Gare au manga

Aku no Hana : La fleur à deux visages

Aujourd’hui on vous propose un article peu commun, puisque je me suis associé à Jehros afin d’écrire une vidéo. A l’étude, Aku no Hana (aussi nommé Les Fleurs du Mal, dont on a choisi de conserver le titre japonais afin de bien marquer la distinction avec l’œuvre de Baudelaire). Si on traite de l’anime et du manga, on a choisi de ne pas révéler le moindre événement se déroulant au-delà du second tome. Il en va de même pour les images tirées de l’œuvre, toutes vidées de leur sens et de leur contexte originels.

En France, le manga est publié aux éditions Ki-oon. L’anime est quant à lui inédit. Cependant il est disponible en anglais, en bluray et DVD, chez Sentai Filmworks.

Pour les autres vidéos de Jehros, rendez-vous sur sa chaîne Youtube.

Damien, Mirabilia

MURAKAMI Takashi : le chewing-gum collé à la carie de l’humanité

Fin novembre 2000 : tandis que plusieurs d’entre vous dormaient en classe ou chouinaient en public pour que maman vous offre votre kinder surprise à l’Intermarché du coin, je visitais une exposition qui m’a bouleversé sur bien des points. Intitulée Au-delà du spectacle, elle s’est tenue au Centre Pompidou jusqu’au 8 janvier 2001. J’en ai retenu deux éléments primordiaux :

  • Le concept d’esthétique relationnelle de Nicolas Bourriaud. Esthétique rela-quoi ? Je m’explique : il s’agit d’une théorie élaborée en 1998 expliquant la manière dont l’art met en jeu de plus en plus d’interactions humaines, faisant parfois naître une œuvre. Les années multimédia se concentrent autour du désir collectif de créer de nouveaux espaces de convivialité et d’instaurer de nouveaux types de transactions face à l’objet culturel. Ces derniers sont des vecteurs et des producteurs potentiels de sociabilité où le dialogue et l’intersubjectivité confèrent à l’œuvre l’opportunité de montrer et de suggérer son processus de fabrication, sa position dans le jeu des échanges (références, impact, réciprocité) et la fonction qu’elle assigne au « spect-acteur ». L’iconologie panofskienne (le jeu des références dans l’histoire de l’art) demeure mais est reléguée au second plan par l’expérience personnelle du visiteur qui imbrique ses connaissances sur l’œuvre comme autant de briques légitimant à ses yeux son existence et l’éducation qu’il a reçu et se fabrique.
  • Les provocations ero-kawaii de l’artiste japonais Takashi Murakami. Et il va me falloir plus d’un paragraphe car j’en ai pris plein la vue. Retour sur les deux œuvres sulfureuses présentées dans cette exposition… Attention, article NSFW !!

Lire la suite « MURAKAMI Takashi : le chewing-gum collé à la carie de l’humanité »

Avis d'un bédéphile

Un jour nous parviendrons toutes et tous à lire la fin d’Aria de Kozue Amano

Derrière ce titre d’article sous forme de film d’auteur français, se cache une petite actu (enfin, qui a quelques semaines maintenant). Le manga Aria (Kozue Amano, 2002-2008) va connaitre une réédition dans un format kanzenban. Les 12 tomes initiaux vont être convertis en 7 beaux volumes.

Pour la petite histoire, Aria, et son prologue Aqua, sont parus en France dans les années 2000 chez l’éditeur Kami. Stoppé au bout du septième tome, il fut l’une des plus grosses frustrations pour un lecteur de manga tel que moi. À quoi la faute ? Editeur qui n’a pas les épaules ou manga de niche invendable ? Probablement un peu des deux… Mais modérons et développons le second point.

aria manga france

Lire la suite « Un jour nous parviendrons toutes et tous à lire la fin d’Aria de Kozue Amano »

