Retour sur les animes de l’hiver 2018 : Une saison en Enfer

Ayant visionné quelques séries d’animation durant cet hiver, Rose et Joan reviennent ensemble sur ce qu’ils ont retenu avec un programme bien chargé. Force est d’avouer que cette saison a eu son lot de séquences dramatiques dont on ne se remettra pas de sitôt, de scènes d’action survitaminées, ou même de comédies humaines dont la justesse des sentiments fait s’accélérer notre cœur. Et si certains animes ont brillé, d’autres n’ont malheureusement pas été à la hauteur attendue. Nostroblog s’associe donc avec Manga Suki afin de revivre aussi bien les moments forts de la saison hivernale que les déceptions à travers une longue discussion.

joan vs rose animes de l'hiver

Lire la suite

Publicités

Dans l’intimité de Marie : La muse malade

Parmi les mangakas attendus en France, Shuzo Oshimi fait partie des plus côtés. En effet, difficile de passer outre ses deux gros succès que sont Drifting Net Café et, surtout, Les Fleurs du Mal. Que ce soit en format numérique ou physique, les deux mangas ont été publiés un peu partout en occident. Sauf en France. Et comme il faut bien commencer quelque part, les éditions Akata ont eu la merveilleuse idée de publier Dans l’intimité de Marie. Une série plus récente, mais non moins intéressante.

Débutée en 2012 dans les pages de Manga action, la série de Shuzo Oshimi a un pitch simple et affreusement banal. Isao est un étudiant paumé. Il ne va plus en cours et passe son temps enfermé chez lui, à flâner devant des jeux vidéo ou des films pornographiques. Tous les soirs, à la même heure, il se rend à l’épicerie du coin pour mater une lycéenne… et la suivre jusqu’à chez elle. L’histoire débute par une scène, normalement quotidienne, d’espionnage. Sauf que la jeune fille se rend compte qu’elle est suivie, se retourne, fixe notre stalker en herbe et lui sourit. S’en suit un trou noir, Isao se réveille et se rend compte que son esprit est dans le corps de Marie, la lycéenne. Un fantasme de changement de genre vu et revu laissant supposer un récit bourré de poncifs. Et pourtant…

dans l'intimité de marie manga Lire la suite

Yuri Kuma Arashi – Lesbien raisonnable d’en arriver à ça ?

J’ai vu Utena, la fillette révolutionnaire, j’ai vu Mawaru Penguindrum, et j’ai désormais vu Yuri Kuma Arashi, sous-titrée Love Bullet. Et du coup j’ai plein de choses à dire de cette dernière série d’animation mais il me sera impossible de faire l’impasse sur les deux autres étant donné qu’elles sont nées, du moins à l’écran, du même papa et qu’elles ont été chacune en quelque sorte les prémices du dernier travail de ce cher Kunihiko Ikuhara.

La chasse est ouverte.
La chasse est ouverte.
NB : j’ai volontairement omis des détails « importants » ou des pans entiers de l’histoire pour ne rien gâcher. Cette analyse évite au maximum de ruiner l’expérience de ceux et celles qui n’ont encore pas vu la série. Ce n’était pas facile et pas forcément parfait, mais je pense avoir protégé pas mal des rebondissements de la série. 

Lire la suite

Pourquoi vous devriez regarder : Saekano

Je vais instaurer une nouvelle « rubrique », qui sera morte et enterré d’ici quelques itérations par manque d’assiduité (un peu comme un personnage de Suehiro Maruo). Elle permettra de se pencher sur une série en cours de diffusion (au Japon, et en simulcast ailleurs) et de vous ouvrir l’esprit à quelque chose de bonne qualité qui vous serait passé à côté car « ouai je sais pas, ça me dit rien ». Mauvaise excuse, mais pas de panique, si je goûte à tout c’est surtout pour vous resservir le meilleur. Allez, en selle !

Saekano : Saenai Heroine no Sodatekata / How to Raise a Boring Girlfriend

Saekano image titre

C’est quoi ton truc, là ? C’est une série de light novel (les romans faciles d’accès, plutôt cours, et illustrés, pour un public d’adolescents et/ou jeunes adultes) de Maruto Fumiaki (déjà connu pour son script sur White Album 2) adaptée en 2015 en anime par A-1 Pictures, prévu en 11 épisodes + 1 épisode prologue. Comme beaucoup de séries de LN adaptées en anime, Saekano ne déroge pas à la règle et se constitue d’une histoire gravitant autour d’un jeune homme et de plusieurs jeunes femmes. « Oh, mais c’est encore un harem à la con ?! » me demanderait quelqu’un de connaisseur. Non, pas cette fois, et c’est bien la raison qui me pousse à écrire un article.

Lire la suite