Gare au manga

Kids on the slope : la relation Sen / Bon

Qualifier Kids on the slope d’œuvre marquante est assurément le moins que l’on puisse faire tant la série de Yuki Kodama brille par bien des thématiques. Manga sur la jeunesse japonaise des années 60 qui se réunit autour du jazz, il évoque aussi bien l’ouverture au monde que l’expression des sentiments. La musique, le mélange culturel et l’amour constituent donc le cœur de cette merveille. Pourtant, l’ingrédient principal n’a toujours pas été abordé… Parce que oui, ce qui marque avant tout dans Kids on the slope c’est cette amitié si puissante entre deux garçons : Sentaro et Kaoru.

kids on the slope amitié.png

Si vous avez lu Kids on the slope en version française, vous êtes passés totalement à côté du diminutif donné par Sentaro à Kaoru : Bon. Et pour cause, la traduction française de Ryuko Sekiguchi et Patrick Honnoré a pris le parti d’adapter ce terme par « blanc-bec ». Le surnom d’origine est donc un dérivé de bonbon-dono, une expression venue du dialecte du Kansai pour qualifier Kaoru de petit gars naïf de bonne famille. Ce qualificatif est employé dès le second chapitre du manga, c’est-à-dire lorsque les deux garçons se retrouvent pour la première fois en salle de classe, et apparaît de nouveau tout au long de la série. Central dans l’histoire donc, il représente une des deux parties d’un lien que l’on appellera Sen / Bon, amitié indéfectible que nous allons expliquer dans ses moindres détails au cours de cet article.

Lire la suite « Kids on the slope : la relation Sen / Bon »

Publicités
Gare au manga

Le guide des meilleurs mangas de 2017

En ce qui concerne les nouveautés manga, 2017 fut une année riche en titres de qualité dans des domaines très différents. Afin de représenter au mieux la diversité des bandes dessinées japonaises, j’ai concocté un guide des œuvres les plus marquantes de l’année selon dix catégories. Chacune d’entre elles se présente sous la forme d’une sélection de trois mangas et d’un coup de cœur. Vous trouverez sur les couvertures des légendes indiquant l’éditeur de la série, le nombres de tomes parus en 2017, une note signifiant si le manga est en cours ou terminé en France et son prix. Les critères de nomination sont très simples puisqu’ils se reposent sur les titres que j’ai achetés au cours de l’année ainsi que mes goûts personnels. Sur ce, c’est parti pour les découvertes, et n’hésitez surtout pas à dévoiler quels ont été vos chouchous de cette année !

le guides des meilleurs mangas de 2017 - manga suki

Lire la suite « Le guide des meilleurs mangas de 2017 »

Gare au manga

Orange : effacer ses regrets

Orange est un manga d’Ichigo Takano dans lequel une jeune fille nommée Naho reçoit une lettre d’elle-même envoyée depuis son futur. En effet, si elle est une jeune lycéenne insouciante au moment où elle la lit, elle vit dix ans plus tard avec un regret : celui de n’avoir pas pu sauver Kakeru, le nouvel élève transféré dans sa classe dont elle tombera secrètement amoureuse, d’une mort certaine. Dans cette lettre lui est indiqué jour par jour la marche à suivre afin de se rapprocher du jeune homme et de rendre son quotidien meilleur : les événements à venir sont détaillés et agrémentés de notes pour savoir quelles décisions prendre.

Ayant vécu une situation similaire à celle de Naho, Orange m’a particulièrement touché. Si bien que j’ai d’abord eu une réaction de rejet avant de reprendre des années plus tard le fil de l’histoire. Au final, je l’ai lu donc, et j’ai adoré. Il a entraîné de nombreuses réflexions personnelles sur le regret que je vais livrer partiellement dans cet article. Si tout le monde n’a pas perdu la personne aimée comme notre petite protagoniste, je pense que le fait d’éprouver de l’amertume en repensant à des choix passés peut être une thématique universelle. C’est pour cette raison (entre autres) qu’Orange est tant apprécié et que j’ai eu envie, besoin même, d’écrire à son sujet.

Orange - Les 2 Naho

Lire la suite « Orange : effacer ses regrets »

Gare au manga

Rendez-vous à Udagawachou : regards sur le travestissement

Présentée en France au 43e Festival International de la Bande Dessinée lors d’une exposition dédiée à la naissante revue de prépublication de mangas Hibana, il aura fallu attendre décembre 2016 pour que Hideyoshico soit enfin publiée chez nous. Et avec quel titre ! Rendez-vous à Udagawachou, un manga en six chapitres (et une courte histoire bonus) parus dès 2012 dans le magazine On Blue. C’est certainement son œuvre la plus emblématique. Son retentissement au Japon fut tel que, outre divers prix, elle a été adaptée en film en 2015, sous la direction de Noriko Yuasa.

