Quod reliquum est

Les #4FavMangas de Nostroblog – Le retour !

Après un premier jet en 2015, le hashtag #4favmangas revient avec une présentation claire et concise de 4 titres favoris choisis par chacun des nouveaux membres du Nostroblog.

I. Andrea

Blame!

Lire la suite « Les #4FavMangas de Nostroblog – Le retour ! »

Publicités
Gare au manga

Nostro Awards 2016 : les meilleurs mangas d’Action

nostro-awards-action

Pour contraster avec le quotidien et ses tranches de vie qui peuvent paraître monotones au yeux de certains, il nous faut de l’aventure, du rythme, des bagarres ! Ce joli programme, on le retrouve dans notre sélection des meilleurs mangas d’action débutés en 2016. Entre délires esthétique, déconstruction du genre et histoires japonaises, les séries choisies aujourd’hui proposent différentes façons de percevoir le divertissement.

Lire la suite « Nostro Awards 2016 : les meilleurs mangas d’Action »

Avis d'un bédéphile

Saveurs graphiques d’Asie 2 : Hirohiko Araki

Après vous avoir présenté l’illustrateur Felix Ip précédemment, allons faire un petit tour du côté du Japon. Coucou Hirohiko.

Hirohiko_Araki

Hirohiko Araki est un mangaka japonais. Lecteurs assidus de Nostroblog, je pense que vous connaissez à peu près tous le monsieur et sa saga emblématique qu’est JoJo’s Bizarre Adventure, plus de cent volumes sortis, tous ça… Donc cette fois, nous allons nous attarder sur l’aspect graphique de son travail.

J’ai eu l’idée de l’inclure dans cette rubrique non pas car c’est un jeune dessinateur qui demande à être connu Lire la suite « Saveurs graphiques d’Asie 2 : Hirohiko Araki »

Gare au manga

L'imagerie de la lune dans le manga

Lumière dans l’obscurité, révélatrice de l’âme humaine, la lune fascine. Moi, évidemment, mais aussi de nombreux mangakas.

Qu’elle soit pleine, sous forme de croissant, ou… étrange, comme dans Soul Eater, la lune fait partie intégrante de la bande-dessinée japonaise.

lune soul eater

Alors, que fait-on de la lune dans un manga ?

Lire la suite « L'imagerie de la lune dans le manga »

Humeurs

Oui, vos mangas sont racistes, homophobes et misogynes

J’ai lu en diagonale, car ne connaissant pas le personnage et étant peu attiré par la longue liste d’exemples qui ne me parlent pas, un papier qui parlait d’un personnage de fiction des années 90 et qui était affiché comme « misogyne et homophobe ». Je me suis alors posé la question : « tiens, c’est pas la première fois que je vois quelque chose comme ça, est-ce vraiment utile de remuer des cadavres ? » Évidemment la personne ne cherche qu’à créer du buzz et du clic, un peu l’inverse d’un billet Nostroblog. Mais après réflexion, a-t-on en effet le droit, voire le devoir selon certains, de vouloir faire justice à des oppressions témoignées dans des fictions ? Au nom de cette croisade récente que connait notre ère (informatique) contre les inégalités, est-ce réellement utile et productif de chasser la sorcière à la retraite ? C’est une question intéressante à laquelle j’essaierai, avec les moyens du bord, de répondre.

Contexte ! Impossible d’instaurer de débat sans contextualiser. C’est comme demander leur avis à des adolescents sur la peste noire en 2015 : la moitié ne comprendraient pas la question et la réponse des autres serait un vague « bof, je m’en fous du moment que le Burger King est ouvert après le ciné ». Contexte, donc.

