Capsules cro'

Freesia : Justice pour Tous

Parce qu’un Matsumoto en cache un autre, je vais tenter à mains nues de déraciner une œuvre dont la tête est trop peu sortie de son terreau. Ce n’est que mon avis mais Jirô c’est un peu la face cachée de Taiyô. Exit l’onirisme et l’épuration tirés par mister T, ici on est face à un style plus salissant, plus proche d’un Dorohedoro, d’un nineties typé Eden ou d’une œuvre d’Otomo.

Un ancien Ikki revenu de ses cendres
Jirô Matsumoto, chez nous c’est Freesia et basta, un seinen qui prône la vengeance par la vengeance. On sera bien loin d’une simple partie de Ping Pong. Sauf si l’on considère les balles rondes comme des objets mortels.

Positionné en tête de gondole du magazine de prépublication Ikki, Freesia est sorti de manière plutôt anonyme chez nous via Kazé, à des années-lumières de ce qu’on a pu récemment voir avec les rouleaux compresseurs comme One-Punch Man, Tokyo Ghoul ou (mettez votre titre ici) qui font le buzz.

FullSizeRender_2
Un manga qui se mange froid

Lire la suite « Freesia : Justice pour Tous »

Images dérisoires, Ours256

Blood and Steel – Déferlante de fer chez Kotoji

Depuis le début, Kotoji s’est donné pour objectif de travailler ses titres comme un éditeur le ferait pour du manga. Leur première tentative, Crystal Sky of Yesterday était une vraie réussite de ce point de vue avec un titre axé tranches de vie qui a ravi les amateurs du genre de par son graphisme somptueux mais aussi grâce à son histoire touchante.  Avec Blood and Steel, ils se lancent le défi de proposer un peu d’action… à la chinoise !

blood and steel critique

Qui dit action dans la Chine ancienne dit combats d’écoles. Ici, c’est le Wudang qui tente de s’imposer comme « empereur » des arts martiaux. Pour ce faire, ils se rendent dans toutes les écoles d’arts martiaux et montrent leur supériorité en écrasant leurs membres les plus forts. L’histoire commence ainsi lorsqu’ils arrivent à Qingsheng, une école où étudie Yang Heng, un jeune prodige qui va assister à la chute des valeurs qu’il défendait mais aussi des maitres qu’il admirait.

Lire la suite « Blood and Steel – Déferlante de fer chez Kotoji »