Neer

Takeshi Obata, du lyrisme poétique au sublime réaliste

Takeshi Obata est un dessinateur de mangas que vous devez sûrement connaître puisque très célèbre dans la sphère du manga. Il est principalement connu pour avoir entre autres dessiné Death Note, Bakuman et Hikaru no Go. Le succès de ces trois œuvres majeures a touché une majorité des consommateurs de mangas (et d’animes mais ça n’est pas le sujet) à travers le monde. Pourquoi ? Parce que ses œuvres permettent une identification et une immersion immédiates du lecteur. Toutefois dans cet article, nous nous intéresserons exclusivement au dessin.

Avant tout, Obata est (et se considère) professionnel. Avec tout ce que cela implique ; c’est-à-dire maîtrise de l’anatomie, des perspectives, de l’art du découpage, bref de tous les codes du dessin académique et du manga. Mais ce qui nous intéresse se situe d’un point de vue stylistique. En effet, on observe une différence cruciale en comparant le trait d’Obata dans Death Note et son trait dans Bakuman. Pourquoi ? Comment ? Dans quel but ? Y a-t-il une différence entre chacune de ses œuvres ? En quoi l’approche stylistique d’Obata se fragmente-t-elle au sein de son œuvre ?

takeshi obata art style

Lire la suite « Takeshi Obata, du lyrisme poétique au sublime réaliste »

Publicités
Gare au manga, Meloku

Le dessein de la vie

Dans ce billet je vais vous parler d’un manga atypique comme j’en ai rarement lu. Ce manga c’est Les dessins de la vie. Il s’agit d’un one shot de 250 pages sorti aux éditions Soleil en 2006 pour moins de 10 euros. Les dessins de la vie est dessiné par Hirosuke Kizaki d’après un scénario de Marley Caribu (un mec qui s’appelle comme ça ne peut faire que de bonnes choses). On en vient à ce qu’il faut savoir avant de lire ce manga. Les dessins de la vie est une œuvre inachevée et qui ne sera jamais terminée. Pourquoi ? Parce que Hirosuke Kizaki, persuadé de ne plus pouvoir dessiner, a mis en suspend ses trois séries (qui ne comptent qu’un volume chacune) avant de brusquement décéder en 2000 suite à une crise cardiaque. Certes, vous ne lirez jamais la fin de Les dessins de la vie, mais ce n’est pas une raison pour bouder ce manga.

On va commencer par le synopsis si ça vous dit. Attention, ne me parlez pas de Bakuman, suite à la lecture du résumé ou je m’énerve ! Nému, une jeune fille timide et passionnée à un rêve: devenir mangaka. La talentueuse fillette de 13 ans aide ses parents pour tenir le restaurant familial tout en allant au collège et n’ose pas montrer ses planches à Reiko Itoh, une célèbre mangaka qui vit à proximité. Mais une rencontre pourrait bien changer l’avenir de l’attachante Nému. Avec Les dessins de la vie nous allons suivre les aventures de Nému jusqu’à ce qu’elle devienne mangaka. Autant vous le dire tout de suite, la fin étant quelque peu brutale, si vous voulez qu’elle atteigne son but, il faudra vous l’imaginer.

les-dessins-de-la-vie-1

Lire la suite « Le dessein de la vie »