Meloku

Captain Tsubasa: Rise of New Champions, le jeu qui bouffe la feuille de match

« Ce n’est pas un jeu de foot, mais un jeu Captain Tsubasa ». Aussi facile soit-elle, cette formule souvent reprise sur les internets pour caractériser Rise of New Champions n’en serait pas moins pertinente. En effet, personne ne demande au titre d’être un FIFA-like, mais bien au contraire un pur produit arcade débridé qui nous permettrait de démolir un pote avec un tir du tigre en retrouvant le plaisir procuré par le manga et ses différentes adaptations. Seulement voilà, ce Rise of New Champions ne donne que trop rarement l’impression d’être plus un jeu Captain Tsubasa qu’un simple jeu de foot arcade un peu foufou sur les bords et avec une skin dédiée. Comme toute impression, il convient toutefois de la confronter à ce qu’est réellement le soft et ainsi de voir là où ses développeurs ont réussi, ou non, à adapter l’essence du manga d’origine dans un jeu vidéo.

Quitte à débuter par une lapalissade, il faut rappeler qu’adapter Captain Tsubasa n’est pas une mince affaire. On parle tout de même de dieux du foot s’affranchissant de l’espace et du temps, capables de défier la Nature et de transcender leur enveloppe corporelle pour servir de guides spirituels au monde. Rien que ça, oui.

Lire la suite « Captain Tsubasa: Rise of New Champions, le jeu qui bouffe la feuille de match »
Meloku

Le Monde selon Setchan : Une Parenthèse désenchantée

Une fille qui ne veut d’autre contact humain que le sexe, parce qu’on n’est pas obligé de dire « désolé » ou « merci », parce qu’on peut voir l’autre en train de suer, baver, haleter, un peu comme un animal. Un garçon dans la voie de la normalité : Il est doué, sociable, a un petit job, une petite copine, son chemin semble tout tracé. Setchan et Akkun. Tout les oppose mais en vérité, ils sont de la même espèce, celle des lucides, des lunatiques, trop insensibles pour s’engager dans les tumultes du monde. Aller à contre-courant alors que tout pousse à choisir un camp, autrement dit ne rien faire, se mettre sur le côté et attendre que ça passe, et peu importe ce qui se passe, on se retrouvera toujours avec un cadavre sur la route, telle est la seule vérité.

Lire la suite « Le Monde selon Setchan : Une Parenthèse désenchantée »
Gare au manga

Lorsque nous vivions ensemble : L’amour est un réservoir de larmes

Kazuo Kamimura était un auteur prolifique et parmi les nombreux titres qu’il a débuté en 1972, on retrouve deux mangas qui sont encore aujourd’hui ses œuvres les plus emblématiques. Lady Snowblood tout d’abord, une quête sanglante dans laquelle une jeune femme vengeresse punit les personnes qui ont brisé la vie de sa mère. Scénarisée par Kazuo Koike (Lone Wolf & Cub, Crying Freeman), la série a commencé sa parution le 29 février dans le magazine Playboy de Shueisha. C’est quelques jours plus tard, le 3 mars, que le premier épisode de Lorsque nous vivions ensemble est publié dans la revue Manga Action de Futabasha. Parce que ce dernier est bien plus personnel et représentatif de l’art de son auteur, nous allons nous pencher sur une de ses scènes qui a ému une génération de lecteurs.

