio. La grosse surprise de cette semaine. Dans une autre vie j’avais fait une critique suivie d’un entretien de Nonstop pour son précédent album j’ai rien compris mais je suis d’accord.
La semaine dernière je reçois un mail de Fredo Roman m’annonçant la sortie de son nouvel album sur une plateforme tout à fait obscure et maintenant disponible dans toutes les bonnes crèmeries. Un retour tout aussi étrange que son annonce, puisqu’il s’agit de deux titres d’un quart d’heure chacun, enchaînement de punch lines sur des boucles composées au fil des années et utilisées un peu au hasard, entremêlées de déclarations de gilets jaunes enregistrées lors de manifestation à Toulouse. 
Autant dire que cet album ne fera pas la une des journaux. Pourtant, je suis très heureux de voir Nonstop refaire de la musique. Ce proche d’Arnaud Michniak a une place très singulière dans le rap français. Son gros accent, ses rythmiques indus, et ses punchlines tout à fait singulières lui assurent une place à part. A l’image des pochettes de Blanquet, sa musique est à la fois dégoûtante, belle et fascinante. Seul regret, le titre de cet album. 

Jonny Greenwood – Spencer, avis d’El Tooms. Le guitariste sans qui OK Computer n’aurait sans doute pas eu la même part de fantastique avec les errances cultes d’un Karma Police devenu Bohemian Rhapsody moderne se forge une réputation digne des plus grands dans le registre de la composition cinématographique. L’alliance de longue date entre Jonny Greenwood et Paul Thomas Anderson lui a ouvert les portes d’un royaume qu’il arpente d’un blason imprenable. Alternant les notes classiques et la distorsion il continue son chemin cette année entre Jane Campion et maintenant Pablo Larraín pour une adaptation attendue de la vie de Diana. Quatorze titres comme toujours envoûtants et habiles dans la construction d’un chaos et d’une ambiance suffocante. Il emprunte à la musique de clavecin et aux outils de la musique classique en insufflant son génie pour instaurer le malaise et le parcours jamais aisé d’une Princesse qui doit s’adapter à la voie royale sans faire de vagues. En attendant d’avoir l’image sur Amazon Prime Video l’inquiétant et renversant Invention For Harpsichord And Compression illustre sa chirurgie sonore sur les siècles. 

Van Holzen – Aus der Ferne. Ludo se plaint dans ces lignes de la faible qualité de l’album d’Emigrate. Il ne sait pas, ce qui n’est pas illogique pour qui ne lit pas la presse allemande, que le disque de rock boum boum les guitares allemand de la semaine est à chercher du côté de Van Holzen. Moitié stoner, moitié pop, 100% rock allemand. 

Alva Noto – Hybr:ID I, avis d’El Tooms. L’approche scientifique de la musique électronique exercée par le génie allemand n’a eu de cesse de m’émerveiller depuis l’introduction d’un label vivier incessant de curiosités de formes et de boucles. Raster-Noton pionnier de l’étude nourrie en BPM proche d’un laboratoire existe encore à travers le compositeur devenant le seul chef de proue depuis 2017 de l’étiquette Noton. La conclusion exceptionnelle de ses travaux sur Xerrox à peine aboutie l’an passé le voilà qu’il enchaîne une nouvelle série de représentations avec ce premier opus d’Hybrid:ID. L’allemand prolifique s’attaque à l’appréhension du mouvement des artistes en insufflant les notions abstraites de la fiction et la réalité physique des courbes avec une œuvre prenant comme équilibre la pièce de chorégraphie Oval dirigée par Richard Siegal et interprété par le Staatsballett de l’Opéra National de Berlin en 2019. Un formidable outil alliant l’approche électronique épurée de Carsten Nicolai et la réalité des impératifs de scène dont j’ai déjà hâte de parcourir les volumes suivants. Oval p-dance d’une maîtrise déconcertante et de production millimétrée qu’on lui connaît reste le parfait représentant de la performance.

Les singles : Korn, Placebo, M.I.A., Kyan Khojandi

Korn – Start The Healing, Avis de Ludo. Limp Bizkit et Slipknot la semaine dernière, Korn aujourd’hui, même moi je trouve la blague du « en quelle année sommes nous » un peu lourde. Et pourtant Jonathan Davis et ses potes californiens sont toujours là et fêteront en 2022 leur 30 ans de carrière. En février prochain sortira Requiem, leur 14eme album et Start The Healing en est le premier single. Le morceau offre un riff assez classique et une batterie lourde tandis que Davis qui a enregistré plusieurs types de voix sur différents micros évoque le lent chemin de la renaissance. L’album a été enregistré en pleine crise du COVID-19 (le groupe a dû annuler plusieurs dates) et cela semble avoir été très inspirant pour Korn. En attendant Requiem (fevrier 2022 donc), le clip de Start The Healing réalisé par Tim Saccenti ainsi que le visuel du single laissent imaginer une ambiance très organique! 

