La séance du jour, LvK

Calls, angoisse auditive

Il y a des moments, on se demande ce qu’on faisait de si important au point de passer à côté d’une oeuvre que tout le monde semble avoir vu sauf nous. C’est la question que je me pose avec la série « Calls » dont la première saison a été diffusée en 2017 et la seconde en 2019. En 2020, je suis tombé par hasard sur cette incroyable expérience auditive.

Créée par Timothée Hochet d’abord sur Youtube puis développée sur Canal+ Décalé, « Calls » est une série composée de vingt épisodes répartis sur deux saisons. Ici nous sommes face à quelque chose qui bouscule les codes de la peur en favorisant les idées face au budget. Avec peu de moyen, on peut faire de grandes choses et « Calls » en est la preuve. Dans une interview, Timothée Hochet expliquait (à raison) que la peur au cinéma a toujours le même problème : il en dit trop surtout au moment des révélations.

Lire la suite « Calls, angoisse auditive »

Le bazar du renard

Dédales : Les chemins cauchemardesques menant à la création

Restant à l’écart lors d’une fête, Brian dessine une forme monstrueuse avant de se rendre compte qu’il s’agit de son autoportrait, vu à travers le miroir déformant d’un grille-pain. Bienvenue dans Dédales, le nouveau comics de Charles Burns où la création se mêle à la réalité et à l’imagination, et la bande dessinée croise le cinéma.

Dédales Cornélius

Mondialement connu pour Black Hole, l’auteur revient au neuvième art après sa cryptique mais néanmoins géniale trilogie Toxic. Exclusivité française des éditions Cornélius, Dédales est une série qui devrait compter 3 ou 4 volumes et sera publiée à sa fin seulement en Amérique, dans un format intégral. Le premier tome est donc disponible depuis le 10 octobre, au prix de 22,50 €.

Un nouveau bouquin de Charles Burns s’attend forcément, et entre sa couverture énigmatique présentant une femme rousse de dos et sa promesse de parler de création artistique, celui-ci ne faisait pas exception à la règle.

Lire la suite « Dédales : Les chemins cauchemardesques menant à la création »

La séance du jour

« Ça » Adolescence volée

A moins de vivre loin des réseaux sociaux, internet voire même de la télévision, vous avez forcément entendu parler du film horrifique de l’année. « Ça » est arrivé le 8 septembre sur les écrans américains puis le 20 du même mois en France. C’est en profitant d’une avant-première que j’ai pu me délecter de la nouvelle adaptation de l’oeuvre culte de Stephen King. Attention cet article comporte quelques petits spoilers.

Lire la suite « « Ça » Adolescence volée »

Gare au manga

Day of the Flying Head : la fuite des cerveaux revisitée par Shintaro Kago

Alors que les éditions IMHO tardent à publier de nouveaux mangas de Shintaro Kago en français (bon courage à eux), les fanatiques de l’auteur peuvent toujours se tourner vers l’éditeur italien Hollow Press afin d’assouvir leur soif d’eroguro, quand bien même les ouvrages en question tendent bien plus vers la science-fiction et l’horreur que l’érotisme. La barrière de la langue ? Aucun souci, les mangas de Shintaro Kago publiés par Hollow Press sont entièrement muets. Après vous avoir parlé d’Industrial Revolution and World War et de Tract, nous vous présentons dans cet article le troisième projet de la maison d’édition : Day of the Flying Head.

day of the flying head hollow press

Lire la suite « Day of the Flying Head : la fuite des cerveaux revisitée par Shintaro Kago »

Neer

GRAVE, de l’eroguro dans le cinéma français ?

Grave est un film réalisé par Julia Ducournau, une inconnue au bataillon qui se démarque clairement des réalisateurs français actuels. En effet, ce film est une œuvre singulière qui se trouve à la croisée des genres : entre film de genre, thriller, comédie et film d’horreur, il est manifestement difficile de coller une étiquette dessus. Et ceci n’est pas pour déplaire la rédaction de Nostroblog. Quitte à analyser cette œuvre, autant prendre un angle original à l’instar de son parti pris en le mettant en lien avec l’eroguro, courant artistique japonais alliant érotique et grotesque.