Rendez-vous à Udagawachou est un boy’s love, c’est-à-dire un manga mettant en scène une relation homosexuelle masculine. L’auteure est connue pour ses romances gays, si bien que l’éditeur français Hana Yaoi continue à la publier avec des titres comme Gentleman et Sadistic ou encore Nennen Saisai. Mais elle ne dessine pas uniquement des BL, comme pouvait en témoigner la présentation de Romeo ga Rival (une comédie entre un jeune asocial et un cheval) à Angoulême. Elle est également active dans le milieu amateur avec ses nombreux dojinshi dédiés à L’attaque des Titans ou même une sublime histoire dans l’univers de Yotsuba.

rendez-vous à udagawachou - hideyoshico.jpg

Au cœur de son manga, Hideyoshico s’empare de la thématique du travestissement. Ce sujet fort faisant le charme de Rendez-vous à Udagawachou, il convient de s’attarder dessus et de l’analyser selon une question : que nous dit ce manga sur la représentation du travestissement ?

Lire la suite « Rendez-vous à Udagawachou : regards sur le travestissement »

Eck, Sur vos écrans

Pourquoi vous devriez regarder : Saekano

Je vais instaurer une nouvelle « rubrique », qui sera morte et enterré d’ici quelques itérations par manque d’assiduité (un peu comme un personnage de Suehiro Maruo). Elle permettra de se pencher sur une série en cours de diffusion (au Japon, et en simulcast ailleurs) et de vous ouvrir l’esprit à quelque chose de bonne qualité qui vous serait passé à côté car « ouai je sais pas, ça me dit rien ». Mauvaise excuse, mais pas de panique, si je goûte à tout c’est surtout pour vous resservir le meilleur. Allez, en selle !

Saekano : Saenai Heroine no Sodatekata / How to Raise a Boring Girlfriend

Saekano image titre

C’est quoi ton truc, là ? C’est une série de light novel (les romans faciles d’accès, plutôt cours, et illustrés, pour un public d’adolescents et/ou jeunes adultes) de Maruto Fumiaki (déjà connu pour son script sur White Album 2) adaptée en 2015 en anime par A-1 Pictures, prévu en 11 épisodes + 1 épisode prologue. Comme beaucoup de séries de LN adaptées en anime, Saekano ne déroge pas à la règle et se constitue d’une histoire gravitant autour d’un jeune homme et de plusieurs jeunes femmes. « Oh, mais c’est encore un harem à la con ?! » me demanderait quelqu’un de connaisseur. Non, pas cette fois, et c’est bien la raison qui me pousse à écrire un article.

Lire la suite « Pourquoi vous devriez regarder : Saekano »

Le bazar du renard, Meloku

Souvenir d’un amour perdu : Kylooe, tome 2

Parce qu’il y a des bandes-dessinées meilleures que d’autres j’ai décidé d’aborder une nouvelle fois Kylooe avec son second tome. Celui-ci a pour sous-titre Green Tunnel. Il faudra arriver au bout du volume pour en comprendre la signification. Pas besoin d’avoir lu le premier tome de Kylooe pour se lancer dans celui-ci, l’histoire est indépendante. L’attachante Lanyue n’apparait pas dans ce volume et le personnage de Kylooe a un rôle secondaire contrairement à l’opus précédent où il se situait au premier plan.

kylooe 2

Sanyi est un jeune homme qui vit d’un petit boulot. Il habite dans un petit appart avec sa copine, une jeune fille un peu vulgaire sur les bords et pas très futée. Elle l’agace à tel point qu’il se demande ce qu’il fait avec elle. Alors qu’elle lui demande de parler de ses ex-copines, Sanyi va mentir. Plus qu’un mensonge c’est une réalité déformée, arrangée, qu’il va raconter. Le jeune homme ne ment pas qu’à sa gourdasse, il le fait aussi à lui même.

En fait Sanyi était amoureux de Fei, une fille un peu bizarre, un brin mélancolique et solitaire. Lui-même a des doutes sur le fait qu’ils soient véritablement sortis ensemble par le passé, tout ce que l’on sait c’est qu’il l’a perdu de vue. Cette rencontre, il va être un peu forcé de la raconter à son meilleur pote lors d’une pause déjeuner. En fait, il ne va lui narrer que les prémices de son amour perdu. C’est cette histoire qui est contée dans le second tome de Kylooe.

Lire la suite « Souvenir d’un amour perdu : Kylooe, tome 2 »

Animationnement vôtre, Meloku

KareKano: entre lui et moi

Lui, c’est Hideaki Anno, le réalisateur de Nadia et d’Evangelion. Moi, bah c’est moi, Meloku. Entre nous, c’est une longue histoire d’amour, avec des moments de joie qui la caractérisent. Mais également des promesses, des attentes, des larmes, des incompréhensions et des incertitudes qui parsèment le bonheur latent. Aujourd’hui, je vais vous parler d’une partie choisie de cet amour, celle où on riait de bon cœur, celle nommée KareKano.

Amour, ouais amour

Lire la suite « KareKano: entre lui et moi »