Humeurs

Collusion de la sémantique et du marketing dans la distribution du manga

S’il y a bien une chose dont chaque passionné se revendique, c’est d’avoir son propre jargon lié à son univers. Les philatélistes auront alors leur vocabulaire, les modélistes aussi, et donc naturellement les otaku pareil. Et comme nous sommes une sale race comme une autre, nous sommes fiers de posséder un petit dictionnaire nippo-français inintelligible du grand public. Vocabulaire qui sonne comme des insultes aux oreilles des non initiés, qui eux vont plutôt rigoler en répétant des blagues à base de sushi ou sudoku, ne repoussant ainsi pas les limites de leur connaissance ni les frontières de leur ouverture d’esprit. Et c’est dans cet imbroglio de noms qui résonnent tantôt dans un japonais respectueux tantôt dans un franponais douteux que nous allons nous attarder sur l’exemple du seinen avant de poser la problématique liée au titre.

genshiken manga débat seinen

Lire la suite « Collusion de la sémantique et du marketing dans la distribution du manga »

Images dérisoires, Ours256

Abenobashi : Fantasme otaku chez Black Box

abenobashi-magical-shopping-street-manga-volume-1-integrale-74641

Adaptation d’un animé en treize épisodes produit par Gainax en 2002, le manga Abenobashi arrive en grand format chez un éditeur qui sait se faire discret en termes d’annonces mais qui choisit vraiment bien ses titres. J’aurai d’ailleurs le plaisir de vous faire découvrir Black Box un peu plus en détails lors de mon dossier sur Masako Yoshi, véritable pilier du lancement de l’éditeur (il viendra un jour, promis !). Pour l’instant… Place aux loufoqueries d’Abenobashi !

Lire la suite « Abenobashi : Fantasme otaku chez Black Box »

Le bazar du renard

Attrapez les touhoutes !

Alors que le quatorzième épisode vient de sortir, je vais revenir sur une saga importante du jeu vidéo, et elle est terriblement addictive. Pour aborder le Touhou Project je vais employer quelques termes qui ne vous seront pas forcément familiers, mais je vais les expliquer.

Alors Touhou, c’est quoi ?

Touhou est un dojin game (jeu vidéo fait par des amateurs) commercialisé au Comiket. Pour situer, le Comiket est un festival qui se déroule deux fois par an au Japon. On y trouve que du produit amateur.

C’est un ancien de Taito qui est à la base du jeu. En réalité, il fait tout en solitaire. Des musiques à la programmation, en passant par le graphisme et le scénario, il conçoit ses jeux de A à Z. Il est connu sous le pseudo de ZUN (Ota Junya de son vrai nom ou Dieu, pour certains fans).

Donc à la base, Touhou est une série de shmup. Sauf qu’au lieu d’avoir des vaisseaux à la l’écran, on contrôle des personnages féminins. Touhou appartient à la famille des danmaku (rideau de balles). Il faut comprendre par là que ça bourrine de partout. Le scrolling est vertical.

menu Lire la suite « Attrapez les touhoutes ! »

Blogception

Des copains et du goût

Bienvenue sur le Nostroblog !

Pour débuter, je pense qu’il est approprié d’expliquer la démarche du blog. Il s’agit d’un espace communautaire articulé autour du monde du manga et de la japanimation. Mais pas seulement. Comptez sur nous pour parler également de comics, de séries TV, de jeux vidéo, de musique et d’autres thèmes qui nous tiennent à cœur.

Nous sommes donc six à tenir le blog : Yokoyama, Raismith, Bobo, Maerlyn, V pour Viennetta et moi-même, Meloku. Donc si vous n’aimez pas ce que j’écris, sachez que je vous emplume. Et vous pourrez toujours lire les billets de mes petits camarades.
Même si on aime les mêmes choses, on n’a pas forcément la même façon de les concevoir, et je pense qu’il est intéressant de rassembler nos points de vue et pourquoi pas de les confronter ici. Et puis surtout, plus on est de fous, plus on rit, comme le dit l’expression populaire.

Vous découvrirez ou re-découvrirez chacun d’entre nous au fil de nos billets. Mais attendez l’été pour nous découvrir entièrement. Là, il fait trop froid.

Bonne visite !

P. S. : Si vous n’aimez pas le nom du blog, c’est auprès de Maerlyn qu’il faut se plaindre.