Cinq autres groupes de new wave

Et c’est un nouvel épisode musical, après l’article de Neer sur le rap français ! Souvenez-vous, il y a quelques temps maintenant, je vous avais présenté cinq groupes pour appréhender le post-punk/new wave. Mais il existe pourtant tellement d’autres groupes qui valent coup, et qui d’ailleurs, sont parfois oubliés ! Je vais donc vous en présenter cinq autres, toujours accompagnés de références musicales. Let’s start the music !

depeche mode

Depeche Mode

Je ne l’avais pas cité la dernière fois, car si on estime que les groupes de l’époque ont d’abord eu un ton post-punk (musique rock teintée de synthé, tendance à l’introspection, etc) pour arriver à la new wave (prédominance electro, tendance à l’introspection mais aussi à quelques envolées lumineuses), Depeche Mode n’est pas passé par la première étape et est arrivé directement dans le train new wave. Ils qualifient de grands-pères spirituels Kraftwerk, pionnier de la musique au synthétiseur, et de pères, OMD, que je vous avais décrit la dernière fois. Lire la suite

Manga au singulier #4

Plus d’un an après le précédent numéro, voici le retour de cette rubrique tant aimée. Comme d’habitude, on sélectionne le premier tome de quelques nouvelles séries sorties récemment. Petite nouveauté, nous sommes plusieurs de l’équipe à exprimer ci-après nos avis. Au programme :

Je voudrais être tué par une lycéenne

[Meloku]
Adorant plus que tout Usamaru Furuya pour des ouvrages comme Litchi Hikari Club et Je ne suis pas un homme, j’attendais son retour en France avec beaucoup d’impatience. Et c’est J’aimerais être tué par une lycéenne qui ouvre le bal, un manga dont je ne doutais aucunement de la qualité avant de l’acheter (d’autant plus que je l’ai lu en vo). Bref, me plonger dans la logique maladive dépeinte par cet auteur m’a fait un bien fou tant elle est retranscrite avec justesse. Là où certains se moquent des fetish ou en rajoute, enlevant toute crédibilité à la déviance représentée, Furuya la met en scène sans juger. Bien sûr, il restera des crétins pour hurler « JAPOOON » mais qu’importe. Ce qui compte réellement c’est qu’il arrive à toucher les lecteurs passionnés par son aura malsaine. De plus, il brille par sa mise en scène qui fascinera les nouveaux venus et ce sera un immense plaisir de retrouver le tracé de son crayon pour les anciens lecteurs. Espérons juste que d’autres mangas de Furuya suivent, à commencer par Notre Hikari Club, afin qu’une nouvelle génération découvre cet artiste hors normes.

Lire la suite

La Cantine de Minuit, intimités de comptoir.

Novembre 2016, obnubilé par l’atterrissage tout en douceur de Chiisakobé, je n’ai qu’une obsession en tête, Minetaro Mochizuki. Le doux rêve d’une autre sortie estampillée du Maître tend à se concrétiser. Février 2017. Le concret tape à la porte et il a un nom Tokyo Kaido. Concret n’étant pas seul, c’est accompagné de La Cantine de Minuit qu’il s’apprêtait à venir stationner en librairie. Je ne compris l’erreur de mon oubli que le mois suivant, lorsque je pus mettre la main sur ce pavé particulièrement goûteux. Une trentaine de repas plus tard la digestion était excellente. Au point d’attendre la prochaine fournée avec la fébrilité d’un estomac creusé. Entre deux gueuletons c’est l’occasion idéale pour digérer et partager avec vous mon enthousiasme. Un titre qui figurera à n’en pas douter parmi mes lectures favorites entamées cette année, bien que cette dernière soit assez intense en parutions. J’ai pu également grâce à l’allié contre l’ennui qu’on ne présente plus, Netflix, enrichir l’expérience du Midnight Dineradaptation en série du manga. Le service complet.

nostroblog_manga_cantinedeminuit
Beau et bon à la fois.

