Gare au manga

Mes 10 mangakas préférés

Aujourd’hui, je publie un article un peu spécial car très personnel. Effectivement, comme l’indique le titre, j’aborde ici les mangakas que j’adore le plus. J’ai choisi d’en traiter 10 parce que pourquoi pas, je n’ai pas la motivation de faire un article à rallonge. Et puis les tops 10, c’est bien, tout le monde fait ça. Bon, ce n’est pas vraiment un top puisqu’il n’y a aucun classement, juste une sélection. Pour chacun d’entre eux, je vais indiquer ce que j’aime, quel est le meilleur manga pour débuter et celui que je préfère. C’est parti !

Inio Asano

Véritable coup de cœur tant, œuvre après œuvre, il arrive à m’émouvoir. Il dresse sans concession le portrait d’une partie de la jeunesse en abordant des thèmes délicats avec une justesse terrifiante. Le passage à l’âge adulte, la crainte de la banalité du quotidien, la sexualité, l’oppression de la société, etc…, bref autant de thèmes qu’il aborde sans se contenter de les décrire. Il préfère taper là où ça fait mal, quitte à donner un véritable coup de poing à ses lecteurs. Il se démarque aussi des autres auteurs par son style inimitable faisant contraster ses personnages avec des décors photoréalistes. On remarque aussi chez lui la récurrence d’une narration toute particulière visant à écrire des textes forts sur des cases noires, sans dessin.

pun3.png

Lire la suite « Mes 10 mangakas préférés »

Neer

GRAVE, de l’eroguro dans le cinéma français ?

Grave est un film réalisé par Julia Ducournau, une inconnue au bataillon qui se démarque clairement des réalisateurs français actuels. En effet, ce film est une œuvre singulière qui se trouve à la croisée des genres : entre film de genre, thriller, comédie et film d’horreur, il est manifestement difficile de coller une étiquette dessus. Et ceci n’est pas pour déplaire la rédaction de Nostroblog. Quitte à analyser cette œuvre, autant prendre un angle original à l’instar de son parti pris en le mettant en lien avec l’eroguro, courant artistique japonais alliant érotique et grotesque.

Dès lors, de quelle manière Grave témoigne-t-il d’une alliance entre l’érotique et le grotesque ?

grave film.jpg

Lire la suite « GRAVE, de l’eroguro dans le cinéma français ? »

Le tatami de Nostroblog

NECRONOMIDOL – Nemesis : Interview de l’artiste Jennie Zakrzewski

Ces voix, cette flûte, cette ambiance qui ouvre le Nemesis de Necronomidol… encore un peu et on croirait nos tympans revenus à l’écoute de la bande-son signée J.A. Seazer qui accompagnait le Cache-Cache Pastoral (田園に死す, 1974) de Shuji Terayama. Œuvres musicales contiguës, qui partagent un goût certain pour l’ero-guro puisque l’un se pare d’une illustration de Kazuichi Hanawa, pendant que l’autre s’endimanche de Suehiro Maruo. Ainsi la parution vinyle de Nemesis chez Specific Recordings apparaît comme l’occasion rêvée de s’entretenir avec Jennie Zakrzewski, chargée des relations presses et directrice artistique (entre autres gâpettes), sur le travail visuel qui accompagne la naissance d’un album.

Lire la suite « NECRONOMIDOL – Nemesis : Interview de l’artiste Jennie Zakrzewski »

Gare au manga

Ces 13 mangas que j'attends en français

Si Eck, Enwyn et Bobo le font, pourquoi pas moi ? C’est dans cette optique que je me décide à présenter des mangas qui mériteraient d’être publiés en français.  Choisir, c’est renoncer. Sauf que moi je choisis de ne pas renoncer. Du coup je ne vais pas lister ici-même trois ou quatre séries comme mes collègues, mais bien treize. Ouais, parce que les tops 10 c’est pour les petits joueurs (puis ça porte bonheur treize, non ?). Bon, au final j’ai quand même dû renoncer à quelques titres, car j’en attends bien plus que treize… J’ai donc décidé de me fixer une règle pour concocter cette liste : présenter uniquement des mangas d’auteurs qui ont déjà été publiés en France.

Et si certains éditeurs me lisent, qu’ils ne fassent surtout pas les timides et qu’ils piochent allègrement dans cette liste. C’est cadeau.

Lire la suite « Ces 13 mangas que j'attends en français »

Gare au manga

L'imagerie de la lune dans le manga

Lumière dans l’obscurité, révélatrice de l’âme humaine, la lune fascine. Moi, évidemment, mais aussi de nombreux mangakas.

Qu’elle soit pleine, sous forme de croissant, ou… étrange, comme dans Soul Eater, la lune fait partie intégrante de la bande-dessinée japonaise.

lune soul eater

Alors, que fait-on de la lune dans un manga ?

Lire la suite « L'imagerie de la lune dans le manga »

Gare au manga

Muzan-e : quand les pontes de l'eroguro rencontrent un maître de l'estampe japonaise

Si vous avez l’habitude de lire mes articles, les noms de Suehiro Maruo et Kazuichi Hanawa vous sont sans doute familiers (et si ce n’est pas le cas, la barre de recherche de Nostroblog est faite pour vous)(et sachez que ça me fait beaucoup de peine). Vous ne le saviez peut-être pas mais ces deux hommes, représentants du courant eroguro dans le manga, ont sorti un livre ensemble. Publié pour la première fois au Japon en 1988, cet artbook se nomme Muzan-e.

