Le bazar du renard

Dédales : Les chemins cauchemardesques menant à la création

Restant à l’écart lors d’une fête, Brian dessine une forme monstrueuse avant de se rendre compte qu’il s’agit de son autoportrait, vu à travers le miroir déformant d’un grille-pain. Bienvenue dans Dédales, le nouveau comics de Charles Burns où la création se mêle à la réalité et à l’imagination, et la bande dessinée croise le cinéma.

Dédales Cornélius

Mondialement connu pour Black Hole, l’auteur revient au neuvième art après sa cryptique mais néanmoins géniale trilogie Toxic. Exclusivité française des éditions Cornélius, Dédales est une série qui devrait compter 3 ou 4 volumes et sera publiée à sa fin seulement en Amérique, dans un format intégral. Le premier tome est donc disponible depuis le 10 octobre, au prix de 22,50 €.

Un nouveau bouquin de Charles Burns s’attend forcément, et entre sa couverture énigmatique présentant une femme rousse de dos et sa promesse de parler de création artistique, celui-ci ne faisait pas exception à la règle.

Lire la suite « Dédales : Les chemins cauchemardesques menant à la création »

Gare au manga, Le bazar du renard

Dead Dead Demon’s Dededede Destruction : Une figurine de Good Smile Company

Manga d’Inio Asano sur lequel j’étais revenu longuement à l’occasion de sa sortie française, Dead Dead Demon’s Dededede Destruction a été décliné en figurine par le fabricant Good Smile Company. La statuette sculptée par Isao Shirasagi et peinte par Iwabitsu était disponible à la pré-vente depuis le 30 mai 2017. Originellement prévue pour décembre de la même année, elle a connu deux reports avant d’être expédiée en avril dernier.

dead dead demon's dededede destruction figurine good smile company.jpg

En bon passionné des mangas d’Inio Asano, je me suis autorisé une petite folie et j’ai commandé cette belle pièce coûtant tout de même 19.800¥. Désormais entre mes mains, voici un article détaillant en quelques photos les moindres recoins de cette merveille.

Lire la suite « Dead Dead Demon’s Dededede Destruction : Une figurine de Good Smile Company »

Le bazar du renard

[interlude visuel]

La beauté est inutile, et c’est précisément pour cela qu’elle est attirante. C’est sur cette base que je vous propose de perdre agréablement votre temps avec mon article. Ici, je vais vous proposer une série d’illustrateurs dont j’apprécie le travail et qui touchent à des thèmes qui me fascinent. On va éviter au maximum les textes, pour le plaisir des yeux (et plus, si affinité).

Bonne visite. Et pensez à cliquer sur les images pour les agrandir.

Lire la suite « [interlude visuel] »

Le bazar du renard

Hey Nostroblog, t’as kiffé quoi en 2015 ?

2015 ferme ses portes dans quelques heures et la brillante team qui sévit sur Nostroblog se lance dans un brûlant récapitulatif. Qu’avons-nous aimé ? Que souhaitons-nous retenir de cette année sur le plan culturel ? Entre avis underground, décalé et mainstream, il y a de bonnes chances que vous y trouviez votre compte.

Meloku

  • Un jeu vidéo : « Life is Strange »

life is strange jeu de l'année

Après des années d’abstinence (ou presque, ma 3DS a bien tourné et j’ai fait quelques trucs indés sur PC), j’ai repris le jeu vidéo sur console fin 2014 avec l’acquisition d’une PS4. Jusque là, j’avais joué à de bons jeux qui me divertissaient, mais rien de transcendant. Jusqu’au jour où j’ai acheté Life is Strange. J’ai adoré cette enquête à base de voyages dans le temps bien que le scénario et même le pouvoir ne soient pas les éléments principaux de mon affection pour le jeu (même si le rythme typé série TV m’a passionné). Car Life is Strange est surtout le portrait d’une génération par le prisme de ceux qui préfèrent les arts à la bagarre. Assurément le jeu auquel j’aurais adoré jouer étant ado.

