I Write sins not tragedies

Vamos là !, des filles et du foot

En cette période sportive qui voit se dérouler les Jeux Olympiques de Rio, et de beau temps, quoi de mieux qu’une petite lecture qui allie les deux ?

Aujourd’hui je vous propose de découvrir une série courte sortie en 2011 chez Doki Doki et bien trop confidentielle à mon goût. Son titre ? Vamos là ! Un manga sur les relations humaines, et le foot en salle entre filles !

vamos-la-1

Lire la suite « Vamos là !, des filles et du foot »

Terra Incognita

HAWKWOOD : don't be awkward… !

Depuis la fin de titres marquants (et souvent en arrêt de commercialisation) comme Aya – Conseillère culinaire, Ethnicity, Full Ahead ! Coco ou encore Reiko the zombie shop, les récents résultats de l’électrocardiogramme de l’éditeur Doki-Doki n’étaient guère « palpitants ». Mais voilà que l’excitation ressurgit soudainement à coup de schling! et de schlang! dans une série historique assez prometteuse : Hawkwood. Sortons heaumes, épées et quelques trésors de la langue françoise et allons à la rencontre de ces guerriers et nobles ayant fait couler le sang en conciliabules et sur des champs de batailles qui entaillèrent une longue et célèbre succession de conflits opposant les royaumes de France et d’Angleterre : la guerre de Cent Ans (1337-1453).

hawkwoodt1

Lire la suite « HAWKWOOD : don't be awkward… ! »

Gare au manga

Full Ahead ! Coco : Les pirates oubliés du manga

Je vais donc vous parler du meilleur shonen d’aventure de tous les temps (ouais, rien que ça), en tout cas parmi ceux que j’ai lu et selon mes goûts, Full Ahead ! Coco. Ce manga compte en tout et pour tout 30 volumes, enfin 29+1. 29 tomes classiques et un tome zéro qui porte le nom de Full Ahead ! Coco Extra. Le compte est bon. Ce manga est signé Hideyuki Yonehara, auteur également connu en France pour l’excellent Dämons. Ses deux œuvres ont été éditées par Doki Doki, et sont aujourd’hui disponibles uniquement sur le marché de l’occasion.

manga pirate coco lecture

Dans Full Ahead ! Coco, un jeune garçon du nom de Coco Felken (jusque là, pas de grande révélation) idolâtre Crazy Bart, un pirate courageux et téméraire qui s’est créé un nom en se battant à deux lames. C’est alors que Bart et son équipage, le Sweet Madonna, débarquent à Hysyophep, ville portuaire dans laquelle vit notre petit Coco. Par la force des circonstances, le gamin vient à embarquer sur le navire de son idole. Dans un même temps, Cafel, son meilleur ami, va rejoindre l’équipage du Red Skele dont sa mère, Leyla Spado, est la capitaine. Bien entendu, c’est le début d’une rivalité entre les deux copains. Coco et ses coéquipiers partent en quête de la légende du Falcon.

Lire la suite « Full Ahead ! Coco : Les pirates oubliés du manga »

Gare au manga, Meloku

Reiko the Zombie Shop : RIP the Horror !!

Comme vous l’aurez compris grâce au titre, aujourd’hui je vais vous parler de Reiko the Zombie Shop, l’un des manga les plus barrés qui m’ait été donné de lire. Ce josei à la croisée des genres (j’y reviendrai) est signé de la main de Rei Mikamoto. C’est malheureusement le seul manga de l’auteur à être paru en France. Les onze tomes du manga sont disponibles dans toutes les bonnes librairies !! En fait, non. Plus maintenant. Reiko the Zombie Shop a été retiré du commerce. Mais si vous trouvez ce manga en occasion, dans une convention ou si, par miracle, votre libraire les a en stock, foncez dessus. Au japon, une édition kanzenban en sept opus (que je pense me commander prochainement par pur fanboyisme) et une série télé sont disponibles.

reiko the zombie sho

Et après ma petite introduction aux allures de conclusion, je vais vous concocter un petit résumé du soft. Grâce au pentagramme situé sur sa main gauche, Reiko Himezono peut faire appel aux pouvoirs du grand Satan afin de faire revenir un mort à la vie. C’est avec son don de Dieu (je n’ai pas trouvé meilleure expression pour le coup) que la lycéenne va se faire un peu d’argent de poche. Et oui, réveiller les morts c’est un taff comme les autres. Par contre, une fois réveillés, les morts ils sont pas beaux, violents et plutôt balèzes. Bien sûr, ça c’est l’idée de base de ce manga carrément génial et innovant.

Lire la suite « Reiko the Zombie Shop : RIP the Horror !! »

Images dérisoires, Ours256

Gewalt – Ruita-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta !

Ruito est un lycéen ordinaire. Trop ordinaire… presque transparent. Mais lorsqu’un jour, des voyous s’en prennent à lui devant ses prétendus « amis », il est humilié, mis à nu : sa vraie nature dévoilée, il réalise que toute vie sociale lui sera dorénavant impossible. Alors, perdu pour perdu, Ruito décide de passer « de l’autre côté », celui des durs, des violents. Mais durant son parcours initiatique, entre satisfactions et doutes, rencontres et faux-pas, Ruito va bien malgré lui réveiller de vieilles rivalités… et déclencher ce qui pourrait bien devenir une guerre ouverte !

Le changement… c’est maintenant !

Gewalt - Petite incursion chez les voyousEn allemand, gewalt signifie violence. Dans ce titre en trois volumes (série terminée), l’auteur ne va pas se consacrer qu’à la violence physique mais aussi aux brimades et autres sévices psychologiques qui peuvent amener l’être humain à changer. C’est d’ailleurs l’un des concepts-clés de la série. Ruito sent une certaine lassitude vis à vis de sa condition de victime et c’est ce qui provoque le déclic, ce qui provoque le début de son évolution.

 L’environnement dans lequel il évolue y est aussi pour beaucoup. Ce lycée divisé en deux avec les caïds dans la partie professionnelle et les « normaux » dans la partie générale va générer une atmosphère intrigante pour les uns et les autres, un peu comme lorsque la frontière d’un pays étranger se trouve à deux pas de chez nous. Poussé par la curiosité de voir « l’autre côté » et l’envie de changer, Ruito va prendre une décision qu’il n’aurait jamais eu le cran d’imaginer sans sa rencontre avec les voyous qui l’ont agressé (sans eux, il n’aurait pas découvert le monde de son sauveur). Lire la suite « Gewalt – Ruita-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta ! »