Nous sommes au Japon, un pays réputé pour ses sushis, ses geishas et… ses mangas, le carrefour culturel de l’Asie, à mi-chemin entre tradition et modernité. Non, je vous arrête tout de suite, c’était une blague et on va parler sérieusement. Le Japon : pays connu par ses clichés dont vous abreuve la télévision, mais surtout peuple méconnu et profondément touché par un malaise social permanent. Compétition dès le plus jeune âge (à l’école, à la maison, dans les clubs d’activité péri-scolaire), taux de suicide élevé, mal-être d’une jeunesse qui ne comprend plus ces mœurs d’une époque révolue, à l’ère d’une mondialisation qui leur fait miroiter la vie « relâchée » des occidentaux (ils font pas les 35h là-bas) ; et j’en passe. Et c’est dans ce méchoui de mauvaises choses que l’on retrouve le traitement de la femme. Des gens bien mieux éduqués que moi sur ce sujet en parleront avec davantage de précision et de détails, donc je ne vais pas lancer de discours sur la position de la femme dans la société japonaise. Or, comme beaucoup d’entre vous ont cliqué sur le petit lien de pub Twitter, vous me connaissez peut-être un peu, et vous savez que j’aime lire des mangas et regarder des séries d’animation japonaise. Beaucoup. Que je m’abreuve un peu tout le temps de cette culture japonaise, plus ou moins actuelle, et que je parle couramment le japo-non, mais j’aimerais bien. De ce fait je vais baser l’intégralité de cet article sur ma bonne vieille mémoire, de brèves recherches encyclopédiques (internet) en cas d’hésitation, et par conséquent si jamais je dis une connerie, venez me chercher à la sortie des cours pour me casser la gueule. Ou simplement en commentaire de ce billet de blog. D’avance, oui, les propos et pensées émis dans cet article sont miens et non pas ceux de ma voisine, bien qu’elle soit plutôt bruyante, entre nous, ni même des autres membres de ce blog.

Lire la suite « Oui, vos mangas sont racistes, homophobes et misogynes »

L'hikikomori est de sortie, Meloku

Un noob à Japan Expo

C’est appréhensif que je me rends pour la première fois à Japan Expo. Entre la peur de me perdre dans Paris, les craintes de la chaleur et du trop plein de foule, la multitude de choses à faire et les limitations financières, le stress n’en finit plus de monter avant même le début du festival. Mais au final vais-je m’amuser lors de cette quinzième édition de Japan Expo ? Vais-je y faire de jolies rencontres ? Vais-je survivre au monde et à la chaleur ? Vais-je avoir assez d’argent pour rentrer dans ma région du Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon natale ? Vous découvrirez toutes les réponses à ces questions en lisant cet article.

je15 Lire la suite « Un noob à Japan Expo »

Gare au manga, Meloku

Reiko the Zombie Shop : RIP the Horror !!

Comme vous l’aurez compris grâce au titre, aujourd’hui je vais vous parler de Reiko the Zombie Shop, l’un des manga les plus barrés qui m’ait été donné de lire. Ce josei à la croisée des genres (j’y reviendrai) est signé de la main de Rei Mikamoto. C’est malheureusement le seul manga de l’auteur à être paru en France. Les onze tomes du manga sont disponibles dans toutes les bonnes librairies !! En fait, non. Plus maintenant. Reiko the Zombie Shop a été retiré du commerce. Mais si vous trouvez ce manga en occasion, dans une convention ou si, par miracle, votre libraire les a en stock, foncez dessus. Au japon, une édition kanzenban en sept opus (que je pense me commander prochainement par pur fanboyisme) et une série télé sont disponibles.

reiko the zombie sho

Et après ma petite introduction aux allures de conclusion, je vais vous concocter un petit résumé du soft. Grâce au pentagramme situé sur sa main gauche, Reiko Himezono peut faire appel aux pouvoirs du grand Satan afin de faire revenir un mort à la vie. C’est avec son don de Dieu (je n’ai pas trouvé meilleure expression pour le coup) que la lycéenne va se faire un peu d’argent de poche. Et oui, réveiller les morts c’est un taff comme les autres. Par contre, une fois réveillés, les morts ils sont pas beaux, violents et plutôt balèzes. Bien sûr, ça c’est l’idée de base de ce manga carrément génial et innovant.

Lire la suite « Reiko the Zombie Shop : RIP the Horror !! »