Lorsque nous vivions ensemble - Kazuo Kamimura - Bannière

Se remettant des mouvements étudiants progressistes de la fin des années 60 et étant confronté au terrorisme de l’Armée Rouge, le Japon connaît un important choc idéologique au moment où est publié Lorsque nous vivions ensemble. Le pays est en mouvement et, pour autant, la libération des mœurs n’en est qu’à ses prémices. Les deux personnages centraux du manga, Kyôko et Jirô, vivent ensemble sans être mariés, ce qui est à l’époque mal vu par la société japonaise. Confrontés aux regards de leurs familles, de leurs collègues et même d’amis du même âge qu’eux, ils mènent une vie de marginaux dans leur petit appartement miteux. Eux qui font l’amour et non la guerre ont accompagné une génération de jeunes japonais dans leur quête de liberté et d’émancipation. La révolution, ils la font dans leur taudis en brisant les tabous sur le harcèlement, l’avortement, la dépression, la déviance sexuelle et plein d’autres sujets qu’une société passéiste voudrait enfermer dans un placard. Néanmoins le manga de Kazuo Kamimura est avant tout l’histoire passionnelle d’un couple qui s’aime, connaissant des moments de larmes plus nombreux que les éclats de joie. En France, ce sont les éditions Kana qui publient le manga en 3 tomes, d’après une traduction de Thibaud Desbief.

Lire la suite « Lorsque nous vivions ensemble : L’amour est un réservoir de larmes »

Gare au manga

Après la pluie : la mise en scène de l’Amour

C’est le 27 juin 2014 que le manga Après la pluie de Jun Mayuzuki a débuté au sein du magazine mensuel Spirits des éditions Shogakukan. Le 18 janvier 2016, il est transféré dans revue Big Comic Spirits de la même maison d’édition. Il y est publié jusqu’au 19 mars 2018, où il s’achève en l’espace de 10 volumes. Fort de son succès critique et public, la série est adaptée à l’hiver 2018 en une série d’animation de 12 épisodes réalisée par Ayumu Watanabe puis en film mis en scène par Akira Nagai. Ce dernier est sorti dans les salles obscures japonaises le 25 mai 2018 et a été précédé d’un court drama promotionnel de 4 épisodes. Une période assez faste pour le manga au Japon, au sein de laquelle un artbook est également sorti. En France, ce sont les éditions Kana qui publient Après la pluie depuis le 7 avril 2017. Il est traduit par Thibaud Desbief.

Apres la pluie - manga

L’histoire racontée par Jun Mayuzuki est tout ce qu’il y a de plus simple, puisqu’elle en met en scène Akira Tachibana, une jeune lycéenne qui travaille dans un restaurant familial depuis qu’elle est tombée amoureuse du patron, Masami Kondô, un père célibataire de 45 ans. À travers cette romance naissante, l’autrice aborde de nombreux thèmes liés à la rencontre, des sentiments pétillants à la cicatrisation de blessures, en passant bien évidemment par la flamme de la passion qui se ravive. Il est clair qu’Après la pluie est un manga plus profond qu’il n’y paraît, et cela se remarque très vite, dès les merveilles que produit sa créatrice avec le découpage des cases. On y retrouve de nombreuses idées de mise en scène servant à appuyer les sujets abordés, et bien évidemment à donner un charme tout particulier à la série. Il convient alors de s’intéresser à la richesse visuelle d’Après la pluie, dont la maîtrise affolante n’aura eu de cesse de séduire son public dix volumes durant.

Lire la suite « Après la pluie : la mise en scène de l’Amour »

Gare au manga

Tokyo Babylon : Les sciences occultes au service des problèmes de la société

À l’été 1990, les femmes du studio CLAMP signent un nouveau coup d’éclat dans le monde du manga en débutant dans le magazine Wings l’une de leurs séries fondatrices : Tokyo Babylon. Le manga s’est poursuivi principalement dans la revue saisonnière South avant de s’achever à l’hiver 1993 avec une fin délibérément ouverte puisque l’intrigue se poursuit dans un autre titre du studio, X. Cependant Tokyo Babylon est un manga qui se suffit à lui-même. Sous fond d’exorcisme, de fantastique et de maîtrise du Yin et du Yang, les autrices se sont servies de leur média pour prendre la parole et pointer du doigt des problèmes de société.

