Non classé

La VF et ses petits tracas

Aujourd’hui, on ne s’attaque absolument pas au sempiternel débat opposant la VO à la VF. Si la question de telle ou telle préférence déchaîne encore les passions de temps à autre, il faut bien reconnaître la vacuité du sujet et l’indifférence qu’il peut susciter chez ceux indifférents aux querelles de chapelles. Seule garantie – parcourue naturellement de quelques exceptions – celle de découvrir une œuvre dans son intégrité la plus totale dans sa version originale, puisque telle que pensée, conçue et dirigée en premier lieu.

Aussi le doublage français peut-il se révéler problématique, et pas seulement parce que les textes ont été mal adaptés, que les comédiens jouent n’importe comment ou qu’on a fait appel à Antoine Griezmann pour doubler Superman. En témoignent deux exemples parmi tant d’autres, dans lesquels une performance fondamentalement honnête sur la base de textes fidèles à la version d’origine agit pourtant contre ce que le film est censé véhiculer à ce moment-là. On le répète, il ne s’agit pas ici d’un réquisitoire contre la VF, et les petits soucis évoqués ne sont absolument pas rédhibitoires : chaque doublage est excellent dans sa globalité et il s’agit de deux films qu’il convient de découvrir si ce n’est pas déjà fait, peu importe la version choisie tant qu’elle colle le mieux à votre confort de visionnage. Mais le confort n’a jamais empêché un petit peu de réflexion, et ça tombe bien, on aime bien ça chez Nostroblog.

Lire la suite « La VF et ses petits tracas »
Ovation animations

Miss Hokusai : Dans l’ombre d’un génie 

Animation Féodale
Le long métrage d’animation, bien que trusté depuis quelques années par une tripotée de CGI et de technologies de pointe du côté occidental, reste à chaque nouvelle sortie un événement du côté du Japon. Aujourd’hui dans notre bel Hexagone de terre et de béton, les plus jeunes ont nul doute été abreuvés par les créations du Studio Ghibli, les plus grands probablement par le gang des clowns dans Néo-Tokyo.

Un vivier aussi intense que dans Moyasimon
Force est de constater que les derniers cités ne sont que la partie émergée d’un iceberg incommensurable abritant des curiosités quasiment infinies en genre et en nombre.

C’est sur cette introduction riche en calories que je balance les jets d’une peinture riche en couleurs : Miss Hokusai par Keiichi Hara, qui n’en est pas à son premier coup de pinceau, loin de là.
Lire la suite « Miss Hokusai : Dans l’ombre d’un génie «