Note 1 : Âmes sensibles, esprits fragiles et tout le tralala : revenez plus tard.
Note 2 : Il s'agit d'un article sur un artbook, les images sont donc importantes. Pour les agrandir, il suffit de cliquer dessus.

muzane suehiro maruo kazuichi hanawa artbook

Lire la suite « Muzan-e : quand les pontes de l'eroguro rencontrent un maître de l'estampe japonaise »

Gare au manga

10 mangas érotiques à lire avant de séduire

Il y a quelques mois je vous présentais une liste de dix mangas d’horreur à ne pas lire avant de dormir. Il est plus que temps de continuer cette série d’articles avec une sélection sur un thème plus aguicheur mais non moins intéressant : le sexe. Mais pas seulement, car ici on ne va pas parler de hentai. Les mangas que j’ai choisi de mettre en avant aujourd’hui se démarquent par la vision de leur auteur : drôle ou sensuelle, poétique ou politique, sentimentale ou décadente, autant de facettes que revêt la sexualité.

Les règles sont bien évidemment les mêmes que pour la précédente sélection. C’est-à-dire que j’ai décidé de présenter des œuvres qui ne se ressemblent pas trop et d’auteurs différents. Cette liste me ressemble et correspond à mes goûts (et à mes lectures, cela va de soit). Donc si vous avez des mangas à conseiller, n’hésitez pas à le faire !

(En fait c'est surtout que je le trouve nul.)
(En fait c’est surtout que je trouve Nozokiana nul.)

Sur ce, et sans ordre particulier, c’est parti pour ce top 10 des mangas érotiques mais pas que.

Lire la suite « 10 mangas érotiques à lire avant de séduire »

Gare au manga, Meloku

10 mangas d’horreur à ne pas lire avant de dormir

Voici une liste de dix mangas qui vous feront cauchemarder des nuits entières. Que l’effroi vienne de l’homme ou d’un élément surnaturel, que la violence soit graphique ou psychologique les dix mangas de dix auteurs différents sélectionnés n’ont qu’un but : celui de vous faire frisonner de peur.

Avec cette liste j’ai essayé de mettre en avant des mangas horrifiques dans des genres différents. Mais la sélection est bien évidemment subjective et correspond à mes goûts personnels (et aussi à ce que j’ai lu). Donc si le manga occulte que vous vénérez n’y figure pas, je ne peux que vous suggérer d’en parler dans les commentaires. Et, cela va de soi, de lire ceux de ma liste.

Il aurait mieux fait de lire mon article.
Il aurait mieux fait de lire mon article.

Sur ce, et sans ordre particulier, commençons ce top 10.

Lire la suite « 10 mangas d’horreur à ne pas lire avant de dormir »

Gare au manga, Meloku

Le monstre au teint de rose : les débuts fracassants de Suehiro Maruo

Dixième manga de Suehiro Maruo à arriver en France, Le monstre au teint de rose a été initialement publié en 1982. C’est en effet le premier recueil de nouvelles de celui qui deviendra le maître de l’eroguro à paraître au Japon. La première édition du bouquin contient 13 histoires, toutes publiées de février 1981 à mars 1982. Le bouquin a été souvent réédité chez nos amis japonais, et un quatorzième récit datant de 2000 a été ajouté au sommaire. L’édition française, assurée par Le lézard noir, contient évidemment ce récit supplémentaire.

Article après article, je me répète : les mangas de Suehiro Maruo sont violents, choquants, malsains, et donc à ne pas mettre entre toutes les mains. Âmes sensibles, s’abstenir.

Le monstre au teint de rose

Lire la suite « Le monstre au teint de rose : les débuts fracassants de Suehiro Maruo »

Gare au manga, Meloku

Angoulême 2015, le manga et moi

Bienvenue en 2012. C’est du moins l’impression que j’ai eu en découvrant les différentes sélections de mangas pour le festival d’Angoulême. Plus sérieusement, deux auteurs (que j’adore par ailleurs) sont sélectionnés dans les mêmes catégories qu’en 2012, mais avec des mangas différents, forcément. Il s’agit de deux habitués du festival : Taiyo Matsumoto et Atsushi Kaneko. Mais je vais y revenir, puisque cet article va décortiquer, entre autres, les mangas présents dans les différentes sélections.

angoulême 2015 watterson

Cette année,  mon billet ne va pas s’éterniser puisque les mangas sont au nombre de 7 sur pas moins de 62 bandes-dessinées représentées. Et oui, quand on vous dit que c’est un sous-genre… Bref, parmi ce club des 7, un seul manga a une chance de remporter le prix de sa catégorie. Mais, attention spoilers, il ne gagnera pas. Ne soyez pas impatients de découvrir lequel est-ce, j’en parlerai en temps et en heure (c’est à dire quelques lignes plus loin dans cet article). Commençons donc le tour d’horizon des sélectionnés.

Lire la suite « Angoulême 2015, le manga et moi »