Seven Deadly Sins & Black Clover : le non-renouveau apprécié du shônen manga classique au service du médiéval fantastique

Alors que se termine un shônen manga qui aura bien marqué son temps par la productivité de son auteur avec ses 63 tomes, j’ai nommé Fairy Tail, le genre med-fan (médiéval fantastique) est encore très loin de disparaître de nos rayons. Déjà bien développé dans des œuvres cultes comme Berserk ou Claymore, celui-ci est revu dans un contexte davantage nekketsu. Il s‘agit ici de moins de noirceur dans le traitement de la narration et du développement des personnages, le regard utilisé pour témoigner de l’action est moins cru. Petit tour d’horizon de deux titres à l’actualité chaude qui font beaucoup parler d’eux et qui viennent s’inscrire dans la digne tradition du nekketsu.

nanatsu_no_taizai_764241
Meliodas se lance dans une aventure épique !

Lire la suite

Publicités

La jeunesse de Picsou – Don Rosa, archiviste de l’enfance

Je viens de lire le premier tome du diptyque La jeunesse de Picsou, écrit et dessiné par Don Rosa. Un travail de fourmi nourri par la passion d’un homme qui a lu, décortiqué et appris par cœur (pourrait-on penser) la bibliographie de Carl Barks sur la vie de Picsou et ses canards de congénères. J’espère que la lecture de cet article saura vous donner envie de lire cette bande dessinée comme cette dernière m’a donné envie d’écrire cet article.

C’est à travers une anthologie chronologique qu’il retrace l’histoire de ce personnage emblématique qu’est Balthazar Picsou, la compilation The Life and Times of Scrooge McDuck en VO (on restera sur les traductions françaises dans un souci de clarté et de compréhension grand public), et recompose son passé. Plus de secrets désormais pour ce vieil homme aigri et richissime qui ne peut être désormais vu d’un mauvais œil car, bon sang, quelle vie !

la-jeunesse-de-picsou-1-glenat
Couverture de l’édition lue et commentée

Lire la suite

Séries du moment – Printemps 2017

Je regarde dernièrement beaucoup plus de séries TV que j’ai pu le faire ces quelques dernières années. Je me suis centré surtout sur les productions de génie de certains noms désormais bien connus comme HBO, FX, Netflix et autres HULU. Voici un bref aperçu des coups de cœur du moment et le pourquoi du comment. Ouvrez bien vos yeux et vos oreilles car ces séries vont les solliciter de la meilleure manière qui soit !

Dear White People

Netflix, 10 épisodes de 30 min

dear

Adaptation série du film du même nom et du même créateur : Justin Simien. Excellente approche de la jeunesse afro-américaine dans un cadre étudiant aux saveurs de boiseries dans les dortoirs et ambiance #BlackLivesMatter post-Obama. À voir et assimiler pour mieux comprendre la situation sociale actuelle aux États-Unis au sujet des afro-américains. Au-delà d’un pamphlet engagé et militant, la série se veut fraîche, contemporaine et il est facile de s’identifier à ces jeunes si l’on a moins de 25 ans. La narration via divers points de vue qui se recoupent permet un regard neuf sur chaque événement pour mieux discerner les éléments de l’intrigue qui se révèle vraiment prenante et riche en surprises.

Lire la suite

La figure du père dans le shônen manga : entre gros daron et pauvre con

On ne peut s’empêcher de remarquer que certains schémas se dessinent et se répètent d’un manga à l’autre. Le protagoniste joyeux et forte tête, son ami/rival orphelin et dépressif, la fille (présentée telle quelle avec ses traits typiques d’objet romantique à l’aspect virginal), le méchant au passé torturé, etc. Mais s’il existe un rôle qui se répépépète encore plus que les autres, c’est bien celui du père du héros. Absent, travailleur, puissant et généralement secret, quels sont les caractéristiques d’un père de héros de shônen manga ?

dragongarowlee-darons-fathers-peres-papas
Les pères de héros de shônen mangas populaires, par dragongarowLEE

Lire la suite

Sui Ishida : de Zakki à Twitter

Déjà mentionné dans l’article « découverte » que j’avais écrit jadis (d’ailleurs mea culpa, en relisant les 14 tomes, c’est vraiment un excellent manga qui va crescendo en qualité narrative et visuelle) sur le phénomène Tokyo Ghoul, l’auteur de la saga, Sui Ishida, continue d’officier pour notre plus grand plaisir. Fort de son expérience sur la série Tokyo Ghoul et ses quelques spin-off (TG Joker est disponible dans un tome relié de TG:re et TG Jack sera lisible entièrement en numérique), l’auteur continue de faire vivre ses personnages préférés à travers la suite du manga : Tokyo Ghoul :re, et en parallèle à cette actualité plus ou moins récente, vient la sortie de l’été : Tokyo Ghoul Zakki. C’est bon j’ai fini de présenter tout ce beau monde, on met les pieds dans le plat.

tokyo-ghoul-zakki-glenat
Tokyo Ghoul Zakki, le mini artbook de la saga Tokyo Ghoul, publié par Glénat

Lire la suite

Naruto : cas scolaire d'un bon manga devenu médiocre

Question : Pourquoi Naruto est-il un bon shônen manga qui a mal tourné, tel un gamin brillant et promis à un bel avenir qui se mettrait à fumer du shit et voler des scooters au lieu de finir ses devoirs ? 

C’est probablement un des premiers mangas vraiment SHÔNEN NEKKETSU que j’ai pu lire, avant même de me lire l’intégrale Dragon Ball ou me lancer dans One Piece (que j’ai lâché because reasons) voire Bleach (que je continue pour le dessin de l’auteur que j’aime beaucoup davantage que pour l’histoire qui tourne tellement en rond qu’elle s’est faite embauchée par le CERN pour bosser sur son accélérateur de particules). Un gamin qui veut devenir le meilleur X, qui va se faire des copains parmi les gentils, puis convertir des méchants en gentils, des gentils en méchants et enfin des méchants en méchants encore plus méchants. Puis ils deviendront gentils sur leur lit de mort. Tout un concept. Avec un mentor qui sait des choses mais ne dira rien avant la fin (ou sur son lit de mort), un mentor qui va transmettre du savoir avant de mourir, des ennemis plein se sagesse (mais que sur leur lit de mort, vous savez, avant de redevenir des gentils), des méchants que l’on aime détester et des gentils que l’on déteste aimer. Pfou, c’est complexe les mangas hein. BON, où et comment Naruto a-t-il pu mal tourner ? Il faudrait quand même que je m’explique sinon on va encore me traîner dans la boue pour écrire beaucoup pour ne rien dire et faire des articles à clics. Ah, la déontologie, une étape nécessaire à tout processus créatif basé sur l’exercice de critique. Acte.

Faites que Kishimoto change de public et d'éditeur histoire de ne pas gâcher son potentiel esthétique.
Faites que Kishimoto change de public et d’éditeur histoire de ne pas gâcher son potentiel esthétique.

Lire la suite