Galatruc

Lire des livres jeunesse quand on est moins jeune

Le « livre jeunesse », c’est quoi, déjà ? D’après le dictionnaire, on désigne par là l’ensemble des livres destinés aux plus jeunes, de la petite enfance à l’adolescence ; et donc on retrouve le même nom pour le secteur de l’édition qui leur est dédié. D’abord un petit retour sur cette industrie en France : la jeunesse est le deuxième secteur de l’édition, avec 20% des ventes totales, et plus de 90 éditeurs, d’après les chiffres de 2014. C’est aussi une industrie culturelle comme une autre avec ses stars que l’on voit à chaque rentrée (Max et Lili, Tchoupi, Petit Ours Brun et autres best-sellers réguliers), ses grands noms célèbres et ses légendes (Tomi Ungerer, Grégoire Solotareff, Yvan Pommaux et plein d’autres encore). Pourtant c’est aussi un secteur qui n’est pas très homogène, le livre jeunesse va du livre en mousse aux roman « premières lectures », en passant par l’album, la BD et le manga kodomo, et autres formats, parfois uniques. La limite entre livre jeunesse varie parfois : faut-il inclure ou séparer les adolescents ? Comment mesurer la limite ? Est-ce pertinent ? Mais je préfère laisser de côté tout ce qui est destiné aux adolescents ainsi que la Young Adult litterature pour me concentrer essentiellement ici sur les albums jeunesses, pas seulement bien sûr, mais c’est ce que je connais le mieux. Gardez donc bien à l’esprit que je ne vous présente qu’un tout petit détail du tableau !

Tout un monde
J’espère que vous appréciez cette incroyable blague de ma part (Mais Tout Un Monde est aussi un bon livre)

Lire la suite « Lire des livres jeunesse quand on est moins jeune »

Publicités
Gare au manga, Meloku

Chi : une vie de chat

Initialement publié pour Manga News, je remets au goût du jour mon dossier sur Chi : une de chat. Pourquoi, me demanderez-vous. Déjà parce que le dernier tome du manga vient de paraître au Japon. Ainsi, de cette manière, je souhaite marquer le coup. Ensuite parce que j’ai passé beaucoup de temps sur cet article. J’ai donc préféré le remettre au goût du jour (avec de nombreuses modifications et actualisations) plutôt que le laisser errer dans les méandres de l’Internet. Et pour finir parce que j’adore ce manga. C’est donc l’occasion, du moins je l’espère, de vous transmettre ma passion pour la petite boule de poil.

Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture !

chi manga critique

Lire la suite « Chi : une vie de chat »

Images dérisoires, Ours256

Une île, des chats. Voici Nekojima.

Aujourd’hui nous allons vous parler de Nekojima : l’île des chats, un one shot de Sato Horokura et publié par les éditions nobi nobi ! au prix de 9,45 euros.

nekojima nobi nobi

Cathy est une petite fille comme les autres, enfin presque : avec sa famille, elle vit sur Nekojima, une île uniquement peuplée de chats. Mais pour ne pas perturber la quiétude de la population locale, elle doit se faire passer pour un félin ! C’est ainsi qu’elle va se lier d’amitié avec Lili, Fripouille, Cachou et Pacha, ses chat-marades de classe, et découvrir chaque jour avec entrain les différences entre humains et matous !

Lire la suite « Une île, des chats. Voici Nekojima. »

Gare au manga, Meloku

Gichi Gichi Kun : Le manga enfantin qui n’en était pas un

Le nom de Suehiro Maruo évoque l’ultra-violence, ou bien la représentation des sexualités les plus déviantes. De ce fait je peux déjà anticiper vos réactions lorsque je vais vous annoncer que le manga de Suehiro Maruo que je vais chroniquer aujourd’hui se destine aux enfants. Voilà, je vous entend déjà réclamer ma tête de mon oreille droite, vouloir m’envoyer au bûcher de la gauche. Et oui, on est sur Internet ici, la demie-mesure n’existe pas. Mais avant de me passer la corde au cou, écoutez donc mon plaidoyer.

image
La couverture espagnole

L’article du jour est consacré à Gichi Gichi Kun, un manga de Suehiro Maruo encore inédit en France mais qui, croyez-moi, ne va pas le rester longtemps. Au Japon, le manga a été publié en 1996 par les éditions Akita Shoten. Il compte 10 épisodes et un pilote.

Lire la suite « Gichi Gichi Kun : Le manga enfantin qui n’en était pas un »