Animationnement vôtre

L’attaque des titans saison 2 : amour et révélations

  • Si vous n’avez pas vu la saison 2 de L’attaque des titans et que vous ne lisez pas le manga, cet article n’est pas pour vous. Cette série m’a passionné épisode après épisode, et l’article ici présent a pour objectif de revenir dessus point par point, de parler des différents passages, des différentes révélations. Alors il va y avoir du spoiler, du premier au dernier épisode.
  • Si vous souhaitez lire un article allant dans le même sens que le mien et surtout sans aucun spoilers, je vous redirige vers ici.
  • Par contre il n’y aura aucune comparaison avec le manga (juste un succinct détail) ni révélation sur ce qui se passe après la saison 2. Si vous ne regardez que l’anime, vous pouvez lire l’article sans crainte.

4 ans après une première saison qui aura laissé des regrets à l’équipe de WIT, L’attaque des titans revient dans un nouveau format. Cette fois-ci, 12 épisodes ont été diffusés, ce qui a permis une meilleure gestion des plannings et du rythme. De plus, l’équipe ayant fait des progrès considérables entre temps, aussi bien visuellement qu’en terme d’écriture, on pouvait s’attendre à passer de bons moments dans son canapé tous les samedis. Et le résultat a été beaucoup, beaucoup, mais alors vraiment beaucoup mieux que prévu. Explications.

attaque des titans saison 2

Lire la suite « L’attaque des titans saison 2 : amour et révélations »

Terra Incognita

Stravaganza : Let me be a free queen !

Après un premier dossier sur l’art contemporain chinois suivi d’un second, plus « léger », sur du théâtre japonais, il serait peut-être temps de revenir à des sujets fripons ou libidineux. Propager des écrits sur des sujets méconnus qui nous tiennent à cœur est fort louable. Toutefois, il s’agit de rester conscient qu’ils peuvent être jugés trop soporifiques/longs. Laissons donc Liu Hong et Motohiko Shigeyama attendre sagement de tomber dans l’oubli au fond de l’étagère des WC, quelque part entre trois piles de rouleaux Moltonel™ et une bouteille de naphta lourd. Ou pas.

Vous voulez donc du cuissot ferme ? Une traque sanglante ? De l’entrejambe capiteuse ? Un bestiaire effrayant ? Des buffets délicatement ouvragés ? Un royaume au bord du chaos ? De la perversion poétique ? Une horde de créatures malfaisantes ? Des silhouettes kafkaïennes en diable ? Du steak tartare ? De la chair crousti-croquante à foison ? Une boucherie mettant les bouchées doubles ?

Pervers Caster, raconte-nous une histoire !

Lire la suite « Stravaganza : Let me be a free queen ! »

Gare au manga

L'imagerie de la lune dans le manga

Lumière dans l’obscurité, révélatrice de l’âme humaine, la lune fascine. Moi, évidemment, mais aussi de nombreux mangakas.

Qu’elle soit pleine, sous forme de croissant, ou… étrange, comme dans Soul Eater, la lune fait partie intégrante de la bande-dessinée japonaise.

lune soul eater

Alors, que fait-on de la lune dans un manga ?

Lire la suite « L'imagerie de la lune dans le manga »