Tokyo Babylon met en scène Subaru Sumeragi, un jeune exorciste de 16 ans, chef de sa lignée, qui se sert de sa maîtrise du Yin et du Yang pour venir en aide à des gens. Il s’agit pour lui d’un travail qu’il est contraint d’exécuter, quand bien même il préférerait devenir vétérinaire ou s’occuper des animaux dans un zoo. Il est souvent collé par Hokuto, son extravertie sœur jumelle qui prend soin de lui, et Seishiro Sakurazuka, un homme de 25 ans qui prétend l’aimer. Ces trois personnages vont cohabiter dans la série pendant une année afin de vivre des aventures ésotériques au cœur de Tokyo, un temps partagé sur 7 volumes de l’édition originelle, qui est l’occasion pour CLAMP de passer des messages forts sur notre monde. Dépassant le cadre de la trame principale du manga, nous allons nous intéresser aux sujets sociétaux que le studio aborde au sein de Tokyo Babylon ainsi qu’à la manière dont ils sont transmis.

Tokyo Babylon - Bannière

Lire la suite « Tokyo Babylon : Les sciences occultes au service des problèmes de la société »

Gare au manga

Le manga et l’art de l’histoire courte : sélection de one-shots

Parmi les évidences liées au manga, il est en une qui est souvent incomprise ou contestée : la richesse des œuvres courtes. On parle notamment des titres conclus en un tome, que l’on nomme communément en France « one-shot », quand bien même cette appellation fait aussi et surtout écho aux mangas qui ne durent qu’un chapitre. Bref, beaucoup de lectrices et lecteurs se demandent comment un titre aussi court peut être dense et ont du mal à comprendre pourquoi un manga qui ne dure qu’un seul volume serait plus profond qu’une série qui se poursuivrait en une vingtaine. Et c’est normal, car dans l’inconscient collectif, il est admis qu’une série courte est soit une œuvre de jeunesse soit un titre qui n’a pas connu le succès escompté et qui a été annulé.

conseil manga one shot

Mais la réalité est autre. De nombreux artistes dans le monde du manga se complaisent dans la création de nouvelles et autres récits courts, dans lesquels ils peuvent s’épanouir artistiquement ou encore se focaliser sur des thématiques précises sans en dériver. Mais tout de même, cette spécificité de la vision du manga en France est étrange. Si on l’appliquait à l’audiovisuel par exemple, personne ne s’étonnerait qu’un film durant une heure et demie soit aussi riche, ou du moins différemment, qu’une série de huit saisons. Et les répercussions sur le manga sont importantes, car de nombreux éditeurs hésitent de plus en plus à publier des one-shots car ils sont régulièrement boudés par le lectorat, entre les préjugés sur leur intérêt et la mauvaise visibilité en librairie.

S’affranchir de la pensée commune n’est pas évident, et faire ce pas vers des récits plus courts et souvent plus intimes que ceux qu’on a l’habitude de lire peut mener à d’incroyables découvertes mais aussi à quelques déceptions. C’est pourquoi on vous propose un petit guide de cinq one-shots sortis récemment en français, se trouvant donc facilement en librairie, et qui méritent le coup d’œil.

Lire la suite « Le manga et l’art de l’histoire courte : sélection de one-shots »

Meloku

Moonlight Act : Coup de lune au pays des contes

Un shônen manga d’action où dans chaque page se cache un personnage de conte merveilleux.

Mes chers lecteurs, j’ai une mission à vous confier si vous l’acceptez ! Le monde des contes s’est retrouvé sans dessus dessous. Il vous faut plonger dans leur univers afin de rétablir l’ordre et sauver leurs habitants.

