Gare au manga

Kids on the slope : la relation Sen / Bon

Qualifier Kids on the slope d’œuvre marquante est assurément le moins que l’on puisse faire tant la série de Yuki Kodama brille par bien des thématiques. Manga sur la jeunesse japonaise des années 60 qui se réunit autour du jazz, il évoque aussi bien l’ouverture au monde que l’expression des sentiments. La musique, le mélange culturel et l’amour constituent donc le cœur de cette merveille. Pourtant, l’ingrédient principal n’a toujours pas été abordé… Parce que oui, ce qui marque avant tout dans Kids on the slope c’est cette amitié si puissante entre deux garçons : Sentaro et Kaoru.

kids on the slope amitié.png

Si vous avez lu Kids on the slope en version française, vous êtes passés totalement à côté du diminutif donné par Sentaro à Kaoru : Bon. Et pour cause, la traduction française de Ryuko Sekiguchi et Patrick Honnoré a pris le parti d’adapter ce terme par « blanc-bec ». Le surnom d’origine est donc un dérivé de bonbon-dono, une expression venue du dialecte du Kansai pour qualifier Kaoru de petit gars naïf de bonne famille. Ce qualificatif est employé dès le second chapitre du manga, c’est-à-dire lorsque les deux garçons se retrouvent pour la première fois en salle de classe, et apparaît de nouveau tout au long de la série. Central dans l’histoire donc, il représente une des deux parties d’un lien que l’on appellera Sen / Bon, amitié indéfectible que nous allons expliquer dans ses moindres détails au cours de cet article.

Lire la suite « Kids on the slope : la relation Sen / Bon »

Publicités
Earporn, LvK

Linkin Park: la théorie de l’hybride

linkin_park

La chronique qui défile sous vos yeux ne devait pas se composer ainsi. A la base j’avais pour ambition de faire un petit pot pourri musical sur les sorties du mois de juin. Et puis est arrivé The Hunting Party. La hype m’a envahit. Ce sentiment qui utilisé par un homme normalement constitué permet d’oublier toute remarque négative et de survendre l’objet qui rend joyeux. Le nouvel d’album de Linkin Park est cet objet.

Nous sommes en 2000, un petit groupe américain vient envahir les ondes. A l’époque j’écoute Europe 2 et je me fais des compilations via ma chaine hif-i et un lecteur cassette. In The End est un des premiers singles que j’ai enregistré. L’album Hybrid Theory est une vraie pépite néo-métal ou rock fusion comme vous voulez. Savant mélange de métal, avec des phases rappées et un soupçon d’électro juste ce qu’il faut. En terme de composition ce n’est pas la folie mais ça reste efficace et terriblement bandant. Lire la suite « Linkin Park: la théorie de l’hybride »