La séance du jour, LvK

Mad Max – Miller remonte sur le trône (SPOILERS)

Ce fût difficile mais j’y suis parvenu. Rentrer dans la salle de Mad Max en ayant vu que très peu d’images et en conservant une hype totale. George Miller est revenu avec un Max contemporain tout en conservant le viscérale des opus précédents.

La filmographie de Miller est tout à fait particulière presque succulente tant elle surprend. Sa saga Mad Max représente 1/3 de sa carrière dans laquelle on trouve Happy Feet 1 et 2, Babe 2 ou encore Lorenzo. Ce dernier est d’ailleurs le dernier effort « réaliste » de Miller et remonte à 1992. 23 ans plus tard et 30 ans après le dernier épisode de sa mythique trilogie, le réalisateur australien lâche les chevaux sur l’autoroute de l’action frénétique. What a lovely day. Lire la suite « Mad Max – Miller remonte sur le trône (SPOILERS) »

Gare au manga, Meloku

Ladyboy vs Yakuzas : Le survival qui dit merde à la bien-pensance

WTF ?!, la collection d’Akata proposant des mangas (et autres BD asiatiques) décalées nous surprendra, j’en ai bien l’impression, toujours. Après Magical girl of the end et Le geek, sa blonde et l’assassin, l’éditeur limousin revient à la charge avec Ladyboy vs Yakuzas : L’île du désespoir.

C’est sans assistant que Toshifumi Sakurai dessine ce manga au titre évocateur.

ladyboy vs yakuzas avis

Kozo est un yakuza un peu con. Bon ok, très con. Tellement neuneu qu’il couche avec la femme et la fille de son boss. Ce dernier l’apprend et prépare sa vengeance. Il enlève Kozo et le transforme en femme bien gaulée. Mais ce n’est pas tout, il achète également une île dans laquelle il emprisonne les 100 plus grands criminels sexuels du Japon et y lâche Kozo. La règle est simple : chaque pervers qui parviendra à se taper le transsexuel, de gré ou de force, sera libéré de l’île. C’est à partir de là qu’un océan de mauvais goût se déchaîne sous nos yeux pour notre plus grand plaisir !

Lire la suite « Ladyboy vs Yakuzas : Le survival qui dit merde à la bien-pensance »

Découvertes, Eck

Les mangas génialement étranges et tristement inconnus qui ne demandent qu’à être traduits

Bonjour, aujourd’hui j’aimerais me pencher sur certains titres non publiés en français, qui pourtant le méritent amplement car possédant d’immenses qualités. J’ai sélectionné quelques titres, pas forcément connus ni « bientôt dans vos rayons », et j’épargne certains titres de la gamme qui tôt ou tard sortiront comme les fameuses histoires d’horreur de Junji Ito, l’eroguro de Shintaro Kago ou encore Magical Girl Site, qui n’est autre que le spin-off de la série Magical Girl of the End (on vous en a parlé) publiée par Akata. Un peu de patience et l’on pourra la lire d’ici quelques mois ou années, tout au plus. Donc allons-y, suivez moi et tâchez de ne pas vous prendre les pieds dans un tentacule, car il va y en avoir…

Hitomi-sensei no Hokenshitsu (ヒトミ先生の保健室)

Alias « L’infirmerie du Dr. Hitomi ». Son auteur c’est SHAKE-O, que vous ne connaissez pas car c’est son premier manga. Prépublié par Tokuma Shoten dans le COMIC Ryu, ce manga connait son petit succès (actuellement deux tomes) au Japon car il est bien écrit et bien dessiné. Mais encore ?

La couverture du tome 1 paru au Japon.
La couverture du tome 1 paru au Japon.

Lire la suite « Les mangas génialement étranges et tristement inconnus qui ne demandent qu’à être traduits »

Sick Sad World

Welcome to Sleepy Hollow…

L’automne est déjà là. Octobre amène avec lui la triste valse des feuilles mortes. Et déjà, les heures passent et nous approchent inéluctablement de Halloween. Je vous propose donc une série de billets pour vous mettre dans l’ambiance.

On va commencer aujourd’hui avec la sombre légende du cavalier sans tête, légende bien connue grâce à l’adaptation de Tim Burton, avec Johnny Depp et Christina Ricci. Mais voilà qu’elle est revenue sur nos écrans cathodiques (pour les plus vieux). Sous forme de série télévisée.

Lire la suite « Welcome to Sleepy Hollow… »