(Mais bon, j’avais Persona 3 qui est quand même 1000 fois mieux.)

Lire la suite « Hey Nostroblog, t’as kiffé quoi en 2015 ? »

Le bazar du renard

Doctor Who : La peur selon Steven Moffat

Doctor Who est une série mythique du Royaume-Uni débutée en 1963. Mais je ne vais pas vous apprendre ce qu’est Doctor Who, puisque si vous lisez cet article c’est que vous êtes familiers avec son univers. Dans le cas contraire, non seulement vous risqueriez d’être perdus au milieu de la terminologie propre à la série mais en plus vous y découvririez des éléments clés pouvant gâcher votre futur visionnage. Fermez cet onglet, et n’hésitez surtout pas à revenir une fois que vous aurez regardé les neuf saisons du programme.

La finalité de cet article est donc de mettre en avant un thème récurrent dans la série : celui de la peur. Et pour ce faire nous allons nous intéresser plus précisément au travail de Steven Moffat, le showrunner de Doctor Who depuis la saison 5, autour de deux axes principaux.

steven moffat doctor who analyse

Lire la suite « Doctor Who : La peur selon Steven Moffat »

Le bazar du renard

Halloween : parce que la culture c’est comme les citrouilles, ça se cultive

Les frissons c’est la vie. Lorsqu’on frissonne, notre corps s’active et se met parfois dans tous ses états pour assurer notre survie face à quelque chose que l’on ne comprend pas et/ou qui nous menace. Avoir peur c’est donc sentir, plus que jamais, que l’on est en vie. Et c’est pourquoi on va sans cesse chercher cette sensation, à travers des sports extrêmes, des interdits… ou des chefs d’œuvres d’horreur. Certains iront se pencher plutôt vers les récits de H.P. Lovecraft, d’autres regarderont les films de Guillermo del Toro ou se tourneront vers les dessins de Junji Ito. Quant à nous, assoiffés de nouveauté, de toujours plus, d’originalité, de qualité tout autant que de quantité, et surtout : de plaisir ; nous vous avons sélectionné un best-of tout aussi personnel qu’actuel (PRESQUE) sur certains produits culturels qui sauront vous faire frissonner avec délice. Et pour les plus courageux, vous devriez jouer aux premiers opus de Silent Hill ou à Project Zero dans le noir, seuls, si vous voulez finir la soirée dans votre caca, succès garanti. – Eck

nostroblog halloween totoro

Lire la suite « Halloween : parce que la culture c’est comme les citrouilles, ça se cultive »

Le bazar du renard

→, une BD qui a du sens

Aujourd’hui j’écris une chronique sur →, aussi appelé Le sens, la nouvelle bande-dessinée du talentueux Marc-Antoine Mathieu. Une œuvre muette, où les cases durent une page et dans lesquelles un homme seul suit des flèches sous fond d’un décor minimaliste. Vous l’aurez donc compris, plus qu’une BD, on se trouve face à la nouvelle expérience graphique d’un auteur qui nous a déjà habitué au genre.

L’ouvrage est disponible aux éditions Delcourt, dans un très joli format à la reliure quelque peu salissante. Il contient 256 pages en noir et blanc (et variantes) ainsi qu’un poster faisant partie intégrante de l’histoire. Il est disponible au prix de 25,50 euros.

le sens marc-antoine mathieu

Maintenant que vous savez tout, parlons du contenu de la BD.

Lire la suite « →, une BD qui a du sens »

Le bazar du renard

Les vacances du Professeur Maerlyn : Science et bonne humeur

Le personnage du Professeur Maerlyn est né dans la seconde émission de Let’s Talk About, le programme culturel de Turnleft. Il s’agissait d’une pastille courte (pas plus d’une vingtaine de secondes) donnant alors un point final à chaque émission. Après l’arrêt de Let’s Talk About, le Professeur Maerlyn, acclamé par les fans, est revenu sur son balcon l’espace d’un épisode.