Lire la suite

« Le RAP cette musique d’illettrés »

« Le Rap c’est juste des mecs qui savent pas chanter », « le Rap c’est misogyne et homophobe » Il m’arrive souvent d’être confronté à ce genre de remarques et ce sont des préjugés très répandus encore en 2017, si bien qu’il est courant d’entendre cette phrase : « j’écoute de tout sauf du rap [et du metal] ». Très bien, j’annonce la couleur. Ce que je vais dire paraîtra extrême mais j’ose prendre position dans cet article. Ceux qui revendiquent ne pas aimer le rap sont victimes de préjugés pouvant être jusqu’à racistes. Pour ces personnes, la bonne musique ne peut pas être faite par des gens de la cité, ils ont une idée préconçue de ce que doit être un chef-d’œuvre de musique. Si ce n’est pas quelqu’un de parfaitement lettré élevé en lisant du Victor Hugo, et s’il s’agit de quelqu’un qui s’habille en survêtements et crache de gros mollards par terre, sa musique sera obligatoirement moins bonne que celle d’un artiste possédant une culture pointue et une plume irréprochable. C’est donc cela l’art ? C’est donc cela la musique ? C’est donc cela la poésie ?

Le rap est un genre musical né aux États-Unis dans les années 70 et s’inscrit dans le mouvement culturel qu’on nomme hip-hop. C’est une musique populaire dont il est même possible de faire remonter ses origines à la musique des troubadours du Moyen-âge (voire même bien avant) avec laquelle le rap entretient bien des points communs. Le rap se caractérise par ses couplets en rimes entrecoupés le plus souvent par des refrains et qui se pose sur un rythme (principalement un beat). Cet article propose une porte d’entrée au rap français, car c’est le plus abordable pour un francophone même si le rap US et celui des autres pays du monde sont très riches et ne demandent qu’à être explorés. Voici donc une sélection de rappeurs français possédant chacun leur style et qui maîtrisent leur art. Cette sélection n’est pas un classement.

Lire la suite

Ghost in the shell de Rupert Sanders : la machine est vide

Après l’excellent article général de Raismith sur les rapports entre mangas et cinéma, le Nostroblog vous propose un cas particulier avec Ghost in the shell, sorti ce mercredi 29 mars au cinéma. S’agit-il d’une adaptation servile du manga ou les scénaristes ont-ils su s’approprier le matériau ? S’agit-il d’une adaptation du dessin animé plus que du manga, comme le craignait Meloku ? Et surtout, s’agit-il d’un bon film ? Toutes les réponses sont dans cet article.

Mira, jeune réfugiée morte suite à un attentat terroriste, voit son cerveau transféré dans un corps entièrement cybernétique. Entraînée, elle devient le major d’une section d’élite spécialisée dans les cyber-crimes. L’assassinat de dignitaires par des robots geishas piratés la mène sur la piste du mystérieux hacker Kuze.

ghost in the shell 1 .jpg

Lire la suite

Mes 10 mangakas préférés

Aujourd’hui, je publie un article un peu spécial car très personnel. Effectivement, comme l’indique le titre, j’aborde ici les mangakas que j’adore le plus. J’ai choisi d’en traiter 10 parce que pourquoi pas, je n’ai pas la motivation de faire un article à rallonge. Et puis les tops 10, c’est bien, tout le monde fait ça. Bon, ce n’est pas vraiment un top puisqu’il n’y a aucun classement, juste une sélection. Pour chacun d’entre eux, je vais indiquer ce que j’aime, quel est le meilleur manga pour débuter et celui que je préfère. C’est parti !

Inio Asano

Véritable coup de cœur tant, œuvre après œuvre, il arrive à m’émouvoir. Il dresse sans concession le portrait d’une partie de la jeunesse en abordant des thèmes délicats avec une justesse terrifiante. Le passage à l’âge adulte, la crainte de la banalité du quotidien, la sexualité, l’oppression de la société, etc…, bref autant de thèmes qu’il aborde sans se contenter de les décrire. Il préfère taper là où ça fait mal, quitte à donner un véritable coup de poing à ses lecteurs. Il se démarque aussi des autres auteurs par son style inimitable faisant contraster ses personnages avec des décors photoréalistes. On remarque aussi chez lui la récurrence d’une narration toute particulière visant à écrire des textes forts sur des cases noires, sans dessin.

pun3.png

Lire la suite