Gare au manga

Analyse d’une séquence de Yuyu Hakusho : Lorsque la tension se mue en douceur

Bien avant Hunter x Hunter, Yoshihiro Togashi a rencontré un succès flamboyant avec Yuyu Hakusho. Cette série débutée en 1990 dans les pages du Weekly Shonen Jump s’est imposée en l’espace de 19 tomes et 4 ans de publication comme l’un des plus grands classiques du magazine. Le manga est arrivé très tôt en France, puisqu’il a été publié dès 1997 par les éditions Kana.

analyse yuyu hakusho - nostroblog

Cet article n’a pas pour vocation de présenter Yuyu Hakusho mais plutôt d’en analyser un extrait de seulement quatre pages. Se déroulant dans le second volume du manga, cette séquence met en scène Yusuke et Keiko. Elle est particulièrement intéressante car elle témoigne de la virtuosité de Yoshihiro Togashi dans le découpage de cases ainsi que l’art du cadrage. Tout le talent de l’auteur pour la narration purement visuelle est alors mis en lumière. La séquence en question sera sortie de son contexte étant donné que son intérêt dépasse le cadre du récit de Yuyu Hakusho.

Lire la suite « Analyse d’une séquence de Yuyu Hakusho : Lorsque la tension se mue en douceur »

Publicités
Gare au manga

Orange : effacer ses regrets

Orange est un manga d’Ichigo Takano dans lequel une jeune fille nommée Naho reçoit une lettre d’elle-même envoyée depuis son futur. En effet, si elle est une jeune lycéenne insouciante au moment où elle la lit, elle vit dix ans plus tard avec un regret : celui de n’avoir pas pu sauver Kakeru, le nouvel élève transféré dans sa classe dont elle tombera secrètement amoureuse, d’une mort certaine. Dans cette lettre lui est indiqué jour par jour la marche à suivre afin de se rapprocher du jeune homme et de rendre son quotidien meilleur : les événements à venir sont détaillés et agrémentés de notes pour savoir quelles décisions prendre.

Ayant vécu une situation similaire à celle de Naho, Orange m’a particulièrement touché. Si bien que j’ai d’abord eu une réaction de rejet avant de reprendre des années plus tard le fil de l’histoire. Au final, je l’ai lu donc, et j’ai adoré. Il a entraîné de nombreuses réflexions personnelles sur le regret que je vais livrer partiellement dans cet article. Si tout le monde n’a pas perdu la personne aimée comme notre petite protagoniste, je pense que le fait d’éprouver de l’amertume en repensant à des choix passés peut être une thématique universelle. C’est pour cette raison (entre autres) qu’Orange est tant apprécié et que j’ai eu envie, besoin même, d’écrire à son sujet.

Orange - Les 2 Naho

Lire la suite « Orange : effacer ses regrets »

Quod reliquum est

MPD Psycho : une iconostase de chair et d’encre

Dans la famille « série méconnue regorgeant de qualité et rendant gorge avec qualité », je demande le petit neveu tétraplégique qu’on a oublié de débrancher : Multiple Personnality Detective Psycho (MPD Psycho). 12 ans plus tard, la série, terminée cet été au Japon avec 24 volumes, poursuit difficilement sa publication chez Pika (1 tome par an à partir du 10ème) dans une indifférence quasi-générale.

on-va-lui-injecter-de-la-hype
Injection de 50 ml de hype…

Je ne vais pas donner une vue d’ensemble sur les 18 tomes parus mais plutôt me concentrer sur le premier volume sans tenir compte des événements qui se produisent dans les suivants. En somme, me mettre dans la peau d’un lecteur qui découvre cette série et par là tenter d’offrir à celle-ci une seconde chance d’exister au grand jour…

Lire la suite « MPD Psycho : une iconostase de chair et d’encre »

Le bazar du renard

[interlude visuel]

La beauté est inutile, et c’est précisément pour cela qu’elle est attirante. C’est sur cette base que je vous propose de perdre agréablement votre temps avec mon article. Ici, je vais vous proposer une série d’illustrateurs dont j’apprécie le travail et qui touchent à des thèmes qui me fascinent. On va éviter au maximum les textes, pour le plaisir des yeux (et plus, si affinité).

Bonne visite. Et pensez à cliquer sur les images pour les agrandir.

Lire la suite « [interlude visuel] »

Neer

Takeshi Obata, du lyrisme poétique au sublime réaliste

Takeshi Obata est un dessinateur de mangas que vous devez sûrement connaître puisque très célèbre dans la sphère du manga. Il est principalement connu pour avoir entre autres dessiné Death Note, Bakuman et Hikaru no Go. Le succès de ces trois œuvres majeures a touché une majorité des consommateurs de mangas (et d’animes mais ça n’est pas le sujet) à travers le monde. Pourquoi ? Parce que ses œuvres permettent une identification et une immersion immédiates du lecteur. Toutefois dans cet article, nous nous intéresserons exclusivement au dessin.

Avant tout, Obata est (et se considère) professionnel. Avec tout ce que cela implique ; c’est-à-dire maîtrise de l’anatomie, des perspectives, de l’art du découpage, bref de tous les codes du dessin académique et du manga. Mais ce qui nous intéresse se situe d’un point de vue stylistique. En effet, on observe une différence cruciale en comparant le trait d’Obata dans Death Note et son trait dans Bakuman. Pourquoi ? Comment ? Dans quel but ? Y a-t-il une différence entre chacune de ses œuvres ? En quoi l’approche stylistique d’Obata se fragmente-t-elle au sein de son œuvre ?

takeshi obata art style

Lire la suite « Takeshi Obata, du lyrisme poétique au sublime réaliste »

Les rétrospectives de Papy Maerlyn, Ohmygodiloveyouguys

Batman par Morrison #06 : Batman and Robin will never die

Batman est mort.
Mais Batman ne peut pas mourir. Gotham a besoin de Batman. Le monde a besoin de Batman.

En fait, Morrison n’a même pas vraiment tué Bruce Wayne, il l’a juste coincé quelque part dans le passé. Mais les bases de son run sur Batman & Robin sont que tout le monde le croit mort. Et si ça, c’est déjà un gros SPOILER pour vous, ce n’est pas la peine d’envisager de lire le reste.

batman_and_robin

Lire la suite « Batman par Morrison #06 : Batman and Robin will never die »

Les interviews de Meloku, Meloku

Entrevue avec le prof manga : Eiji Otsuka

Pendant le festival d’Angoulême, on peut rencontrer des auteurs. Il y a ceux qui viennent à la rencontre des lecteurs et ceux qui viennent simplement en tant que visiteurs. Enfin, un peu plus dans l’ombre, il y a ceux qui viennent négocier les droits de leurs prochaines séries avec les éditeurs. Eiji Otsuka, auteur tout de même d’une conférence publique, fait partie de cette catégorie.

Le mangaka est connu en France principalement pour MPD Psycho, mais également pour être le scénariste de séries comme Leviathan, Madara, Kurosagi et j’en passe. On le sait peut-être un peu moins par chez nous, mais Eiji Otsuka est aussi critique et professeur de manga. D’ailleurs il n’a pas effectué le déplacement seul, puisqu’il été accompagné par deux de ses élèves : Chiharu Nakashima et Tatsuya Asano.

Eiji Otsuka dans son antre.
Eiji Otsuka dans son antre.

C’est donc dans ce contexte que je l’ai rencontré.


Lire la suite « Entrevue avec le prof manga : Eiji Otsuka »