Gare au manga

La nouvelle garde du manga alternatif, numéro 3

On ne prend pas les mêmes et on recommence. Après un premier article sur la nouvelle garde du manga alternatif, puis un second, voici le retour d’une rubrique visant à vous faire découvrir des auteurs. Ce ne sont pas forcément ceux dont on entend le plus parler en France et pourtant ils ont du talent à revendre et brillent par leur style aussi unique que personnel. Il n’y a pas vraiment de thématique précise pour la liste du jour, si ce n’est que les auteurs présentés dans cet article sont publiés depuis peu chez nous. L’occasion de les découvrir plus en profondeur, en espérant que des éditeurs se penchent un peu plus sur leurs travaux.


Asumiko Nakamura

asumiko nakamura photo

Publiée dès le début des années 2000, Asumiko Nakamura se fait remarquer par ses boy’s love au style inimitable qui pourrait paraître comme naturel chez elle tant il est au point dès ses premiers mangas (La respiration de Copernic et J no Subete en tête de liste). Emprunt d’une certaine élégance, c’est le sens artistique développé de l’auteure qui apparaît en premier lieu. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il cache une noirceur sans fond capable de mettre mal à l’aise bien des lecteurs. L’artiste aime mettre en scène des prédateurs sexuels, elle ne rechigne jamais à dessiner des actes incestueux ou pédophiles. Tout cela en fait une auteure atypique qui s’est constituée une base de lecteurs en dehors même du cercle des amateurs de boy’s love.

Lire la suite « La nouvelle garde du manga alternatif, numéro 3 »

Publicités
Gare au manga

Top 3 des mangas de 2015

Après la victoire de La fille de la plage d’Inio Asano l’an dernier,  voici le grand retour de mon traditionnel top 3 des meilleurs mangas de l’année. Un casse-tête incommensurable pour désigner les trois nommés et plus encore pour choisir quel sera le numéro un tant j’aime les œuvres pour des raisons diverses. Mais bon, après une longue dissertation avec moi-même, j’ai réussi à établir un classement. Cette petite liste se compose de titres que vous connaissez bien si vous êtes un habitué de Nostroblog, puisque je n’ai cessé de mettre en avant les trois nommés au cours de mes articles. Pour un regard plus large sur le manga en 2015, je vous donne rendez-vous avec mon bilan qui résume l’année selon sept thématiques.

top manga 2015

Pour l’heure, c’est parti pour le classement !

Lire la suite « Top 3 des mangas de 2015 »

Les interviews de Meloku

Interview avec Masato Hisa : l’homme qui redéfinissait les légendes

Sur Nostroblog, lorsqu’on parle de mangas en 2015, un auteur se dégage : Masato Hisa. Découvert en janvier avec Jabberwocky grâce aux éditions Glénat, son talent nous a été confirmé par Area 51, publié par Casterman dès le mois d’avril. Tome après tome, il nous envoute grâce à son univers créatif, son style graphique unique et ses histoires passionnantes. Grâce à Wladimir Labaere, le monsieur manga de Casterman (et star de Twitter), j’ai pu écrire une interview en trois parties pour Masato Hisa, afin d’en savoir plus sur l’homme qui est sans nul doute l’auteur de l’année.

interview masato hisa manga

Lire la suite « Interview avec Masato Hisa : l’homme qui redéfinissait les légendes »

Manga

Jabberwocky : Bibine, dinos & gunfight

Après l’excellent Area 51, ce n’était qu’une question de temps avant que je commence l’autre série de l’auteur, Masato Hisa, parue cette année chez un autre éditeur (Glénat pour ne pas le nommer). Il s’agit, vous vous en doutez maintenant, de Jabberwocky. Titre donné en référence au poème de Lewis Carroll, le pourquoi nous étant expliqué dès le premier chapitre. Jabberwocky est une série finie en 7 tomes, mais dont une suite sort actuellement au Japon : Jabberwocky 1914. Changement d’époque donc, et sûrement de personnages. jabberwockylogo Lire la suite « Jabberwocky : Bibine, dinos & gunfight »

Gare au manga

Area 51 : Bibine, poulette & bastos

Tu vois cette jolie donzelle accoudée au fond du bar là-bas ? C’est Tokuko Magoi, aussi appelée McCoy dans le milieu. Elle est comme qui dirait détective privée. Ne t’avise pas de faire ami-ami avec cette poulette car partout où elle passe, il y a du grabuge. C’est qu’elle ne fait pas dans la dentelle, à chaque mission c’est toute une partie d’Area 51, notre charmant petit ghetto, qui se retrouve en ruine… Bref, si malgré le fait qu’elle soit une humaine elle crèche ici, dans cette foutue ville où sont parquées toutes les bestioles mythologiques et autres joyeusetés qui fascinent les petits bourges quand bien même ils n’ont pas envie de les zyeuter dans leur train-train quotidien, c’est qu’elle a une raison. Derrière sa belle gueule se cache une histoire. Mais n’allons pas trop vite en besogne mon gars, avant tout je vais te conter l’histoire de la naissance d’Area 51.

area 1

Lire la suite « Area 51 : Bibine, poulette & bastos »

Le bazar du renard

Halloween : parce que la culture c’est comme les citrouilles, ça se cultive

Les frissons c’est la vie. Lorsqu’on frissonne, notre corps s’active et se met parfois dans tous ses états pour assurer notre survie face à quelque chose que l’on ne comprend pas et/ou qui nous menace. Avoir peur c’est donc sentir, plus que jamais, que l’on est en vie. Et c’est pourquoi on va sans cesse chercher cette sensation, à travers des sports extrêmes, des interdits… ou des chefs d’œuvres d’horreur. Certains iront se pencher plutôt vers les récits de H.P. Lovecraft, d’autres regarderont les films de Guillermo del Toro ou se tourneront vers les dessins de Junji Ito. Quant à nous, assoiffés de nouveauté, de toujours plus, d’originalité, de qualité tout autant que de quantité, et surtout : de plaisir ; nous vous avons sélectionné un best-of tout aussi personnel qu’actuel (PRESQUE) sur certains produits culturels qui sauront vous faire frissonner avec délice. Et pour les plus courageux, vous devriez jouer aux premiers opus de Silent Hill ou à Project Zero dans le noir, seuls, si vous voulez finir la soirée dans votre caca, succès garanti. – Eck

nostroblog halloween totoro

Lire la suite « Halloween : parce que la culture c’est comme les citrouilles, ça se cultive »

Images dérisoires, Ours256

Area 51 – Mulder et Scully peuvent aller se rhabiller

area-51-1-castermanEn France, bien rares étaient ceux qui connaissaient le nom de Masato Hisa avant le début de cette année 2015. Les éditions Glénat, par un coup de génie, se sont décidées à publier Jabberwocky, petit bijou de « japoniaiseries » comme on les aime avec des dinosaures (russes -spécial dédicace à @Sedeto), des complots et une ligne directrice « plus random tu meurs » ! Casterman fait encore plus fort en nous offrant la dernière oeuvre du maître. Dites-vous qu’il a eu le temps de parfaire son style graphique atypique et de nous trouver un scénario aux possibilités encore plus nombreuses… Lire la suite « Area 51 – Mulder et Scully peuvent aller se rhabiller »