Gare au manga

Dead Dead Demon’s Dededededestruction : un manga modededederne

C’est en 2014, dans les pages du magazine Big Comic Spirits de Shogakukan, que débute Dead Dead Demon’s Dededede Destruction (aussi appelée DDDD), la nouvelle série d’Inio Asano. Après avoir exploré de fond en comble les tranches de vie réalistes (et parfois surréalistes) avec Bonne nuit Punpun, l’auteur a ressenti un besoin de se renouveler, de proposer autre chose. C’est ainsi qu’est né son premier manga de science-fiction dans lequel on suit le quotidien de Kadode, Ôran et leur bande de copines dans un Japon se relevant d’une attaque extraterrestre.

dead-dead-demons-dededededestruction-inio-asano

Néanmoins DDDD ne peut en aucun cas constituer une remise à zéro dans la bibliographie du dessinateur. Du fait même de son opposition stylistique par rapport à Bonne nuit Punpun, on est en mesure d’affirmer qu’il s’agit d’une suite logique dans sa carrière. On dit d’Inio Asano qu’il est un témoin de son époque, qu’il dresse le portrait d’une frange de la jeunesse et qu’il la remet en cause à travers des récits qui touchent là où ça fait mal. Alors qu’en est-il de DDDD ? Posons la question autrement : en quoi est-il un manga de son temps ?

Lire la suite « Dead Dead Demon’s Dededededestruction : un manga modededederne »

Publicités
Manga

Un samedi à Nyanpire Expo

L’édition 2014 de Japan Expo fut une véritable aventure pour moi. Au début, je n’étais pas franchement décidé à m’y rendre (euphémisme). Mais finalement, j’ai cédé aux avances de Meloku. Et j’ai bien fait, vu que je suis reparti avec plein de nyaneries. Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs (ça ne se fait pas) et revenons en début de journée, en ce pluvieux Samedi 5 Juillet, avec une magnifique narration dans l’ordre chronologique (plus ou moins).

Prévoyant une affluence monstrueuse pour ce week-end, le samedi se traînant une sale réputation (et à raison), je viens tôt. J’arrive en Gare du Nord peu avant 8h00, téléphone à Meloku (le réveillant au passage, il vous dira que non mais sa voix était bien ensommeillée, hihi), puis hop, RER B qui s’arrête directement au Parc des Expositions sans même desservir les nombreux arrêts entre deux.

Arrivé à 8h30, entré dans le salon peu après 9h00 (et streetpassing dans la file d’attente), il y a alors relativement peu de monde dans les allées. J’en profite donc pour me ruer sur le stand Kurokawa afin de les dévaliser de leur stickers NYANPIRE en étant dans les 80 premiers (en vérité, un seul m’a été donné, faut pas exagérer non plus)(j’aurais aussi bien aimé un extrait du tome à venir, mais bon).

Beaucoup de choix d’ailleurs sur le stand Kurokawa, mais j’ai oublié de vérifier les Magi. Tant pis…

Lire la suite « Un samedi à Nyanpire Expo »