Dès lors, de quelle manière Grave témoigne-t-il d’une alliance entre l’érotique et le grotesque ?

grave film.jpg

Lire la suite « GRAVE, de l’eroguro dans le cinéma français ? »

Gare au manga

Nostro Awards 2016 : les meilleurs mangas à Suspense

nostro-awards-polar

Après l’action, découvrons les polars qui ont maqué l’année 2016. Certains ne sont pas pour autant sans temps mort non, mais ils ajoutent une dose de mystères ou alors une tonalité pouvant rappeler les films noirs. D’autres, plus lents, brillent par leurs enquêtes, et par le fait de tenir en haleine le lecteur jusqu’à lui donner toutes les cartes en mains à la fin. Bref, voici la dernière sélection de ces Nostro Awards !

Lire la suite « Nostro Awards 2016 : les meilleurs mangas à Suspense »

Gare au manga

Nostro Awards 2016 : les meilleurs mangas sur l’Imaginaire

nostro-awards-imaginaire

Pour ces second Nostro Awards, nous allons nous plonger dans le monde de l’imaginaire. Mais pas question de faire doublon avec la SF/Fantasy. Nous parlerons d’œuvres qui se déroulent dans un monde proche du nôtre, mais agrémentées d’une touche de surnaturel. Ici on traite de magie, de légendes, de contes. Ce sont des œuvres qui prêtent, chacune à leur manière, à la rêverie. Elles nous font nous intéresser aux limites de notre monde tout en développant notre imagination.

Lire la suite « Nostro Awards 2016 : les meilleurs mangas sur l’Imaginaire »

Cinéma, Maerlyn, Raismith

Alien : Conversation

Chers lecteurs, avec Maerlyn, nous vous proposons aujourd’hui un article sur la saga Alien. Et ce pour une raison simple : l’article Trilogie il était une fois de Sergio Leone qu’on a coécrit il y a quelques années a super bien marché. Pour fêter ça, je me suis dit qu’on allait remettre le couvert de l’article cinéma à deux mains. Quoi de mieux qu’Alien ? Maerlyn fan de longue date, moi qui vient de découvrir, toujours dans l’actu, et qui a donné son nom au blog ! Bref, Maerlyn bonjour, on va discuter un peu de tout ça.

1th5hbijdkvu3cdalo1wd4wr8pu

Raismith : Premièrement, quand est-ce que tu as découvert Alien ? Tu n’étais pas né à sa sortie que je sache *clin d’œil*

Lire la suite « Alien : Conversation »

Gare au manga

Tract de Shintaro Kago : reprendrez-vous des spaghettis à la sauce eroguro ?

Après une première collaboration qui a donné lieu à l’excellent Industrial Revolution and World War en 2015, la maison d’édition italienne Hollow Press croise à nouveau la route de Shintaro Kago (présenté par moi-même ici) pour donner naissance à Tract. Présenté sous la forme d’une exposition au Toronto Comic Arts Fetival, le bouquin est désormais disponible sur le site de l’éditeur au prix de 20€. On est loin du format manga traditionnel, l’ouvrage étant composé de 64 pages entièrement en couleurs publiées en A4. Et nul besoin de comprendre l’italien, le japonais ou que sais-je : comme son prédécesseur, Tract est une BD muette.

Track Shintaro Kago cover

Lire la suite « Tract de Shintaro Kago : reprendrez-vous des spaghettis à la sauce eroguro ? »

Gare au manga

La maison aux insectes et Le vœu maudit : les histoires courtes de Kazuo Umezu

Publié en France chez Glénat dans le milieu des années 2000 avec des titres comme L’école emportée et Baptism, Kazuo Umezu est un mangaka que nos chers éditeurs francophones ont rapidement délaissé. Et pourtant, l’auteur a profondément marqué l’histoire du manga en redéfinissant dès le début des années 60 le genre horrifique. Si l’artiste a imposé son style pour effrayer, ce qui aura marqué des générations de lecteurs dont certains deviendront eux-mêmes mangakas (Junji Ito, Hisashi Eguchi ou encore Minetaro Mochizuki sont des exemples (que j’affectionne) parmi d’autres), il a aussi exploré la science-fiction et l’humour absurde.

kazuo umezu photo manga

Il faut attendre 2015 pour que la maison d’édition Le Lézard Noir remette Kazuo Umezu au goût du jour grâce à la publication de La maison aux insectes. Un recueil d’histoires courtes qui en appelle d’autres, puisqu’il est suivi par Le vœu maudit dès l’année suivante. L’éditeur a la ferme intention de continuer à publier les mangas du maître et c’est La femme serpent qui sera le suivant sur la liste. En somme, et ce n’est pas pour me déplaire, on est en train d’assister à la naissance d’une collection rappelant ce qu’ont fait les éditions Tonkam pour Junji Ito.

Lire la suite « La maison aux insectes et Le vœu maudit : les histoires courtes de Kazuo Umezu »