On the big screen..., Ours256

Real – « Contact » avec Kiyoshi Kurosawa

012340Atsumi, talentueuse dessinatrice de mangas, se retrouve plongée dans le coma après avoir tenté de mettre fin à ses jours. Son petit-ami Koichi ne comprend pas cet acte insensé, d’autant qu’ils s’aimaient passionnément. Afin de la ramener dans le réel, il rejoint un programme novateur permettant de pénétrer dans l’inconscient de sa compagne. Mais le système l’envoie-t-il vraiment là où il croit ?

Depuis 2008 et Tokyo Sonata, on n’avait plus trop entendu parler de Kiyoshi Kurosawa. Ce maître du cinéma d’horreur à la japonaise préparait probablement son retour avec la minutie qui le caractérise. Avec Real, il nous livre un film émouvant, philosophique et un poil avant-gardiste.

Une impression de flou troublante.

En tant que spectateur critique, il est très difficile pour moi de commencer cette critique de Real. Pourquoi ? Parce que le film opère un virage assez particulier et ayant un impact considérable sur l’histoire après la première heure. Pendant ces soixante premières minutes, ce qui domine, c’est une sorte d’effet de flou. On ne sait pas grand-chose sur la vie des deux protagonistes si ce n’est qu’Atsumi est une véritable acharnée du travail (une mangaka comme on en décrit souvent) et que Koichi tente de vivre avec elle sans pour autant être une gêne. Lorsqu’elle tente de se suicider sans raison apparente, il va tenter d’entrer dans son esprit grâce au concept du « contact ». Avec cet élément tout simple qui n’est pas sans rappeler Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Kiyoshi Kurosawa fait basculer son film dans le fantastique. Lire la suite « Real – « Contact » avec Kiyoshi Kurosawa »