Gare au manga

Kids on the slope : l’espace pour exprimer les sentiments

« La peinture et le jazz ont des points communs, j’en suis sûre. La peinture joue sur l’espace, le jazz joue sur le temps. Mais c’est toujours exprimer ce qu’on est dans le lieu présent et l’instant actuel, ici et maintenant. »

En empruntant ces mots à Junichi, Yurika dévoile au lecteur quelque chose qu’il peut retrouver dans le manga de Yuki Kodama : à travers ses compositions, l’auteure joue sur la distance et la gestion de l’espace afin de mieux lui faire comprendre ce que ressentent les personnages. Après avoir évoqué la notion de s’ouvrir au monde, nous allons nous plonger dans les dessins de Kids on the slope à travers quelques exemples pour en comprendre l’essence.

kids on the slope artwork.jpg

Lire la suite « Kids on the slope : l’espace pour exprimer les sentiments »

Publicités
Gare au manga

Kids on the slope : s’ouvrir au monde

Débutée en 2007 dans les pages de la revue mensuelle Flowers, Kids on the slope est la première série de Yuki Kodama, auteure jusque-là cantonnée à des histoires courtes. Succès d’estime dont la reconnaissance arrive en 2012, soit l’année de la fin de sa publication, grâce au gain du Prix Shogakukan et a une adaptation en série d’animation réalisée par Shin’ichiro Watanabe.

kids on the slope manga.png

Il faut dire que l’œuvre a de quoi marquer les esprits. Brillant par la justesse de ses relations entre les personnages, le thème du jazz dans le Japon de la fin des années 60 et le divin coup de crayon de Yuki Kodama, Kids on the slope regorge de qualités afin d’attiser la passion des lecteurs. Plus finement de par leur traitement, des thématiques d’ordre social ou culturel sont abordées à travers le manga. Elles sont en retrait tant les protagonistes et leurs états d’âme occupent le devant de la scène, quand bien même elles font partie d’eux. Cet article a donc pour objectif de se pencher sur la manière dont l’auteure nous convie à élargir notre horizon et s’enrichir d’autres cultures.

Lire la suite « Kids on the slope : s’ouvrir au monde »

Gare au manga

Ces 13 mangas que j'attends en français

Si Eck, Enwyn et Bobo le font, pourquoi pas moi ? C’est dans cette optique que je me décide à présenter des mangas qui mériteraient d’être publiés en français.  Choisir, c’est renoncer. Sauf que moi je choisis de ne pas renoncer. Du coup je ne vais pas lister ici-même trois ou quatre séries comme mes collègues, mais bien treize. Ouais, parce que les tops 10 c’est pour les petits joueurs (puis ça porte bonheur treize, non ?). Bon, au final j’ai quand même dû renoncer à quelques titres, car j’en attends bien plus que treize… J’ai donc décidé de me fixer une règle pour concocter cette liste : présenter uniquement des mangas d’auteurs qui ont déjà été publiés en France.

Et si certains éditeurs me lisent, qu’ils ne fassent surtout pas les timides et qu’ils piochent allègrement dans cette liste. C’est cadeau.

Lire la suite « Ces 13 mangas que j'attends en français »

Humeurs

Collusion de la sémantique et du marketing dans la distribution du manga

S’il y a bien une chose dont chaque passionné se revendique, c’est d’avoir son propre jargon lié à son univers. Les philatélistes auront alors leur vocabulaire, les modélistes aussi, et donc naturellement les otaku pareil. Et comme nous sommes une sale race comme une autre, nous sommes fiers de posséder un petit dictionnaire nippo-français inintelligible du grand public. Vocabulaire qui sonne comme des insultes aux oreilles des non initiés, qui eux vont plutôt rigoler en répétant des blagues à base de sushi ou sudoku, ne repoussant ainsi pas les limites de leur connaissance ni les frontières de leur ouverture d’esprit. Et c’est dans cet imbroglio de noms qui résonnent tantôt dans un japonais respectueux tantôt dans un franponais douteux que nous allons nous attarder sur l’exemple du seinen avant de poser la problématique liée au titre.

genshiken manga débat seinen

Lire la suite « Collusion de la sémantique et du marketing dans la distribution du manga »