Sauf que voilà, Turnleft étant occupé avec la réalisation de la série de science-fiction La Tête Dans les Étoiles (que je vous conseille très fortement), le Professeur Maerlyn a disparu des écrans radars. Mais, nouveau rebondissement de situation, la première saison de La Tête Dans les Étoiles étant terminée, l’éminent Professeur dispose désormais du temps nécessaire pour effectuer son retour sous un nouveau format : une web-série.

Lire la suite « Les vacances du Professeur Maerlyn : Science et bonne humeur »

Le bazar du renard, Meloku

Souvenir d’un amour perdu : Kylooe, tome 2

Parce qu’il y a des bandes-dessinées meilleures que d’autres j’ai décidé d’aborder une nouvelle fois Kylooe avec son second tome. Celui-ci a pour sous-titre Green Tunnel. Il faudra arriver au bout du volume pour en comprendre la signification. Pas besoin d’avoir lu le premier tome de Kylooe pour se lancer dans celui-ci, l’histoire est indépendante. L’attachante Lanyue n’apparait pas dans ce volume et le personnage de Kylooe a un rôle secondaire contrairement à l’opus précédent où il se situait au premier plan.

kylooe 2

Sanyi est un jeune homme qui vit d’un petit boulot. Il habite dans un petit appart avec sa copine, une jeune fille un peu vulgaire sur les bords et pas très futée. Elle l’agace à tel point qu’il se demande ce qu’il fait avec elle. Alors qu’elle lui demande de parler de ses ex-copines, Sanyi va mentir. Plus qu’un mensonge c’est une réalité déformée, arrangée, qu’il va raconter. Le jeune homme ne ment pas qu’à sa gourdasse, il le fait aussi à lui même.

En fait Sanyi était amoureux de Fei, une fille un peu bizarre, un brin mélancolique et solitaire. Lui-même a des doutes sur le fait qu’ils soient véritablement sortis ensemble par le passé, tout ce que l’on sait c’est qu’il l’a perdu de vue. Cette rencontre, il va être un peu forcé de la raconter à son meilleur pote lors d’une pause déjeuner. En fait, il ne va lui narrer que les prémices de son amour perdu. C’est cette histoire qui est contée dans le second tome de Kylooe.

Lire la suite « Souvenir d’un amour perdu : Kylooe, tome 2 »

Le bazar du renard, Meloku

Pajama ! Pajama ! Kylooe, tome 1

Little Nemo, voici un magnifique film d’animation qui a bercé mon enfance. Le -multiple- visionnage de ce film me fut rappelé par la lecture d’une bande dessinée chinoise. Elle s’appelle Kylooe, elle est disponible chez Kana, elle coute 18 euros et elle est terminée en trois tomes. Les trois albums sont indépendants, et je vais les chroniquer les uns après les autres. Aujourd’hui c’est logiquement au tour du premier opus.

kylooe tome 1

Vous allez maintenant savoir de quoi parle la bande dessinée de la jeune et belle auteure. Lanyue est une jeune fille. Elle vient d’arriver dans une nouvelle ville et peine à se faire des amis malgré toute la bonne volonté qu’elle y met. Les personnes, un tantinet superficielles, qui l’entourent ne la remarquent pas. Mais pourquoi donc ? Elle regarde Six Feet Under, écoute des chansons de Carissa’s Wierd,… C’est une jeune lycéenne banale mais intéressante. Pourquoi n’arrive t-elle pas à s’intégrer ? Pourquoi ses parents la comparent t-ils si souvent avec sa belle et populaire sœur qui a obtenu une bourse d’étude pour partir à l’étranger ? Pourquoi je pose des questions auxquelles je ne répondrai pas ?

Lire la suite « Pajama ! Pajama ! Kylooe, tome 1 »