Avant de partir à l’aventure je vais vous raconter une histoire. Il était une fois un drôle de conteur qui adorait et détestait les contes depuis tout petit. Un jour, il entreprit de rendre hommage à tous ces personnages dans une série dans laquelle il n’a eu aucun scrupule. Dans ceux qu’il adore, il a mis tellement d’amour qu’il en déborde et dans ceux qu’il déteste, tant de malice que ça ressemblerait presque à de la méchanceté. C’est sur ces mots que Kazuhiro Fujita entreprend l’écriture de son manga Moonlight Act.

moolight act critique

Lire la suite « Moonlight Act : Coup de lune au pays des contes »

Le bazar du renard

Dédales : Les chemins cauchemardesques menant à la création

Restant à l’écart lors d’une fête, Brian dessine une forme monstrueuse avant de se rendre compte qu’il s’agit de son autoportrait, vu à travers le miroir déformant d’un grille-pain. Bienvenue dans Dédales, le nouveau comics de Charles Burns où la création se mêle à la réalité et à l’imagination, et la bande dessinée croise le cinéma.

Dédales Cornélius

Mondialement connu pour Black Hole, l’auteur revient au neuvième art après sa cryptique mais néanmoins géniale trilogie Toxic. Exclusivité française des éditions Cornélius, Dédales est une série qui devrait compter 3 ou 4 volumes et sera publiée à sa fin seulement en Amérique, dans un format intégral. Le premier tome est donc disponible depuis le 10 octobre, au prix de 22,50 €.

Un nouveau bouquin de Charles Burns s’attend forcément, et entre sa couverture énigmatique présentant une femme rousse de dos et sa promesse de parler de création artistique, celui-ci ne faisait pas exception à la règle.

Lire la suite « Dédales : Les chemins cauchemardesques menant à la création »

Gare au manga

Happiness de Shuzo Oshimi : Le vampirisme comme métaphore des mutations l’adolescence

Happiness manga
Édition : Pika / Traduction : Thibaud Desbief

Après avoir exploré la psychologie et les désirs d’adolescents à travers Dans l’intimité de Marie et Les Fleurs du Mal, Shuzo Oshimi effectue son grand retour au manga fantastique. Cette fois, il affûte ses crayons afin de s’attaquer au mythe du vampire tout en restant fidèle aux thématiques qui parcourent sa bibliographie depuis des années.

« Tu veux que je te laisse mourir ? Ou alors tu préfères devenir comme moi ? »

Lycéen comme il en existe tant d’autres, Makoto ne brille ni par sa personnalité ni par sa force de caractère. Se faisant même victimiser en classe, il mène tant bien que mal un quotidien ordinaire. Un soir, alors qu’il se promène à vélo, une femme lui bondit dessus le mord dans le cou jusqu’au sang. Choisissant de vivre, le jeune homme se mue alors en vampire.

Lire la suite « Happiness de Shuzo Oshimi : Le vampirisme comme métaphore des mutations l’adolescence »

Gare au manga

L’atelier des Sorciers de Kamome Shirahama : La magie au bout du crayon

L'atelier des sorcies manga
Édition : Pika / Traduction : Fédoua Lamodière

Porté par des œuvres telles que L’Enfant et le Maudit, L’ère des Cristaux ou encore To Your Eternity, on peut affirmer sans mal que le domaine de l’imaginaire se tient à merveille dans le monde du manga. En la présence de L’atelier des Sorciers, le genre fantastique nous offre une nouvelle incursion dans un univers enchanteur.

« La magie est un miracle qui colore le monde. »

Rêvant de devenir sorcière, la jeune Coco n’a malheureusement aucune prédisposition pour la magie. Seulement un jour, alors qu’un sorcier est de visite dans son village, elle perce son secret : pour lancer des sorts, il suffit de les dessiner. S’entraînant en cachette, elle retranscrit sans le savoir un puissant et dangereux maléfice interdit qui pétrifie sa mère. Suite à cela, le sorcier Kieffrey la prend sous son aile et la ramène à son atelier afin qu’elle se forme à la magie avec d’autres sorcières en herbe.

Lire la suite « L’atelier des Sorciers de Kamome Shirahama : La magie au bout du crayon »