Manga

Le remue-méninges de la séduction

Le voici, le voilà, le Setona Mizushiro nouveau est arrivé ! Nonai Poison Berry, devenu Brainstorm’ Seduction chez nous (n’oubliez pas l’apostrophe, c’est important) est le dernier titre de la mangaka. Dernier au sens littéral, puisqu’elle n’a pas encore commencé de nouvelle série et que son petit mot à la fin du dernier tome de Heartbroken Chocolatier laisse entendre qu’elle ne compte pas s’y remettre de suite (et ne comptez pas non plus sur une reprise prochaine de Black Rose Alice, le responsable éditorial de la mangaka n’y croit pas (source : SHK sur le forum Mangaverse)).

Brainstorm Seduction lecture tome 1

Lire la suite « Le remue-méninges de la séduction »

Avis d'un bédéphile, Raismith

Les genres de mangas sont-ils voués à disparaître ?

Shônen (jeune garçon), shôjo (jeune fille), seinen (jeune adulte homme), josei (jeune adulte femme), yaoi (mise en scène de relations homosexuelles masculines), yuri (mise en scène de relations homosexuelles féminines), kodomo (enfant) : voici la très grande majeure parties des types de classification de manga.

Death Note en couverture du Weekly Shônen Jump
Death Note en couverture du Weekly Shônen Jump

La règle est simple : un magazine de prépublication, un genre attribué et basta. Death Note, manga à tendance anthropo-sociologique, est publié dans le Shônen Jump : c’est un shônen. Chi – une vie de chat, manga kawaii montrant un petit chat qui s’amuse de tout avec un vocabulaire d’enfant est publié dans Morning : c’est un seinen. Chihayafuru, manga bourrés d’effets rosaces comme dans plein de séries shôjo et mettant en scène des jeunes qui se surpassent dans un jeu à compétition comme dans pleins de séries shônen est publié dans Be Love : c’est un josei. Si vous fréquentez les forums et les réseaux sociaux, vous avez peut-être un peu débattu avec d’autres internautes qui ne sont pas d’accords avec votre vision de la classification d’une série. « Il faut l’acter maintenant : il n’y a pas de bagarre dans Death Note, ni de surpassement de soi, mais c’est quand même un shônen ! » ou au contraire « ce n’est pas possible que Chi soit un seinen, ça saute aux yeux que c’est un manga enfantin ! ».

La réalité est plus nuancée.

Lire la suite « Les genres de mangas sont-ils voués à disparaître ? »

Gare au manga, Meloku

Reiko the Zombie Shop : RIP the Horror !!

Comme vous l’aurez compris grâce au titre, aujourd’hui je vais vous parler de Reiko the Zombie Shop, l’un des manga les plus barrés qui m’ait été donné de lire. Ce josei à la croisée des genres (j’y reviendrai) est signé de la main de Rei Mikamoto. C’est malheureusement le seul manga de l’auteur à être paru en France. Les onze tomes du manga sont disponibles dans toutes les bonnes librairies !! En fait, non. Plus maintenant. Reiko the Zombie Shop a été retiré du commerce. Mais si vous trouvez ce manga en occasion, dans une convention ou si, par miracle, votre libraire les a en stock, foncez dessus. Au japon, une édition kanzenban en sept opus (que je pense me commander prochainement par pur fanboyisme) et une série télé sont disponibles.

reiko the zombie sho

Et après ma petite introduction aux allures de conclusion, je vais vous concocter un petit résumé du soft. Grâce au pentagramme situé sur sa main gauche, Reiko Himezono peut faire appel aux pouvoirs du grand Satan afin de faire revenir un mort à la vie. C’est avec son don de Dieu (je n’ai pas trouvé meilleure expression pour le coup) que la lycéenne va se faire un peu d’argent de poche. Et oui, réveiller les morts c’est un taff comme les autres. Par contre, une fois réveillés, les morts ils sont pas beaux, violents et plutôt balèzes. Bien sûr, ça c’est l’idée de base de ce manga carrément génial et innovant.

Lire la suite « Reiko the Zombie Shop : RIP the Horror !! »