Animationnement vôtre

Retour sur les animes de l’hiver 2018 : Une saison en Enfer

Ayant visionné quelques séries d’animation durant cet hiver, Rose et Joan reviennent ensemble sur ce qu’ils ont retenu avec un programme bien chargé. Force est d’avouer que cette saison a eu son lot de séquences dramatiques dont on ne se remettra pas de sitôt, de scènes d’action survitaminées, ou même de comédies humaines dont la justesse des sentiments fait s’accélérer notre cœur. Et si certains animes ont brillé, d’autres n’ont malheureusement pas été à la hauteur attendue. Nostroblog s’associe donc avec Manga Suki afin de revivre aussi bien les moments forts de la saison hivernale que les déceptions à travers une longue discussion.

joan vs rose animes de l'hiver

Lire la suite « Retour sur les animes de l’hiver 2018 : Une saison en Enfer »

Publicités
Gare au manga

Quand le manga s’empare des problématiques LGBT

Aujourd’hui encore, il existe de nombreuses personnes qui n’ont rien de mieux à faire que s’occuper de la sexualité des autres. Pour elles, un couple se compose d’un homme et d’une femme, et tous les schémas différents sont considérés comme anormaux, voire contre-nature. Oui l’homosexualité fait peur, à tel point que certains voudraient que cela reste un sujet tabou. Ces mêmes personnes manifestent contre le mariage pour tous, sont outrées par des campagnes de prévention mettant en scène des couples gays, peuplent les réseaux sociaux de commentaires homophobes pour expliquer pourquoi leur sexualité vaut plus que celle des autres.

Parce qu’on a aimé une personne de son sexe, parce qu’on est mal dans sa peau et qu’on désire changer de sexe, on peut se faire oppresser, agresser, tuer ! Le quotidien peut vite devenir une horreur, d’autant plus que les homophobes n’ont plus peur de revendiquer leur haine.

le-manga-lgbt

Alors dans cet article on va parler de mangas, comme d’habitude. Et plus précisément, nous mettrons en avant la manière dont certaines bandes dessinées japonaises traitent de l’homosexualité ou du changement de genre. Il s’agit d’un billet engagé qui n’a pas pour objectif d’aborder des œuvres qui dénigrent la communauté LGBT. Il a plutôt vocation à pousser à la réflexion et analyser comment des auteurs abordent le sujet. L’heure n’est pas à la victimisation. Et si ça dérange l’homophobe qui sommeille en vous : tant pis.

Lire la suite « Quand le manga s’empare des problématiques LGBT »

Gare au manga

10 mangas érotiques à lire avant de séduire

Il y a quelques mois je vous présentais une liste de dix mangas d’horreur à ne pas lire avant de dormir. Il est plus que temps de continuer cette série d’articles avec une sélection sur un thème plus aguicheur mais non moins intéressant : le sexe. Mais pas seulement, car ici on ne va pas parler de hentai. Les mangas que j’ai choisi de mettre en avant aujourd’hui se démarquent par la vision de leur auteur : drôle ou sensuelle, poétique ou politique, sentimentale ou décadente, autant de facettes que revêt la sexualité.

Les règles sont bien évidemment les mêmes que pour la précédente sélection. C’est-à-dire que j’ai décidé de présenter des œuvres qui ne se ressemblent pas trop et d’auteurs différents. Cette liste me ressemble et correspond à mes goûts (et à mes lectures, cela va de soit). Donc si vous avez des mangas à conseiller, n’hésitez pas à le faire !

(En fait c'est surtout que je le trouve nul.)
(En fait c’est surtout que je trouve Nozokiana nul.)

Sur ce, et sans ordre particulier, c’est parti pour ce top 10 des mangas érotiques mais pas que.

Lire la suite « 10 mangas érotiques à lire avant de séduire »

Sur vos écrans

Saison Anime Automne 2015 – Pour s’occuper le soir en compagnie de sa couette fétiche

Prélude

Toujours commencer par des justifications avant qu’on me coupe les jarrets dans des ruelles sombres d’INTERNET. Re-bonjour, me revoici pour le rendez-vous trimestriel qui consiste à faire un petit guide succinct sur la saison anime qui débarque sur nos écrans. Cette fois, pas mal de surprises au programme, des adaptations sorties du chapeau magique de nos studios favoris… et des inconnus au bataillon ! Pour faire toujours plus concis et précis, je vais séparer les anime en plusieurs parties : les originaux, ceux dont on ne sait rien sinon les rares infos dévoilées lors de leur production ; les adaptations, qui proviennent de manga, LN, VN, jeux vidéo, etc ; les suites, qui peuvent être des adaptations -mais on s’en fout car si vous regarder une suite c’est pour avoir normalement vu le début avant, non ?- pour lesquelles j’essaierai d’échelonner la hype ; les shorts, qui sont des formats courts de 2 à 10 min, assez loin des 25 min que l’on connait bien. Cette fois pas de partie sur les séries-fleuve qui durent depuis longtemps et sont loin d’être finies. Mais regardez quand même Go! Princess Precure pour ne citer qu’elle. Et pas non plus de séries que je ne prévois pas de regarder en fait (il n’y en pas beaucoup, c’est souvent du sport, les séries estampillées kids, des adaptations de LN génériques avec harem et école de magie/science, ou encore toute la gamme bishonen/BL qui n’est pas ma tasse de thé non plus). En tout cas on me souffle à l’oreille qu’il est judicieux de regarder Haikyuu!! Second Season pour les amateurs de volleyball bien rythmé. Et la nouvelle série Gundam : Mobile Suit Gundam: Iron-Blooded Orphans pour ceux qui ont encore la foi après Gundam G no Reconguista (bububu). Allez, en route ! Et n’oubliez pas que les titres sont cliquables !

guide anime 2015anime automne 2015

Lire la suite « Saison Anime Automne 2015 – Pour s’occuper le soir en compagnie de sa couette fétiche »

Avis d'un bédéphile, Raismith

Les genres de mangas sont-ils voués à disparaître ?

Shônen (jeune garçon), shôjo (jeune fille), seinen (jeune adulte homme), josei (jeune adulte femme), yaoi (mise en scène de relations homosexuelles masculines), yuri (mise en scène de relations homosexuelles féminines), kodomo (enfant) : voici la très grande majeure parties des types de classification de manga.

Death Note en couverture du Weekly Shônen Jump
Death Note en couverture du Weekly Shônen Jump

La règle est simple : un magazine de prépublication, un genre attribué et basta. Death Note, manga à tendance anthropo-sociologique, est publié dans le Shônen Jump : c’est un shônen. Chi – une vie de chat, manga kawaii montrant un petit chat qui s’amuse de tout avec un vocabulaire d’enfant est publié dans Morning : c’est un seinen. Chihayafuru, manga bourrés d’effets rosaces comme dans plein de séries shôjo et mettant en scène des jeunes qui se surpassent dans un jeu à compétition comme dans pleins de séries shônen est publié dans Be Love : c’est un josei. Si vous fréquentez les forums et les réseaux sociaux, vous avez peut-être un peu débattu avec d’autres internautes qui ne sont pas d’accords avec votre vision de la classification d’une série. « Il faut l’acter maintenant : il n’y a pas de bagarre dans Death Note, ni de surpassement de soi, mais c’est quand même un shônen ! » ou au contraire « ce n’est pas possible que Chi soit un seinen, ça saute aux yeux que c’est un manga enfantin ! ».

La réalité est plus nuancée.

Lire la suite « Les genres de mangas sont-ils voués à disparaître ? »