Halloween en manga

L’approche de Halloween est l’occasion d’illuminer ses citrouilles et de préparer ses plus terrifiants déguisements mais aussi de se mettre dans une ambiance horrifique en regardant ou en lisant des classiques du genre. Entre des films, des romans ou autre, il est également possible de se faire peur en lisant des mangas. Qu’ils soient effrayants, malsains ou atmosphériques, voici une proposition de quelques titres très différents les uns des autres et sortis en France cette année qui devraient satisfaire un insatiable appétit d’occulte. N’ayez crainte et laissez-vous guider dans le navire des angoisses afin de découvrir les richesses ensevelies du neuvième art japonais.

N’hésitez pas à cliquer sur les titres ou les images afin d’en découvrir les articles complets.

Lire la suite

Zone Fantôme : une autre histoire de l’œil

Une jeune femme qui ne peut s’empêche de pleurer, un lycée où se déroule un culte macabre, un homme qui découvre une rivière spectrale alors qu’il voulait se suicider, un tueur en série qui n’est pas maître de ses actes, bienvenue dans Zone Fantôme, la nouvelle série d’histoires horrifiques de Junji Itô. Publiée en ligne sous la forme de saisons ainsi que dans le magazine Nemuki +, cette série de récits indépendants a débuté en 2020, et suit ainsi Sensor dans la chronologie des mangas de l’auteur. En France, le premier tome est sorti au sein des éditions Mangetsu. Celui-ci contient quatre histoires : Le coteau aux pleureuses, Maudite madone, La rivière spectrale d’Aokigahara et Léthargie

Après une panne d’inspiration qui a donné lieu à des récits tout de même excellents comme en témoigne La déchéance d’un homme ou encore Raspoutine le patriote, Junji Itô est revenu aux fondamentaux de sa manière de concevoir du récit d’horreur avec Sensor. Dans la pure continuité, il signe Zone Fantôme où il se débarrasse de la connexion entre les différentes histoires, sorte de prison narrative pour lui qui brille dans la brièveté de ses récits. Il propose donc quatre épisodes succincts, dont la rapidité du basculement vers l’effroi puis en direction d’une conclusion souvent macabre est la principale force. Pour autant Junji Itô prend le temps de poser calmement les bases de ses scénarios en présentant à la fois les personnages et le contexte, une place offerte par l’amoindrissement des contraintes éditoriales dû à la publication en ligne. 

Lire la suite

The night beyond the tricornered window : enquêtes paranormales et manipulations humaines

Manga de Tomoko Yamashita, aussi connue pour sa merveilleuse tranche de vie Entre les lignes, The night beyond the tricornered window est une série débutée en 2013 dans le magazine Be x Boy. Terminée en 11 tomes dont un bonus, l’œuvre de Tomoko Yamashita est publiée dans une revue boy’s love et vendue sous forme de livres dans une collection josei. Fort de son succès, The night beyond the tricornered window a été adapté en film ainsi qu’en série d’animation. En France, le manga paraît chez les éditions Taifu.

Dès sa première page, The night beyond the tricornered window nous fait découvrir le don de son protagoniste : Kôsuke Mikado peut voir les morts. L’autrice nous présente son pouvoir par le biais de ses lunettes, lorsqu’il les enlève, le personnage voit tout flou autour de lui sauf les fantômes dont il distingue les contours clairement. Sa faculté est découverte dès le début du manga par Rihito Hiyakawa, un exorciste asocial qui le recrute afin qu’il l’aide dans ses enquêtes paranormales. Mikado travaille déjà dans une librairie, sans compter que ce qu’il voit l’effraie, il observe les morts en retirant ses lunettes surtout pour s’en tenir éloigné. D’ailleurs, il ne croit pas vraiment au surnaturel, et malgré le fait qu’il puisse observer l’invisible depuis son enfance, il tente de trouver des explications rationnelles à ces phénomènes. Ainsi, son monde change au contact de Hiyakawa, qui l’enrôle sans trop lui laisser le choix dans des chasses aux fantômes. 

Lire la suite

Halloween : parce que la culture c’est comme les citrouilles, ça se cultive

Les frissons c’est la vie. Lorsqu’on frissonne, notre corps s’active et se met parfois dans tous ses états pour assurer notre survie face à quelque chose que l’on ne comprend pas et/ou qui nous menace. Avoir peur c’est donc sentir, plus que jamais, que l’on est en vie. Et c’est pourquoi on va sans cesse chercher cette sensation, à travers des sports extrêmes, des interdits… ou des chefs d’œuvres d’horreur. Certains iront se pencher plutôt vers les récits de H.P. Lovecraft, d’autres regarderont les films de Guillermo del Toro ou se tourneront vers les dessins de Junji Ito. Quant à nous, assoiffés de nouveauté, de toujours plus, d’originalité, de qualité tout autant que de quantité, et surtout : de plaisir ; nous vous avons sélectionné un best-of tout aussi personnel qu’actuel (PRESQUE) sur certains produits culturels qui sauront vous faire frissonner avec délice. Et pour les plus courageux, vous devriez jouer aux premiers opus de Silent Hill ou à Project Zero dans le noir, seuls, si vous voulez finir la soirée dans votre caca, succès garanti. – Eck

nostroblog halloween totoro

Lire la suite