Placebo – Surrounded By Spies, Avis de Ludo. Never Let Me Go le neuvième album de Placebo sortira le 25 mars 2022 et cela presque 10 ans après le dernier. D’après Brian Molko (chanteur) l’album est prêt depuis 2 ans mais là encore, le COVID en a décidé autrement. Après Beautiful James paru en septembre, avec des sonorités très Placebesque, pleines de mélancolie, Surrounded by spies se teinte d’une atmosphère plus pesante avec la thématique de l’espionnage. Molko a eu l’idée du titre après avoir appris être espionné par ses voisins. De là il a eu toute une réflexion sur la vie privée, l’introduction des caméras, des smartphones, internet partout, tout le temps. Il en ressort un titre où batterie, guitare et piano fusionnent pour former lentement une sorte de résistance auditive pendant que Brian Molko délivre ses paroles très simples en boucle. 

M.I.A. – Babylon. Tout comme Nonstop, M.I.A. revient par une voie originale, puisque Babylon a d’abord été publiée sous forme de NFT. D’après les inrockuptibles, ce n’est pas totalement de l’arnaque, car
1 – les bénéfices iront à l’association qui a soutenu Edward Snowden ou Chelsea Manning, et
2 – la personne qui gagnera les enchères aura droit aussi aux masters du morceau ainsi qu’à des inédits. 
On reste assez loin du Wu-Tang Clan qui avait vendu aux enchères un album pressé à un exemplaire, qui, à ma connaissance, n’a jamais été piraté. 
A part ça, le morceau est cool, mais on attend surtout la suite maintenant.

Kyan Khojandi – Haagen Dazs, Avis de Ludo. Attention, ce qui suit est un avis totalement subjectif, ne prenant en compte que ma passion pour cet artiste. Kyan Khojandi, c’est le mec de bref. Et maintenant, il fait de la musique. Voilà. A bientôt! 
Plus sérieusement, Kyan est un auteur, standuper français à l’origine de Bref, Bloqués, Serge Le Mytho avec son acolyte Navo. Après son spectacle Pulsions (dispo gratuitement sur sa chaîne YouTube) et en tournée actuellement avec Une Bonne Soirée, il se met à la musique. Son album sort le 26 novembre. Il se rapproche du spoken word, sorte de manière poétique de raconter un texte en parlant et non en chantant (Cf Fauve). Il vend ce projet comme son premier dernier album, une pièce unique. Dans les 10 titres de l’Horizon des Événements, Kyan racontera sa thérapie pour aller mieux après une rupture sentimentale. Comme à son habitude, il se sert de sa créativité pour extérioriser des faits négatifs de sa vie. Il ne fait aucun doute que le projet surprend et que le style peut dérouter. Pour ma part, après un premier titre publié en 2020, j’en attendais plus. J’ai été récompensé avec le second single Haagen Dazs qui traite de l’annonce d’une rupture et de la gestion de celle-ci. On est dans une ambiance qui peut filer le bourdon avec du piano et du violon. Kyan Khojandi s’est entouré de Clément Libes (Big Flo et Oli) et Guillaume Briere (The Shoes). Le clip est également très puissant avec un facecam dans le noir et une caméra qui plane autour de lui. Une curiosité qui mérite quelques minutes d’attention. 

Pour quelques albums de plus : Makthaverksan, Pip Blom, Ekkstacy

Makthaverksan- För Allting (dream pop)

Pip Blom – Welcome break (rock indé)

Ekkstacy – Negative (rock indé aussi, mais pas pareil)

Pour explorer plus avant la nostro-sélection musicale de la semaine

Toutes les sorties de la semaine sont à retrouver dans le google doc accessible ici : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1O9l_bImgbeZz4Ek7NrVCqtydb6g5svJR/edit#gid=921731972

France

Magic revue de pop moderne : La catégorie sorties (soutenez leur financement participatif !)
Les Inrockuptibles : La rubrique news musicales et en particulier les albums à écouter absolument ce week-end

Allemagne

Visions : Draussen, die Alben der Woche

Angleterre

NME : album reviews

Etats-Unis

Brookyn Vegan : Les notable releases ainsi que la rubrique Bill’s indie basement
KEXP : new music reviews
Paste : New album lists
NPR : podcasts nouveaux albums et nouvelles chansons

Etats-Unis / Amérique latine

Remezcla : rubrique musique

Canada / Québec

Le canal auditif : rubrique actualités

Afrique

Pan-african music : rubrique news

On attend votre avis !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s